En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

New York tire le CAC vers le bas, malgré la BCE

Edité par
le 07 mai 2009 à 15h35
Temps de lecture
3min
Montage photo : la Bourse de Paris

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
ConjonctureLa BCE a décidé jeudi d'abaisser son principal taux d'intérêt. Pas suffisant pour soutenir le CAC, mal inspiré par Wall Street...

 

Toute l'actualité de la Bourse sur LCI.fr
Tous les cours sur notre site Bourse
La Banque centrale européenne (BCE) a décidé jeudi d'abaisser son principal taux d'intérêt directeur d'un quart de point au niveau inédit de 1%, a annoncé un porte-parole de l'institution, une mesure très largement anticipée par les marchés. Il s'agit de la septième baisse depuis octobre, quand le taux de refinancement - baromètre du crédit dans la zone euro- plafonnait encore à 4,25%.
 
Peu après cette annonce, le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, a estimé que ce taux abaissé était actuellement "approprié" mais qu'il pourrait encore être abaissé. Il a aussi annoncé que le conseil de la BCE s'était mis d'accord sur le fait d'acheter des obligations sécurisées émises par des entreprises de la zone euro et de prêter aux banques sans limitation sur une période de 12 mois, autant de mesures dites non conventionnelles destinées à doper l'économie de la zone euro. La BCE va ainsi acheter pour environ 60 milliards d'euros d'obligations sécurisées, a-t-il précisé. Les économistes doutaient pourtant dans leur majorité qu'il annonce déjà des mesures d'achat d'obligations ou titres de créances, comme le font déjà la Réserve fédérale américaine ou la Banque d'Angleterre, qui vient de décider d'élargir de 50 milliards son programme de rachat d'actifs pour le porter à 125 milliards de livres Sterling.

Mauvais tempo

Malgré cette annonce, la Bourse de Paris a finalement terminé dans le rouge jeudi, le CAC 40 cédant 0,97%, le marché ayant été tiré vers le bas par Wall Street en fin de séance, après avoir pris plus de 2% en séance. L'indice vedette a perdu 31,99 points à 3.251,52 points, dans un volume d'échanges conséquent de 4,803 milliards d'euros. Mercredi, il avait rebondi de 1,81%.

Après avoir pris plus de 2% peu avant la décision de la BCE  le marché est tombé dans le rouge, suivant le tempo donné par la Bourse de New York. A Wall Street, la pression montait alors que les résultats des tests de résistance, destinés à évaluer la solidité financière des grandes banques américaines, devaient être publiés après la clôture. La baisse de taux par la BCE "était largement anticipée et le marché a été soutenu une grande partie de la journée par le retour d'acteurs sur les marchés", a expliqué un vendeur d'actions parisiens.

"Ils reviennent sur les valeurs plus risquées" qu'ils avaient délaissé lors de la débâcle boursière de l'automne, a-t-il ajouté.Les valeurs liées à l'automobile ont particulièrement profité de cette tendance à l'image de l'équipementier Faurecia (+15,38% à 8,85 euros). En revanche, Société Générale a plongé de 9,79% à 39,47 euros.

Commenter cet article

  • Gael : C' est logique mais le pire reste à venir , malheureusement

    Le 07/05/2009 à 17h51
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience