En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La Grèce se réveille avec la gueule de bois

Olivier Levard par
le 04 mars 2010 à 10h49
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] retraités grèce

Crédits : AFP

A lire aussi
ConjonctureLa presse grecque rapporte l'état de choc du pays après l'annonce la veille de mesures d'austérité draconiennes. Des députés Allemands leur proposent de vendre leurs îles !

Les Grecs sont K.O. La presse grecque relayait jeudi l'état de choc du pays après l'annonce la veille de mesures d'austérité draconiennes prises par le gouvernement pour sortir de la crise budgétaire sans précédent en économisant 4,8 milliards d'euros. "Choc! Une austérité ravageuse pour tous. Des mesures les plus douloureuses, antidote à la banqueroute", titrait sur toute sa Une le quotidien Ta Néa, proche du gouvernement socialiste. "Les mesures que le gouvernement a prises hier ont été reçues par la société grecque comme un électrochoc. Elles la bouleversent (...) mais elles les affrontent comme une thérapie nécessaire", estime le journal.
 
Pour Elefthérotypia (gauche indépendante) mercredi était "Un jour inoubliable! Une avalanche de mesures change notre vie". Le journal affirme dans son éditorial que "le gouvernement a annoncé hier les premières victimes de la guerre qu'il a déclaré contre la banqueroute. Ce ne sont pas ceux qui ont créé les conditions de la guerre, ce sont les travailleurs du secteur public auxquels on a coupé dramatiquement les salaires". "Des mesures sévères contre la faillite", relève le quotidien libéral Kathimérini dans son titre de Une. "C'est maintenant l'heure de l'Europe" et que "le test crucial sera le lancement d'une obligation d'Etat", souligne-t-il également. De son côté, le journal d'informations économiques et financières, Naftemporiki, qualifie les mesures d'économies de 4,8 milliards d'euros de "sans précédent". Le quotidien de la gauche radicale Avgi titre sur "la colère contre le vol", tandis que Rizospastis, l'organe du parti communiste grec (KKE -ultra-orthodoxe), appelle à "une grève générale" pour vendredi et annonce pour la soirée de jeudi "des rassemblements dans 62 villes contre les mesures incendiaires".
 
"On vous donne du fric, vous nous donnez Corfou"
 
Tous les moyens sont bons pour trouver de l'argent frais. La Grèce a lancé jeudi une émission obligataire sur dix ans visant à rapporter quelque 5 milliards d'euros, selon une source du ministère grec des Finances. A l'étranger des idées plus radicales émergent. Des députés allemands ont appelé la Grèce à vendre des îles pour aider à financer sa dette, rapporte jeudi le quotidien populaire allemand Bild qui résume l'idée en ces termes: "On vous donne du fric, vous nous donnez Corfou". "L'Etat grec doit renoncer à sa participation dans des sociétés, et vendre des propriétés foncières, comme par exemple des îles inhabitées", a affirmé au journal le député libéral Frank Schäffler, du parti FDP au pouvoir. Pour le député du parti CDU d'Angela Merkel, Marco Wanderwitz, "si l'Union européenne et donc l'Allemagne venait à aider financièrement la Grèce, il faudrait qu'elle consente des garanties en échange". "Quelques îles pourraient ainsi faire l'affaire", selon le député.
 
Selon le ministère du tourisme grec, la Grèce compte quelque 6.000 îles, pour la plupart inhabitées. Une entreprise privée basée à Hambourg (nord de l'Allemagne) cherche actuellement à vendre une île grecque inhabitée pour 45 millions d'euros, souligne Bild. En 1993, plusieurs députés allemands avaient déjà provoqué une vive querelle avec l'Espagne en suggérant que Berlin achète l'île de Majorque, haut-lieu de villégiature pour les touristes allemands. La chancelière Angela Merkel doit recevoir vendredi le Premier ministre grec Georges Papandréou.

Commenter cet article

  • 1piquouzesinon2 : Il faut arrêter avec "c'est la faute des Turcs", "c'est la faute des banques", etc. La vérité c'est que des pays comme la Grèce sont gravement à la traine en terme d'industrie et de service: qu'achetez vous comme biens ou services fabriqués ou conçus en Grèce? Pas grand chose probablement. La Grèce est réputée comme destination touristique, et pour une bonne partie grâce à un patrimoine qui n'a rien de moderne. A l'heure de la compétition mondiale il faut vraiment se poser la question de la valeur ajoutée, de ce qu'on sait faire, de ce qu'on peut exporter, etc. Alors les Grecs ont vécus à crédit pendant des lustres, en ayant semble-t-il un train de vie déconnecté de la valeur ajoutée qu'il produise vraiment et aujourd'hui c'est l'heure des comptes. Dans les'petits' pays Européens, on a l'Irlande qui à l'inverse s'en sort beaucoup mieux et sortira plus vite de la crise. Je trouve des côtelettes de mouton irlandaise au super marché, j'ai utilisé pendant des années un ordinateur de marque américaine assemblé la-bas, j'ai fait appel à du support technique situé en Irlande, etc. Alors qu'il y a 30 ans, l'Irlande ne valait pas cher non plus. Tout est donc possible, mais pas avec 40% du PNB dans la fonction publique, un marché noir florissant et aucun secteur économique adapté au XXIeme siecle.

    Le 04/03/2010 à 23h38
  • jeannelamer3333 : Et un p'tit commentaire concernant les "propositions" (sic!) des députés allemands: il faut qu'ils se souviennent que nous ne sommes pas en 1939 et que l'Union européenne n'est pas leur empire personnel mais une union de peuples égaux et de valeurs. C'est très dommage de voir des choses pareilles se prononcer en 2010...Dommage mais aussi ridicule. Enfin, qu'ils soient sérieux! (Et, une contre-proposition: S'ils aiment les îles grecques, qu'ils y aillent comme tout le monde, en tant que touristes!)

    Le 04/03/2010 à 22h52
  • jeannelamer3333 : Et, oui, la question de la menace turque mérite vraiment d'être analysée plus. Bravo à ceux qui l'ont soulevée.

    Le 04/03/2010 à 22h04
  • neovieux : Chinois, russes (orthodoxes)

    Le 04/03/2010 à 21h09
  • didierbretagne : Il n'est guère possible d'entreprendre, dans le cadre de ces posts, une discussion ce qui est parfois dommage lorsque l'on trouve un interlocuteur ouvert. comme vous me semblez l'être. C'est vrai que le bipolarisme conduit à être à droite ou à gauche avec un centre impossible à tenir (comme sur une balance 1gr d'un côté fait basculer des centaines de kilos accumulés sur chaque autre côté). Pour en revenir à la Grèce dont je ne connais rien; elle est entrée dans l'Europe et l'Europe l'a acceptée. Il appartient donc à l'Europe de lui imposer d'entrer dans ses règles : ce qui est la volonté de Bruxelle; Elle a perdu une partie de son autonomie (comme la France d'ailleurs). Sur ce point je crois ne pas être tout à fait d'accord avec vous les conséquences de ses choix elle doit les payer en appliquant les règles fixées par l'Europe.

    Le 04/03/2010 à 20h17
      Nous suivre :
      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      Voici à quoi pourraient ressembler les Champs-Elysées en 2025

      logAudience