En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIERS : UE, Crise financière

Crise de l'euro : avant de voir Hollande, Merkel reste ferme


le 27 juin 2012 à 13h10 , mis à jour le 27 juin 2012 à 17h43.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
ConjonctureLa chancelière allemande, qui doit rencontrer le président de la République mercredi soir à l'Elysée, a réaffirmé dans un discours devant son Parlement qu'il n'y avait pas " de solution facile" à la crise. Elle fustige ainsi une nouvelle fois la création d'euro-obligations.

François Hollande est prévenu. Angela Merkel n'a pas l'intention de céder un pouce de terrain avant leur rencontre de mercredi soir à l'Elysée, en prélude au sommet européen de jeudi soir et vendredi.

Dans un discours prononcé mercredi matin devant son Parlement, la chancelière allemande a ainsi répété son opposition ferme à des "solutions faciles" contre la crise de la zone euro. "Il n'y a pas de formule magique", a-t-elle affirmé. Dans sa ligne de mire : les euro-obligations. Elles sont "économiquement mauvaises" et "contreproductives", a-t-elle lancé.

"Il ne fait pour moi aucun doute qu'il y a un besoin de moyens supplémentaires de solidarité (entre les pays européens), mais les euro-obligations sont le mauvais chemin", a-t-elle déclaré. Selon elle tous les instruments de mutualisation de la dette aujourd'hui en discussion, qu'il s'agisse d'euro-obligations, d'"euro-bills" ou de fonds d'amortissement étaient "économiquement mauvais" et "contreproductifs", en plus d'être "incompatibles avec la constitution allemande".

Pour Angela Merkel, il s'agit au contraire de "trouver des solutions durables et non de faire un feu de paille", a-t-elle affirmé, en appelant les pays européens à des réformes structurelles visant à augmenter leur compétitivité.  La chancelière estime par exemple que son pays a envoyé "un signal fort" en s'engageant, aux côtés de ses partenaires européens, à des mesures de soutien de la croissance en Europe, référence au projet d'investir 120 à 130 milliards d'euros dans des projets européens.

Commenter cet article

  • piccobello6 : Paris estime que :"Les choses vont bien entre la France et l'Allemagne". Elles n'ont jamais été pire depuis De Gaulle et Adenauer selon la presse allemande. Après l'arrivée de Merkel à l'Elysée, la communication du gouvernement réinvente "Mary Poppins se rend à Wallnut Grove". Rassurez-vous, après le sommet de Bruxelles, l'annonce de Hollande à la presse sera exactement cela.

    Le 28/06/2012 à 11h36
  • piccobello6 : Ikarab : Ce que vous dites est vrai, mais on doit aussi beaucoup à la France d'avoir causé des dommages insensés à l'Europe entière avec les guerres napoléoniennes et avec ses guerres coloniales , lesquelles nous sont périodiquement reprochées pour les "traumatismes" et les dégats causés aux populations autochtones et qui demandent , à chaque occasion, de nous repentir et de réparer. On peut reprocher aussi à Rome de réparer les souffrances infligées aux peuplades occupées depuis la République de César aux empereurs byzantins. L'histoire du monde, ce n'est souvent que du sang versé, malheureusement.

    Le 28/06/2012 à 10h22
  • nonodeparis75 : Ce serait dépenser en 1 année par l'europe du sud des paniers percés

    Le 27/06/2012 à 19h03
  • nonodeparis75 : Bravo Angela, les allemands en ont de la chance mais ils se donnent les moyens de l'avoir la chance

    Le 27/06/2012 à 19h00
  • brc71 : Elle a raison Angela. Les allemands ont faits des efforts, et voilà que François lui dépense à tout va. Moi Président va devoir en rabattre Il n'a pas de chance avec les femmes Hollande !!!! Avec, celle là, il n'en aura pas le dessus, comme avec les deux autres d'ailleurs !!! Il croyait que les allemands allaient étre d'accord pour continuer à le laisser faire des cadeaux avec leur argent !!!! merci de publier.

    Le 27/06/2012 à 18h48
      Nous suivre :
      Transport aérien : y a-t-il des régions trop risquées à survoler ?

      Transport aérien : y a-t-il des régions trop risquées à survoler ?

      logAudience