En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Crise de l'euro : que faut-il retenir des annonces de la BCE ?

par
le 06 septembre 2012 à 16h43 , mis à jour le 07 septembre 2012 à 21h22.
Temps de lecture
3min
Le président de la BCE, Mario Draghi, lors d'une conférence de presse, le 6 septembre 2012.

Le président de la BCE, Mario Draghi, lors d'une conférence de presse, le 6 septembre 2012. / Crédits : JOHANNES EISELE / AFP

À lire aussi
ConjonctureLe président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, a annoncé jeudi qu'il allait reprendre des rachats de dettes publiques sur les marchés secondaires. Mais ces rachats seront assortis de conditions.

Quoi de neuf sous le ciel francfortois ? Très attendu, Mario Draghi a détaillé jeudi la manière dont la BCE comptait s'y prendre pour limiter les différences de taux entre les différents pays de la zone euro. Rien de neuf au premier abord : l'institution monétaire va reprendre ses rachats de titres de dette sur le marché secondaire. Mais l'ancien programme "SMP" pour "Securities Markets Programme" ou "programme des marchés de la dette", devient le "OMT" pour "Outright Monetary Transactions" ou "transactions monétaires directes".

Objectif de ce nouveau programme, lutter contre les différences de taux auxquels empruntent les pays de la zone euro. Alors que la France et l'Allemagne empruntent à des taux historiquement bas - 2,21% pour un emprunt à 10 ans pour la France jeudi matin - d'autres pays, comme l'Italie et l'Espagne, doivent faire face à des taux élevés - entre 5 et 7% sur le marché secondaire, c'est-à-dire d'occasion - difficilement supportables.

Une aide sous conditions

Cette aide sera désormais formalisée : l'Etat qui souhaite en disposer devra en faire une demande officielle. Et elle sera assortie de conditions, notamment un programme d'ajustement sous la direction du Fonds de secours européen (le FESF), ou le mécanisme qui devra le remplacer (MES). Ce nouveau programme vise donc à accentuer l'appel aux Etats à prendre leurs responsabilités, notamment en termes de réduction des déficits et dettes publics.

Alors que le précédent programme de la BCE était limité en montant et dans le temps, l'"OMT" n'a pour le moment pas de limitation de montant. Il ne concernera cependant que les titres d'Etat prenant fin dans un à trois ans. Cependant, tout comme dans le cas du SMP, la BCE devra "stériliser" les montants prêtés : pour un euro décaissé, elle devra récupérer un euro en liquide, afin de limiter la quantité de monnaie en circulation. Aujourd'hui, via le SMP, la BCE a prêté un montant total de 209 milliards d'euros. Ces titres seront gardés jusqu'à leur date de remboursement, leur "maturité".

Les yeux de la zone euro se tournent désormais vers l'Italie et l'Espagne. "Je n'ai même pas encore eu le temps de lire ce qu'à déclaré M. Draghi", a répondu le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, en assurant qu'il n'avait pas formulé de demande d'aide. Il s'exprimait au même moment à la suite d'une rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel. A la suite des propos de Mario Draghi, les taux de ces deux pays se sont détendus... éloignant peut-être un appel à l'aide de Madrid comme de Rome.

Les Bourses européennes ont toutes bondi après ces annonces. Le CAC 40 a terminé en hausse de 3,06%. L'indice italien prend 4,31%, l'espagnol 4,53% et la Bourse de Francfort gagne 2,81% à la clôture.

 CAC 40 (FR0003500008)

Commenter cet article

  • lilian54360 : L'Euro a été creéer trop rapidement à mon gout et certains pays comme la Grèce n'y était même pas prêt. Ce qu'il aurait fallu faire avant c'est de créer une gouvernance économique qui aurait pu être chargé de controler la mise en oeuvre de l'Euro et l'Europe auait du se fédéraliser avant. Si comme si les USA avait le Dollar mais sans gouvernement fédéral, sans réserve fédéral et que chaque état avait sa propre économie, et bien se serait le même problème que l'on connait aujourd'hui en Europe. Les USA ont une dette immense dette mais ce pays n'est pas tellement attaqué sur les marché (ils ont perdu leur AAA mais c'est tout) car ce pays contrairement à nous est unis. Il ya que 2 solutions pour se sortir de la, soit chaque pays retrouve sa monnaie national et gère son économie de son coté ( avec des risques) soit les pays de la Zone Euro decident de se fédéraliser en Etats-Unis d'Europe ( avec une perte de souveraineté mais une chance de faire contre poids face aux USA, Chine, Inde, Ruissie).Voila

    Le 07/09/2012 à 12h55
  • lilian54360 : La BCE fonctionne comme la banque de France (avnt 1973), c'est elle qui créer de la monnaie. Elle va racheter certaine dette en créant de la monnaie (en faisant marché la planche a billet) mais celle-ci doit faire attention de ne pas trop enfaire sous peine de créer de l'inflation

    Le 07/09/2012 à 12h46
  • gib4806 : La BCE rachète la dette des pays en difficultés avec rien (aucun argent). Que va-t-il se passer ???? On est déjà au fonds du trou, maintenant, on descend au fond du gouffre !!!!!!!!

    Le 07/09/2012 à 10h22
  • disondonc : L'Europe paye la vieille dette avec une nouvelle dette super

    Le 07/09/2012 à 08h05
  • rose-marie54 : Le problème en France c'est sa mentalité,ses largesses et son peu enclin au travail,quand on aura fait le ménage on verra plus clair car ce pays part en déconfiture

    Le 07/09/2012 à 07h45
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience