En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Crise financière

Crise de la dette : la croissance chère à Hollande s'impose au G8

Laurent Deschamps par
le 19 mai 2012 à 22h04 , mis à jour le 19 mai 2012 à 22h25.
Temps de lecture
4min
François Hollande et Angela Merkel au sommet du G8 à Camp David (USA), le 19 mai 2012.

François Hollande et Angela Merkel au sommet du G8 à Camp David (USA), le 19 mai 2012. / Crédits : AFP/Brendan Smialowski

A lire aussi
ConjonctureLors de la 2e journée du sommet du G8 à Camp David, le président américain a affirmé samedi que la recherche de la croissance et la lutte contre les déficits devaient aller de pair pour contrer la crise dans la zone euro. François Hollande savoure. Angela Merkel devait rencontrer Obama dans la soirée.

François Hollande n'en demandait pas tant. En visite depuis vendredi aux Etats-Unis, à l'occasion d'un sommet du G8, le nouveau président français, qui milite pour une politique de relance volontariste dans la zone euro au détriment de l'austérité imposée par Berlin, a trouvé en Barack Obama, qu'il a rencontré en tête à tête vendredi, son meilleur allié. Le président des Etats-Unis a ainsi affirmé samedi, lors de l'ouverture de la 2ème journée du sommet, que la croissance et la lutte contre les déficits devaient aller de pair pour parvenir à la "prospérité", avant d'entamer une discussion sur la crise dans la zone euro avec ses partenaires du G8.
 
De fait, la crise de la dette dans la zone euro divise les partisans de davantage de relance et ceux de la rigueur, sur fond de graves inquiétudes pour la Grèce. Ce dossier, crucial, était le premier à être examiné samedi matin par les dirigeants des huit pays les plus industrialisés et de l'Union européenne à Camp David. "Nous sommes tous déterminés à faire en sorte que la croissance, la stabilité et la consolidation budgétaire fassent toutes partie d'un ensemble de mesures que nous devons tous prendre afin de parvenir à la prospérité que nous recherchons pour nos concitoyens", a insisté Barack Obama.

"Encourager la croissance", dit le communiqué final

Au terme de cette journée, un communiqué a été publié. Un texte qui témoigne de la voie très pro-relance en Europe que le G8 semble avoir choisie : en substance, les dirigeants des pays du G8 ont plaidé pour une zone euro "forte et unie" qui inclut la Grèce et se sont engagés à "encourager la croissance" tout en prenant des mesures contre les déficits. En clair, oui à la croissance sans perdre de vue la rigueur budgétaire. Le tout en excluant une sortie de la Grèce de la zone euro. Signe toutefois de leurs différences de stratégie, les dirigeants ont souligné dans le communiqué final du sommet que les mesures à prendre "ne sont pas les mêmes pour chacun d'entre eux".
 
La veille, à quelques jours d'une rencontre européenne et au moment où la sortie de la Grèce de l'euro est ouvertement évoquée, le président Obama avait déjà donné un signal net aux partisans d'une relance économique en Europe en recevant son homologue français François Hollande. Barack Obama a assuré devant le nouveau président français que le G8 évoquerait "une approche responsable de l'austérité budgétaire, couplée à des mesures énergiques pour la croissance", une position sur laquelle M. Hollande a fait campagne, et à rebours de la rigueur professée par la chancelière allemande Angela Merkel, elle aussi présente au G8.

Pas de divergences, affirme Merkel...

Mais Angela Merkel, qui devait rencontrer en tête-à-tête Barack Obama à Camp David samedi soir, a nié toute divergence entre Paris et Berlin sur ce sujet. "Le message important à retenir du sommet, c'est que la consolidation des budgets et la croissance sont les deux faces de la même médaille", a-t-elle affirmé. Selon elle, les dirigeants des pays du G8 et de l'Union européenne "sont tombés entièrement d'accord pour dire qu'il faut les deux choses: de la discipline budgétaire (...) et en même temps des efforts pour la croissance".
 
Pour autant, cette volonté de la chancelière de faire bonne figure n'empêche pas François Hollande de sortir plutôt satisfait de ce sommet. Pour preuve, le président français s'est réjoui des discussions de Camp David, de la crise grecque au débat compliqué sur le juste équilibre à trouver etre la discipline budgétaire et la croissance. "J'avais, au nom de la France, l'objectif de mettre la croissance au coeur des débats (...) ce G8 a été utile et fructueux", a-t-il jugé, "il permet d'envoyer un double message: croissance et confiance. Il n'y aura pas de croissance sans confiance, et pas de confiance sans croissance. Je considère que le mandat qui m'a été confié par les Français a déjà été honoré".

Quoiqu'il en soit, la thématique de la croissance devrait rapidement revenir à l'ordre du jour chez les deux grands partenaires européens. Notamment lors d'une réunion à Rome début juin annoncée par le président du Conseil italien Mario Monti, récemment rallié à la thèse de la croissance pour contrer les effets néfastes de l'austérité...

Commenter cet article

  • amael78 : On n'a jamais vu que la création de postes de fonctionnaires permettait de la croissance, ni que les pauvres créaient de la richesse. F.H a des idées pour dépenser l'argent de l'Etat, mais n'en soumet aucune qui tienne la route pour booster les entreprises, étranglées par les charges sociales qui vont encore grimper, et le coût du travail totalement prohibitif sur le marché mondial. Et non , les prix dans les supermarchés n'ont pas baissé, mais peut-être qu'à râler sur le pouvoir d'achat, c'est peut-être déjà contre ça qu'il aurait fallu se mobiliser, ce qui à ma connaissance n'était pas du ressort de l'ex-gouvernement, et ne changera pas plus avec le nouveau. Votre pouvoir d'achat va encore baisser, avec des cotisations en plus, des impôts en plus, et tout le monde va passer à la caisse, même les moins avantagés. Il avait un prix votre rêve de changement, si vous aviez cru que ce serait le Loto et que ça allait tomber dans l'escarcelle, c'est dommage, c'est l'inverse.

    Le 21/05/2012 à 15h56
  • dyru7777 : Aucune mesure concrète a été annoncé donc ne cri pas victoire trop vite !!! il continu de faire de la com comme tout le reste de sa campagne !!!

    Le 21/05/2012 à 01h43
  • dyru7777 : Pour le moment tout ce qu'il a prédit arrive...baisse des bourses qui je vous rappel sont au plus bas depuis pas mal de temps...sorti de la grece en perspective de la zone euro. notre tour va arrivé....les taux d'emprunts vont forcement augmentés !!!

    Le 21/05/2012 à 01h41
  • mcg35 : @j.bon - Toujours dans le "rêve hollandien" ...

    Le 20/05/2012 à 19h37
  • radiobistro00 : Malheureusement, la croissance ça ne se décrète pas ! Sinon tout le monde en aurait voulu depuis longtemps, y compris Sarko. Cette histoire est une véritable imposture pour faire patienter les peuples. Et pourquoi ne pas "décider" une croissance à 10% comme en Chine ? out irait très bien...

    Le 20/05/2012 à 18h54
      Nous suivre :
      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      logAudience