ARCHIVES

Quels sont les enjeux du sommet européen qui s'ouvre à Bruxelles ?

Edité par
le 28 juin 2012 à 05h45 , mis à jour le 28 juin 2012 à 15h38.
Temps de lecture
4min
Images d'illustration

Images d'illustration / Crédits : ABACA

À lire aussi
ConjonctureSi tout le monde s'accorde sur le pacte de croissance, le consensus est loin d'être acquis sur l'union bancaire et l'Allemagne refuse toujours les euro-obligations. Revue des enjeux du sommet européen qui s'ouvre ce soir à Bruxelles.

Alors que s'est ouvert, jeudi, à 15h30, le sommet européen à Bruxelles, quels en sont les enjeux ? 

1. Le pacte de croissance 

Ce pacte regroupe 120 à 130 milliards d'euros - soit 1% du PIB - à mobiliser pour la croissance. Il s'agit de renforcer les fonds et l'action de la Banque européenne d'investissement, de développer des "project-bonds", qui financeraient des investissements d'infrastructures, et de débloquer des fonds européens inutilisés.

Qui est pour ? Le projet était dans les cartons de la Commission européenne depuis longtemps, mais c'est le nouveau président français François Hollande qui a relancé l'idée. Qui a été soutenue vendredi par les quatre dirigeants des principales économies de la zone euro. Y compris la chancelière allemande Angela Merkel, qui ne s'est pas fait prier pour rappeler qu'elle avait fait ce pas en avant, mercredi, lors de son discours devant le Parlement allemand.

Qui est contre ? Relancer la croissance est revenu au centre des enjeux de la zone euro, et fait consensus aujourd'hui.

2. Les euro-obligations 

Qui est pour ? La France veut en faire son fer de lance. Paris espère que la perspective des euro-obligations soit inscrite dans une "feuille de route à dix ans", avec des étapes intermédiaires. Elle est soutenue par l'Italie.

Qui est contre ? L'Allemagne. Elles sont "économiquement mauvaises" et "contreproductives",a insisté Angela Merkel mercredi devant le parlement allemand. Une position qu'elle - ou son gouvernement - ne cesse de marteler ces dernières semaines. Au point que la semaine dernière, le premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a admis qu'elles n'étaient pas envisageable à court terme.

Les lignes peuvent-elles bouger ? Le "nein" allemand semble pour l'heure trop fort pour que la France et ses alliés aient gain de cause.

3. L'Union bancaire 

Elle fait partie des propositions du président de l'UE, Herman Van Rompuy, pour une meilleure intégration financière des pays de la zone euro. Elle viserait à casser le cercle vicieux dette souveraine-crise des banques par la mise en place de mécanismes supranationaux de supervision, de garanties des dépôts et de restructuration.

Qui est pour ? Sur le fond, tout le monde, mais tous ne s'accordent pas sur les modalités. Deux de ses piliers, une mutualisation des garanties des dépôts et un fonds commun de résolution des crises bancaires, paraissent prématurées à l'Allemagne. Seule l'idée de renforcer la supervision semble faire consensus et pourrait déboucher sur une annonce à l'issue du sommet, même si Londres veut demander des garde-fous pour protéger son secteur financier.

L'utilisation plus souple des fonds de secours de la zone euro, le FESF et son successeur le MES, afin qu'ils puissent recapitaliser directement les banques, est souhaitée par l'Espagne et soutenue par la France. L'Allemagne s'y oppose pour le moment : pour elle, pas question d'aider des banques en difficulté sans avoir un droit de regard sur la politique budgétaire des pays concernés.

Les lignes peuvent-elles bouger ? Ce sont les tractations du sommet qui en décideront.

4. L'union budgétaire

Elle reposerait sur un contrôle plus centralisé des budgets nationaux, avec éventuellement à terme un ministre du Budget pour l'ensemble de la zone euro, un Trésor européen, et la nécessité d'obtenir l'accord des autres pays pour dépasser un certain niveau d'endettement.

Qui est pour ? L'Allemagne et l'Autriche soutiennent ces abandons de souveraineté.

Qui est contre ? Peu de pays, notamment ceux ayant reçu une aide européenne, acceptent de voir l'Europe, et l'Allemagne, mettre son nez dans leurs budgets. La France et l'Italie demandent à l'inverse la mise en place rapide d'une mutualisation des dettes, via la mise en place d'euro-obligations.

Commenter cet article

  • tousamis : Il y a déja une chose très importante amené par l' Europe : la paix !! sinon nous aurions eu déja une troisième guerre mondiale !! allez demander aux agriculteurs, aux pecheurs, aux scientifiques, aux chercheurs si l' Europe n'a rien amené !! et la solidarité, c'est pas important ça ?

    Le 28/06/2012 à 17h29
  • assacar : A ababord : je ne suis pas sur que s'imbiber de parole aussi vertueuse soient elles puisse d'une manière ou d'une autre remplacer la réalité : quel pays de ce monde et aujourd'hui serait pour vous l'exemple a suivre ? si ces idées sont si bonnes, pourquoi ne marchent elles nul part ? le communisme (alors j'avoue ne pas connaitre les idées de Larrouturou et ne pas vivre plus mal pour autant) et les doctrines assimilées sont responsable dans tous les pays ou ils sont appliqués que de loi liberticide et de société en retard a tout niveau (allez, a part la santé et encore juste a cuba). sans compter les 200 millions de morts depuis 100 ans.... ps : je suis chef d'entreprise, je l'ai crée il y a 7 ans et je peux vous dire que j'ai mangé et mange encore pas mal de pates....créez de la richesse plutot que de vouloir partager celle existante, on verra si qd vous aurez donné tout ce que vous avez pour le faire vous voudrez encore que les bénéficies de tout ça soient "mutualisés"....il faut de la solidarité, sur ce point je suis d'accord, mais il faut peut être qu'en france on commence a envier ceux qui réussissent plutot que de vouloir tout leur prendre et les stigmatisé comme les méchants de la société.....

    Le 28/06/2012 à 17h06
  • odlm : Certe plus d"EU est indispensable, mais nous devons commené à être plus uni : Analyser tous les dossiers sans arrière pensée politique en souhaitant des syndicats non politisés. Nous venons de vivre 5 ans tout contre Sarko, sans tenir compte de ses actions EU & mondiale. Certes nos amis Allemands ont bénéficié de l'?, lors du regroupement des 2 allemagnes, mais aussi, il ont su travailler ensemble avec l'appui des syndicats. Mais depuis le temps est passé..... Notre France & l'Allemagne doivent travailler ensemble sans arrière pensée. Nous devons donc revoir notre esprit FRANCAIS afin de montrer notre solidarité FRANCAISE, pour réduire notre dette et si possible faire intervenir tous les points noirs des finances des plus riches qui utilisent la défiscalisation en placant leur fonds en Belgique, Luxembourg, Suisse , Jersey, Monaco et autres paradis fiscaux. Un pays est comme un ménage, si j'ai des dettes je dois les payer, je pense pas que mon voisinage soit d'accord pour les payer. Tous mes revenus sont envoyés aux fisc, ne serait il possible d'utiliser l'informatique de traquer tous les mouvements de fonds illicites (Nous savons bien automatiser les actions en bourse) Plus d'EU devrait pouvoir harmoniser tous ces points litigieux et renforcer nos frontières contre l'immigration clandestine.

    Le 28/06/2012 à 16h47
  • ababord : La Chine et la Russie ont des économies ultra-libérales . La Corée n'a jamais été un modèle pour les progressistes ! De toutes façons c'est dans son pays que l'on se bat pour des changements,on ne le quitte qu'en cas de persécution ou pour des raisons professionnelles ;ce sont les grosses fortunes qui s'expatrient. pour payer moins d'impôts. Lisez Larrouturu et si vous n'êtes pas d'accord , au moins remplacez l'invective par l'argument!

    Le 28/06/2012 à 16h34
  • assacar : En avant première les résultat de ce sommet : notre président , M. F......, fera ce soir une annonce pour dire que les discussions vont dans le bon sens mais qu'il y a encore des points a travailler et que donc aucune réforme n'a été adoptée. Ce qui peut se traduire en langage usuel plus simplement par ces mots : rien de nouveau sous le soleil.....

    Le 28/06/2012 à 16h09
      Nous suivre :

      Une mystérieuse boule de feu embrase le ciel de Russie

      logAudience