En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : JO de Sotchi 2014

Faut-il des JO à Paris en 2024 ?

Axel Constantinoff par
le 13 août 2012 à 10h32 , mis à jour le 13 août 2012 à 11h26.
Temps de lecture
4min
Le handballeur Luc Abalo, célébrant la victoire en finale des Jeux Olympiques de Londres, le 12 août 2012.
A lire aussi
ConjonctureLes JO de londres terminés, la question d'une nouvelle candidature de Paris se pose. Si le gouvernement n'y est pas opposé, la prudence reste de mise, après deux échecs consécutifs.

Avec l'engouement suscité par la réussite des JO de Londres, la question revient inévitablement sur le tapis : Paris doit-elle se lancer dans une nouvelle candidature ?  En avril dernier, le président sortant Nicolas Sarkozy avait relancé l'idée. "Pour gagner, il faut être légitime, pour être légitime, il faut une bonne date", avait-il déclaré. Son successeur, François Hollande, n'y est pas opposé. En juillet dernier, le président de la République et le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ont estimé qu'une nouvelle candidature serait une "très belle ambition pour la France". "Je sais que c'est beaucoup d'investissements, mais en même temps, ça permet de rénover la ville, de l'équiper, et puis si c'est bien fait il peut y avoir non seulement un retour sur investissement mais on peut garder aussi après des équipements ou des aménagements qui vont être utiles à la société", avait notamment souligné Jean-Marc Ayrault. 

 

Le Premier ministre a estimé qu'un "travail d'évaluation" serait cependant nécessaire avant de prendre une décision sur une éventuelle candidature, afin de "comprendre" les raisons des deux échecs essuyés par la capitale française pour 2008 et 2012. "Si on prend la décision d'une candidature pour 2024, il faudra la faire d'abord en ayant une bonne connaissance du paysage après la décision pour les prochains jeux, et puis il faudra que ça soit quelque chose qui soit porté par l'ensemble du mouvement olympique et sportif lui-même", a-t-il ajouté.

 

Fillon et Fourneyron : prudence


Au sein même du gouvernement, tout le monde n'est pas convaincu. "Déposer une candidature, il faut aller jusqu'au bout, trois échecs c'est trop", estime la ministre des Sports Valérie Fourneyron. "Les Jeux, c'est pas simplement quinze jours de grandes manifestations et ce n'est pas seulement de grandes infrastructures. On le voit ici à Londres, il y a eu tout un investissement en termes d'entreprises, en termes d'innovations. Il faut aussi qu'on soit extrêmement attentif au projet pour la nation, car les Jeux olympiques ça coûte cher et donc il n'est pas question d'investir de telles sommes pour simplement quinze jours d'accueil pour une manifestation comme les Jeux olympiques", a-t-elle souligné.

 

Pour François Fillon, la crise que l'Europe traverse inscite à la prudence. "Je pense qu'aujourd'hui les Français ne comprendraient pas qu'on se lance dans cette aventure certes passionnante mais qui s'apparente plus à un feu d'artifice qu'à un investissement d'avenir", a déclaré dimanche l'ancien Premier ministre dans le JDD. Il égratigne au passage le maire de Paris, Bertrand Delanoë. "Paris a tellement de retard en terme d'investissements de logements, de transports et de bureaux que ce projet ne me paraît vraiment pas prioritaire", estime-t-il.

 

Mais la France, qui n'a pas accueilli de JO d'été depuis 1924, pourrait à nouveau se laisser tenter par une aventure qui séduit toujours la population. D'autant qu'en période d'austérité, le projet de Paris 2012 récyclé pourrait coûter beaucoup moins d'argent que ceux de Londres, en s'appuyant sur de nombreuses structures sportives déjà existantes. Pour les JO 2020, Madrid, Tokyo et Istanbul sont candidats. La logique d'alternance des continents prônée par le CIO voudrait que Tokyo l'emporte. En 2024, les Jeux auraient donc probablement lieu en Europe: pourquoi pas une candidature de plusieurs pays de la zone euro, avec le foot en Espagne, le handball, l'athlétisme en France et la natation en Italie ?

Commenter cet article

  • jak_74 : Avec un autre maire, ca pourrait être possible !

    Le 20/08/2012 à 14h53
  • fgd2b : Si on change le maire oui

    Le 16/08/2012 à 14h59
  • wikiwiki : Et pourquoi pas une candidature Paris Lille Bruxelles ?

    Le 14/08/2012 à 10h34
  • calimero33300 : Yannlux, vous étiez dans les jeux, pas à coté, car les JO sont des gouffres non rentables !

    Le 14/08/2012 à 10h16
  • raleur3 : 2024 soit 100 ans après. Ca serait marrant :) Mais est-ce que c'est vraiment rentable pour le contribuable ? c'est surtout ça la question. Car avec une taxe de seulement 7% dans la restauration et les hotels il va en falloir du monde ... Donc si c'est pour seulement enrichir une partie de la population au détriment de la marjorité , c'est idiot

    Le 14/08/2012 à 08h36
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience