En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Crise : l'hôtellerie française accuse le coup


le 01 août 2012 à 18h29 , mis à jour le 01 août 2012 à 18h38.
Temps de lecture
3min
Le nouveau classement des hôtels fait débat

Le tout nouveau système de classement des hôtels est entré en vigueur lundi. Mais seule la moitié des établissements français s'y est conformée. La réforme ne semble pas du goût de certains établissements... / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
ConjonctureLa fréquentation des hôtels en France toutes catégories confondues a baissé au premier semestre 2012, selon le baromètre du cabinet InExtenso-Deloitte. Seul Paris a réussi à tirer son épingle du jeu.

Les hôtels n'affichent plus "complet" en 2012 ! Au cours des six premiers mois de l'année, les taux d'occupation ont été revu à la baisse : -0,5% dans la catégorie grand luxe (5 étoiles et +), -1,1% dans le haut de gamme, -1,9% dans le milieu de gamme, -1,8% dans la catégorie économique et de -3,7% en super-éco, selon le baromètre du cabinet InExtenso-Deloitte publié mercredi.

En revanche, les prix moyens ont progressé de 1,4% à 3,4% suivant les catégories. Au bout du compte, le RevPAR, principal indicateur du secteur qui combine taux d'occupation et prix moyen, a progressé pour le haut de gamme (1,8%) et le grand luxe (2,9%), alors qu'il a baissé dans les autres segments (-0,1% pour le milieu de gamme, -0,4% pour l'éco et -1,9% pour le super-éco).

L'exception parisienne

Depuis le début de l'année, Paris a échappé à la morosité du secteur car l'hôtellerie y a attiré les hommes d'affaires comme les touristes, et autant les individuels que les groupes, selon le cabinet InExtenso-Deloitte.

Selon inExtenso, "l'hôtellerie française, comme de nombreux prestataires de services, a subi la crise. Paris a surnagé dans cette situation grâce à son statut privilégié sur le marché international". Ce qui n'est pas le cas de la province où la clientèle est moins diversifiée et l'économie moins internationalisée.
 

Commenter cet article

  • zen1494 : Il est fini le temps où les familles prenaient leurs vacances à l'hôtel. Quand on doit faire un long trajet, une nuit d'hôtel coûte au minimum 80 ?uros plus les petits déjeuners à 7 ou 8 euros par personne, c'est un trou dans le budget non négligeable et si on le ramène au franc, ce que j'ai fait dernièrement, c'est plus de 600 francs, juste pour dormir une nuit à deux personnes...Cela fait réfléchir. Même les chambres d'hôte ont considérablement augmenté leurs tarifs ! Heureusement, il reste les gîtes qui sont encore à un prix abordable si on veut avoir un vrai toit pour les vacances.

    Le 08/08/2012 à 09h40
  • sergiotlse31 : Le jour où leurs clients ne seront plus considérés comme des cochons de payeurs (notamment dans le Sud) cela ira sûrement mieux pour eux...

    Le 02/08/2012 à 19h18
  • moijebosse : Impos sur le revenus: 7000 euros. Ca fait ce de moisn que j'aurais prefere depenser dans des hotels et restos en vacances. Au lieu de ca, le gouvernement detruit l'economie en ponctionnant tout ce qui lui est necessaire pour entretenir les emplois. 7.5 milliards de hausses d'impos en 2 mois, vous croyez que ca vient d'ou? c'est ca demoins dans le pays pour faire vivre les gens qui bossent.

    Le 02/08/2012 à 13h22
  • bidou2012 : Bien spur que c'est dramatique, près de 7 % du pib et près d'un million d'emplois directs et indirects

    Le 01/08/2012 à 20h51
  • ond59 : - O,1 % Pour le milieu de gamme ? C'est dramatique ! :-) Et notre pouvoir d'achat ? C'est moins combien ?

    Le 01/08/2012 à 19h43
      Nous suivre :
      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      Les images du groupe d'Indiens qui émerge de la forêt amazonienne pour la première fois

      logAudience