En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Rebond des Bourses européennes qui relativisent la position de la BCE


le 03 août 2012 à 18h28 , mis à jour le 03 août 2012 à 18h30.
Temps de lecture
3min
Cours de bourse sur un écran d'ordinateur.

Cours de bourse sur un écran d'ordinateur. / Crédits : Hemera Technologies / Thinkstock

A lire aussi
ConjonctureLes Bourses européennes ont nettement rebondi vendredi à la clôture à la faveur d'une détente du marché obligataire, relativisant la déception suscitée la veille par le statu quo de la BCE, et après la publication de chiffres mensuels de l'emploi américain meilleurs que prévu.

La Bourse de Paris a clôturé en hausse de 4,38%, Londres de 2,21% et Francfort de 3,93%. Milan et Madrid, qui avaient sévèrement dévissé la veille, ont respectivement bondi de 6,34% et 5,14%.

L'Espagne et l'Italie, particulièrement sous pression sur le marché obligataire ces derniers jours, respiraient un peu, bénéficiant d'une nette détente des taux des échéances de court terme, la Banque centrale européenne (BCE) ayant précisément indiqué qu'elle se concentrerait sur ces titres en cas d'intervention.

Jeudi, la BCE a réitéré son engagement à "tout faire" pour protéger la zone euro et prévenu qu'elle pourrait racheter à nouveau de la dette de pays en difficulté, mais seulement avec les fonds de secours européens et donc une fois que ces Etats auraient fait une demande d'aide.

Après s'être désolés de ce qu'ils estimaient être de l'immobilisme, les marchés ont revu leur jugement pour se focaliser sur les progrès en cours en matière de cohésion européenne. "Ils sont désormais convaincus que les autorités monétaires vont agir pour apaiser les marchés, ce n'est qu'une question de semaines", souligne Jérôme Vinerier, analyste chez le courtier IG Market.

"L'évolution observée hier était surprenante et la déception des marchés incompréhensible. Aujourd'hui, il est absolument clair que la BCE se tient prête à agir au sein de la zone euro en cas de besoin, et la hausse d'aujourd'hui est le signe que les investisseurs l'ont compris", a également estimé Robert Halver, analyste pour la banque Baaderbank.

En l'absence de décisions de politiques monétaires d'ici septembre, les statistiques prenant le pouls de l'économie des pays développés revenaient au premier plan, à commencer par les chiffres de l'emploi américain. En juin, l'économie américaine a créé 163.000 emplois de plus qu'elle n'en détruisait, faisant mieux que la prévision médiane des analystes qui tablait sur 100.000 embauches. Toutefois, le taux de chômage à légèrement augmenté à 8,3%.

Du côté des changes, la monnaie unique européenne montait face au dollar. Vers 16H00 GMT (18H00 à Paris), l'euro valait 1,2370 dollar contre 1,2178 dollar jeudi vers 21H00 GMT.

Commenter cet article

  • hewyllban : Comment disait-il Jean de La Fontaine ? "Le boeuf et le crapaud", un peu de poésie pour préparer la rentrée de septembre. Cela va être sanglant, On va lui en donner pour son argent au Curiosity. Au Portugal, nous jouons les positions CDU, BE et gauche du PS....... Avec les remerciments de Temudjin......

    Le 07/08/2012 à 17h01
      Nous suivre :
      Ils plongent d'une falaise de 27 mètres

      Ils plongent d'une falaise de 27 mètres

      logAudience