En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Chômage : record absolu dans la zone euro

Edité par avec
le 30 avril 2013 à 13h50 , mis à jour le 01 mai 2013 à 14h58.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
ConjonctureLe chômage a enregistré en mars un nouveau record absolu dans la zone euro, touchant 19,2 millions de personnes, soit 12,1% de la population active, selon les chiffres communiqués mardi par l'institut européen de statistiques Eurostat.

Face au fardeau du chômage, la France n'est pas seule...   Le chômage, qui vole de record en record en Europe, en est à son 23e mois consécutif de hausse dans la zone euro, où 62.000 personnes supplémentaires sont venues grossir les rangs des demandeurs d'emploi en un mois. Il touche désormais 19,2 millions de personnes, soit 12,1% de la population active, selon les chiffres communiqués mardi par l'institut européen de statistiques Eurostat.
 
Dans l'ensemble de l'Union européenne, le chômage touchait en mars 26,5 millions de personnes, soit un taux à 10,9% et 69.000 demandeurs d'emploi supplémentaires par rapport à février. La progression du chômage est spectaculaire par rapport à mars 2012: le taux de chômage était alors de 11,0% dans la zone euro et de 10,3% dans l'ensemble de l'UE.

Plus d'un jeune Grec sur deux au chômage
 
Dans le détail, c'est toujours en Grèce que le taux est le plus élevé, et là encore il ne cesse d'augmenter: il s'établit à 27,2%, selon les dernières données disponibles datant de janvier, contre 26,4% en décembre.   Le taux espagnol monte également, et se rapproche dangereusement de celui de la Grèce: il était de 26,7% en mars, contre 26,3% le mois précédent. En France, le taux est monté à 11% contre 10,8% un mois plus tôt, tandis qu'il est resté stable en Allemagne à 5,4%. Pire, la situation des jeunes actifs s'aggrave : le taux de chômage des jeunes s'est élevé à 24% dans la zone euro en mars. Il atteignait 59,1% en Grèce (selon des données datant de janvier) et 55,9% en Espagne, mais aussi 38,4% en Italie et 38,3% au Portugal.

Ce chiffre devrait alimenter en tout cas le rejet de l'austérité de plus en plus partagé dans les pays du sud, notamment en Grèce, en Espagne et au Portugal. Car, c'est dans ces trois pays bénéficiant d'une assistance financière internationale, assortie de plans d'austérité drastiques, que le chômage est le plus élevé. Et rien, dans les plans adoptés par les pays sous programme pour se conformer aux exigences de leurs créanciers, ne semble de nature à inverser la tendance à court terme.

A lire aussi : L'austérité a un effet catastrophique sur la santé

A lire aussi : La crise limite les embouteillages en Europe

Commenter cet article

  • shooby02470 : Mais je croyais qu'il n'y avait qu'en France où ça faisait ça !?!

    Le 01/05/2013 à 13h47
  • shooby02470 : Pourquoi pas, après tout on rejoindrait l'Allemagne, qui du point de vue de la dette réelle est déjà au même niveau que la Grèce !

    Le 01/05/2013 à 11h27
  • ababord : En tout cas ce monde là où les riches le sont devenus encore plus alors que les pauvres le sont devenus encore plus existe bel et bien .des milliards et des milliards dans les paradis fiscaux , un nombre de milliardaires qui s'accroît malgré la crise ,la BCE qui prête à taux faible aux banques qui se renflouent en prêtant ã taux élevé à certains et états et aux PME cela ce n'est pas une économie qui profite à tout le monde .Les richesses sont crées évidemment mais par le travail de tous et doivent être réparties par une taxation des revenus et des transactions financiers si on veut relancer la croissance en Europe . L'austérité comme le pensent Obama et Stiglitz nous conduit droit au mur et une croissance respectueuse de l'environnement et de l'emploi favorisée par des pôles publics financiers serait bénéfique à tous les pays et leurs peuples mais à condition que les ultrariches le soient un peu moins .

    Le 01/05/2013 à 02h41
  • 3francs6sous : Ababord: Croire que les exportations se font au detriment des autres pays, c'est croire que l'economie est un jeu a somme nulle (le gain des uns est la perte des autres): cela revient a croire que la croissance n'existe pas, que les richesses existent sans pour autant etre crees. Ce monde la n'existe pas.

    Le 01/05/2013 à 01h35
  • ababord : Mais l'économie de l'Europe ( avec gouvernements de gauche ou de droite )est dominée par le point de vue de la troïka et de Merkel pour satisfaire la finance en imposant partout l'austérité.Meme en Allemagne qui en pâtit un peu moins ( car cette orientation est faite pour elle et ses exportations au détriment des autres pays surtout ceux qui lui sont soumis comme la Tchécoslovaquie par exemple ) le chômage a augmenté ( 7% ) on a des millions de pauvres , des salaires à un euro de l'heure des millions de femmes qui ne recherchent plus de travail . L Europe sera sociale ou explosera .

    Le 30/04/2013 à 23h46
      Nous suivre :
      Catastrophe de Rosny-sous-bois : "La partie restante de l'immeuble menace de s'effondrer"

      Catastrophe de Rosny-sous-bois : "La partie restante de l'immeuble menace de s'effondrer"

      logAudience