En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Sommet européen: accord budgétaire à 25, discorde sur la Grèce


le 30 janvier 2012 à 22h38 , mis à jour le 31 janvier 2012 à 07h36.
Temps de lecture
5min
De gauche à droite, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Mario Monti à Bruxelles le 30 janvier 2012

De gauche à droite, Nicolas Sarkozy, Angela Merkel et Mario Monti à Bruxelles le 30 janvier 2012 / Crédits : AFP/

À lire aussi
ConjonctureA l'exception de la Grande-Bretagne et la République tchèque, les dirigeants de l'UE se sont entendus lundi sur le nouveau pacte budgétaire qui doit contrôler plus étroitement les finances publiques de tous les membres du bloc communautaire.

Entamé sur fond de polémique, suite à une proposition de l'Allemagne visant à placer la Grèce sous stricte tutelle budgétaire, le premier sommet des dirigeants européens de l'année s'est finalement soldé par un accord, lundi à Bruxelles. Les pays de l'Union européenne, à l'exception de la Grande-Bretagne et de la République tchèque, ont adopté lundi soir un nouveau traité renforçant leur discipline budgétaire, avec l'introduction prévue partout de "règles d'or" sur l'équilibre.

Les autres Etats ont accepté d'inscrire dans leurs législations une règle  d'or sur le retour à l'équilibre budgétaire et des sanctions quasi-automatiques en cas de dérapages des déficits publics, comme le voulait à tout prix l'Allemagne en échange d'une poursuite de sa solidarité financière avec les  pays en difficulté. Le traité, qui confirme l'ascendant pris par Berlin dans la gestion de la  crise de la dette, doit désormais être signé lors d'un prochain sommet en mars  avant les longues phases de ratification. Ce pacte budgétaire a buté jusqu'au dernier moment sur une question annexe,  le format des sommets de la zone euro.

500 à 750 milliards

La France et la Pologne se sont livrées à un bras de fer avant de trouver  un compromis: Paris tenait à ce que les dix-sept pays utilisant la monnaie commune puissent se retrouver seuls entre eux sur certains sujets. Varsovie  estimait que tous les pays appelés à rejoindre l'euro devaient être invités.  Au final, les sommets de la zone euro seront limités aux pays de l'Union  monétaire, sauf sur certains sujets où les autres Etats n'en faisant pas partie pourront aussi être conviés. Nombre de pays européens espèrent que ce traité encouragera la Banque  centrale européenne à faire davantage à l'avenir pour aider la zone euro face à  la crise de la dette. Il pourrait aussi convaincre la chancelière allemande Angela Merkel de renforcer les moyens du Fonds de secours permanent de la zone euro pour les  pays fragiles, le MES, qui a été officiellement mis sur les rails lundi soir et  commencera à fonctionner en juillet. Berlin est sous pression pour accepter une hausse des moyens du mécanisme de 500 à 750 milliards  d'euros. La question sera tranchée en mars.

En attendant, les dirigeants européens ont dû se pencher une nouvelle fois  sur la situation de la Grèce, engluée dans la récession et plus que jamais sous  perfusion financière de l'extérieur.  Berlin a jeté un pavé dans la mare en proposant de placer Athènes sous  stricte tutelle: un commissaire européen disposerait d'un droit de veto sur les  décisions budgétaires du gouvernement. Cette idée a été rejetée catégoriquement par la France. Le président  Nicolas Sarkozy a jugé que ce ne serait "pas raisonnable, pas démocratique et  pas efficace". Athènes ne veut pas en entendre parler. "Soit nous avançons sur la voie  démocratique où chaque pays est responsable de sa propre politique, soit nous sapons la démocratie dans l'Europe entière", a réagi Georges Papandréou, le  chef de file des socialistes grecs et ex-Premier ministre. Face à cette fronde, la chancelière allemande Angela Merkel a tenté de  calmer le jeu, sans pour autant se désavouer. La question d'une surveillance accrue des décisions du gouvernement grec  "se pose" car les réformes promises ne sont pas toutes mises en oeuvre,  a-t-elle dit. "Le débat doit porter sur "comment l'Europe peut aider à ce qu'en Grèce les tâches qui ont été données soient effectuées", a-t-elle estimé.

L'enjeu n'est pas mince: il s'agit du déblocage du second plan d'aide au  pays d'un montant de 130 milliards d'euros, promis par les Européens en octobre  dernier. Cette aide est vitale pour la Grèce qui doit rembourser 14,5 milliards  d'euros de prêts le 20 mars, faute de quoi elle sera en cessation de paiements. Mais le pays doit en parallèle boucler des négociations avec ses créanciers  privés pour réduire sa dette de 100 milliards d'euros, condition sine qua non  au déblocage de l'aide européenne. Sur ce point, cela avance "dans la bonne  direction", a indiqué le président français, qui a lancé un appel du pied à la  BCE pour qu'elle accepte aussi une réduction de ses propres créances. Le Premier ministre grec, Lucas Papademos, a dit tabler sur un accord  global d'ici la fin de la semaine, tant avec les banques qu'avec les créanciers  publics du pays. Et il se refuse dans l'immédiat à envisager de demander plus  que ce qui a été promis à Athènes, malgré la dégradation économique continue de son pays.

Impensable que la France n'applique pas la règle d'or

La chancelière allemande Angela Merkel  a jugé lundi impensable que la France n'applique pas la nouvelle règle d'or  budgétaire européenne, alors qu'elle a été critiquée par le favori des sondages, le socialiste  François Hollande. La chancelière était interrogée sur le risque pour elle de devoir le cas  échéant porter plainte contre la France devant la Cour européenne de justice au  cas où le candidat socialiste François Hollande l'emporterait en mai et refuserait de mettre en oeuvre le traité signé par le président Nicolas Sarkozy. "C'est pourquoi je ne peux pas m'imaginer la plainte (devant la CEJ), parce  que cela n'aura pas lieu", a-t-elle ajouté. François Hollande fait planer l'incertitude sur ses  intentions à l'égard du traité européen et de la règle d'or budgétaire. Il a  promis la semaine dernière de "renégocier" le texte pour faire en sorte qu'on parle davantage de croissance.  Nicolas Sarkozy a lui indiqué lundi que le nouveau traité ne pourra pas être adopté par le Parlement français avant l'élection présidentielle, mais qu'il ne doutait pas qu'il serait ensuite approuvé.

Commenter cet article

  • jghttc1 : @Iova : Permettez-moi de vous répondre que, dans cette, histoire ce sont plutôt les chefs d'états Européens qui semblent trés superficiels : S'il y avait une véritable volonté de mettre un terme à la "tragédie" Grecque, il y a longtemps que des mesures radicales auraient pu être prises envers ce pays (mais en passant, les chefs d'états n'auraient plus eus de raison de se rencontrer, à ce sujet, pour un sommet, tous les quatres matins ). Quant à la règle d'or, depuis le temps qu'on en parle en France, M.Sarkozy avait déjà mille et une possibilités de la faire l'inscrire dans la constitution !

    Le 31/01/2012 à 16h24
  • misterlife : VRAI!!il a ruiné la france en 5ans...chomage en hausse en 5ans!!son bilan est NUL

    Le 31/01/2012 à 15h39
  • loava : Au lieu de toujours repeter les mêmes rengaines essayez plutot de vous informer sur le contenu de ce qui s'est décidé ! ne restez pas superficiel !

    Le 31/01/2012 à 13h37
  • loava : Dom145 : vous etes dans le rêve de Hollande ! Vous croyez qu'en mai, le nombre de chomeur va baisser subitement, que la dette va s'évanouir ? on en reparlera à la rentrée de l'été !

    Le 31/01/2012 à 13h35
  • aciery : Michelfan et oui la vérité est tellement rengaine pour les droitards !

    Le 31/01/2012 à 13h28
      Nous suivre :
      Plus de 6.000 personnes pour le plus grand portrait "humain" du fondateur de la République turque

      Plus de 6.000 personnes pour le plus grand portrait "humain" du fondateur de la République turque

      logAudience