En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Crise financière

Les Bourses européennes de nouveau dans le rouge


le 05 août 2011 à 06h36 , mis à jour le 05 août 2011 à 14h29.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
Conjoncture La dégringolade généralisée entamée jeudi par les Bourses mondiales se poursuit. Les principaux marchés européens ont de nouveau plongé dès l'ouverture ce vendredi.

CAC 40 (FR0003500008)  Le "jeudi noir" se poursuivait ce vendredi matin sur les Bourses européennes. A Paris, le CAC 40 a ouvert sur une baisse de 1,14% tandis que le Footsie à Londres chutait de 3,44%. Francfort perdait 2,08%, Milan 3,31% et Madrid 1,47%. Les bourses de Milan et de Madrid sont néanmoins reparties à la hausse grâce au rebond des valeurs bancaires. Un rebond qui fait suite à des rumeurs de marché sur une possible intervention de la Banque centrale européenne. Hors de la zone euro, la Bourse suisse a chuté de 1,59%. 

Jeudi soir, les marchés asiatiques ont imité les Bourses européennes et américaines inquiètes de l'avenir de l'économie mondiale et la santé budgétaire vacillante de la zone euro. A Tokyo, le Nikkei  a clôturé sur une chute de 3,72%, affichant son plus bas niveau depuis le séisme du mois de mars. Sydney a clôturé en baisse de 4% tandis que Hong Kong a plongé 4,29%. Séoul a fini sur une baisse de 3,70%. Quant à Shanghaï, elle a clôturé en baisse de 2,15%.

Discussions entre dirigeants européens

En Amérique latine, les marchés ont aussi cédé au pessimisme mondial, clôturant sur des chutes record. La Bourse de Sao Paulo, principale place financière de la région, a chuté de 5,72%. Une première depuis la crise financière de l'automne 2008. Au Mexique, le principal indice a reculé de 3,37% tandis que Buenos Aires a chuté de 6,01%. Et l'état des marchés mondiaux ne devrait pas s'améliorer ce vendredi. "Pendant toute la journée, le marché sera sans doute dominé par l'aversion au risque et tous les yeux vont se tourner vers les chiffres du chômage et de l'emploi aux Etats-Unis" pour juillet, dont la publication est prévue pour 14h30, a estimé Kintai Cheung, économiste à la banque Crédit Agricole.

Jeudi soir, la Bourse de New York a lourdement chuté. Le Dow Jones a perdu 4,31% pour retrouver son niveau de décembre, et le Nasdaq 5,05%. La zone euro reste très inquiète, en particulier en raison de la situation instable de l'Espagne et de l'Italie. José Manuel Barroso, le président de la Commission européenne, et Jean-Claude Trichet, le président de la Banque centrale européenne, sont pourtant montés au créneau dans la journée pour tenter d'apaiser les marchés.  L'Elysée a confirmé jeudi soir que Nicolas Sarkozy avait entamé des consultations avec Jean-Claude Trichet. "Le président de la République aura [vendredi] au téléphone la chancelière allemande Angela Merkel et le président du gouvernement espagnol José Luis Zapatero", a précisé la présidence française.

Commenter cet article

  • quelavenir : On y est ! Plouf !

    Le 06/08/2011 à 22h01
  • supersumo : Avec le nombre d'enfants en france ça m'etonnerait !, en fait ça n'a rien à voir, enfin si ça coutera encore plus cher pour ceux qui voudront etre propriétaires et emprunter, c'est ça ou dormir dehors. Les APL ils y a de forte chance pour qu'ils soient sérieusement diminué ils en parlent dejà...

    Le 05/08/2011 à 18h13
  • supersumo : Ils coulent l'euro et nous on l'abandonne pas, et apres, ils se coulent eux meme, sinon le remboursement de la dette ils l'ont ou je pense, entre ceux que l'on nous doit et ce que l'on doit on est gagnant. Les pensions américaines on s'en contrefout, c'est pas notre problème.

    Le 05/08/2011 à 18h10
  • eliot1949 : Mais mon pauvre, ce sera le citoyen qui payera.Y aura pas le choix.

    Le 05/08/2011 à 16h34
  • eliot1949 : Non on s'en relevera pas. L'Euro est mal aimé et les financiers Americains maqués avec les Chinois et certains pays Arabes (petroliers) ne veulent pas que l'Euros et le Yen deviennent forts. En plus comment s'en sortir quand la France par exemple n'a pratiquement plus d'industries puissantes et j'y inclu l'agriculture et ne compte plus que sur son tourisme.Le seul vrai pays en Europe (EEU) qui est resté industriel c'est l'Allemagene. Pendant combien de temps le citoyen Allemand va t il accepter de soutenir les "cigales" Europeennes? La Chine et les USA n'ont pas le choix que de s'entendre puisque la Chine est presque propriétaire des USA!!!

    Le 05/08/2011 à 15h01

      Jean-Pierre Pernaut nous fait visiter les coulisses du Journal de 13H

      logAudience