En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Aux jeux, c'est l'Etat qui gagne toujours la plus grosse cagnotte


le 06 août 2012 à 18h08 , mis à jour le 06 août 2012 à 18h21.
Temps de lecture
3min
pile de pièces de monnaie

Pile d'euros. / Crédits : John Foxx / Stockbyte / Thinkstock

À lire aussi
ConsommationLes jeux d'argent (loteries, courses de chevaux, paris et poker en ligne) sont à l'origine de 4,7 milliards d'euros de recettes fiscales annuelles pour l'ensemble des administrations publiques.

Ce constat est le fruit d'une étude publiée dans le dernier numéro de la revue "l'Ena hors les murs". Cette revue, rédigée par d'anciens élèves de l'ENA, consacre undossier aux jeux d'argent et de hasard.

L'étude corrobore une enquête réalisée par l'AFP en 2011. Cette année-là, les Français ont misé 31,6 milliards d'euros (26,3 milliards en 2010) au Loto ou Euro Millions, dans les casinos, sur les chevaux, ou pour les paris sportifs et le poker en ligne. Véronique Bied-Charreton, directrice de la législation fiscale à la Direction générale des finances publiques de Bercy, précise dans son étude que les jeux en ligne, ouverts à la concurrence et la régulation de ce secteur par la loi du 12 mai 2010, apportent 1,4 milliard d'euros par an à l'Etat. Quant à La Française des Jeux (11,4 milliards de chiffre d'affaires en 2011) et les quelque 190 casinos français (PBJ, différence entre les mises et les gains des joueurs, équivalent du chiffre d'affaires, de 2,32 milliards d'euros), ils assurent à l'Etat 3,3 milliards d'euros de recettes.
 
L'auteur de cette étude rappelle par ailleurs que les gains des joueurs, comme le gain record à un jeu d'argent en France établi à 162.256.622 euros en septembre 2011 par un joueur du Calvados, ne sont soumis ni à l'impôt sur le revenu, ni aux prélèvements sociaux sur les revenus. Ce n'est que lorsque les gains sont réalisés, comme c'est le cas pour certains joueurs de poker, par des joueurs professionnels "dans des conditions permettant de supprimer ou d'atténuer fortement l'aléa normalement inhérent aux jeux de hasard, qu'ils deviennent imposables au titre des bénéfices non commerciaux", souligne Véronique Bied-Charreton.

Commenter cet article

  • janexx : Encour heureux que cela ne soit pas imposable pour les gagnants!!!! L'état n'a pas oublié de se servir avant distribution.

    Le 07/08/2012 à 15h20
  • nicolefoux : Je le sais franky37, mais je parlais de toutes ces personens qui payent chaque jour en espérant gagner alors qu'au final il sont perdant quoi qu'il arrive (Sauf bien sur en de très rares occasions). Voila pourquoi je parle d'impot sur l'espoir.

    Le 07/08/2012 à 15h14
  • deflo : La dernière fois qu'il y a eu un article sur le Loto, un commentaire demandait à ce qu'on oblige le gagnant à redistribuer ses gains. J'espère que l'auteur peut lire cet article qui prouve que c'est à l'Etat qu'il faut réclamer l'argent et pas à ce type qui avait une chance sur des mille de gagner.

    Le 07/08/2012 à 14h27
  • franky37 : Les gains aux jeux ne sont pas imposés. C'est à la source, la FDJ, que l'état se sert.

    Le 07/08/2012 à 13h21
  • passeparici : L'état gère les entrées (comme celle ci) et les sorties (comme les retraites). Donc dire que cette somme devrait être injectée dans le système de retraite ne veut pas dire grand chose.

    Le 07/08/2012 à 09h16
      Nous suivre :
      L'information secoue Twitter : Hello Kitty n'est pas un chat !

      L'information secoue Twitter : Hello Kitty n'est pas un chat !

      logAudience