En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Carburant : la baisse sera de 3 à 4 centimes


le 27 août 2012 à 10h52 , mis à jour le 28 août 2012 à 11h32.
Temps de lecture
4min
Le prix de l'essence baisse enfin

Après des mois de hausse, les prix ont enfin pris le chemin inverse depuis plusieurs semaines. Les automobilistes arrivent à économiser plusieurs euros sur un plein. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
ConsommationLes distributeurs affirment pouvoir ne pouvoir agir que sur une marge de 1 centime. Une diminution de la Tipce, l'ex-TIPP, ne permettra qu'une baisse de 2 à 3 centimes. La Fnaut juge cette mesure "coûteuse" pour un "effet marginal".

Alors que les prix à la pompe se rapprochent dangereusement de leur record du printemps, le gouvernement, qui avait promis des mesures avant la rentrée, hâte le pas. Samedi, le ministre de l'Economie Pierre Moscovici a pris tout le monde de court en annonçant une baisse des prix à la pompe dès la semaine prochaine par un "effort partagé".

Toutefois sur la notion de "partage", rien n'est encore conclu et les rencontres avec les professionnels mardi s'annoncent complexes même si les industriels ont tenu à donner des signes de bonne volonté. "Nous sommes prêts à accompagner l'effort du gouvernement de façon à ce que cette baisse ou atténuation soit sensible pour l'automobiliste", a déclaré Jean-Louis Schilansky, président de l'Union française des industries pétrolières (Ufip). Mais ce dernier s'est tout de suite empressé d'ajouter "qu'il n'y aurait pas de miracle" pour cause de marges très serrées. "La flexibilité au niveau de la distribution est très, très faible après avoir payé 8 ou 9 centimes de frais pour distribuer les produits pétroliers il reste aux distributeurs de l'ordre de 1 centime d'euro du litre", a-t-il expliqué.

Du côté des enseignes de la grande distribution (Carrefour, Auchan, Casino et Cora qui distribuent près de 25% des carburants en France), les propos étaient même encore plus prudents. "Notre position n'est pas encore arrêtée. Toutefois, ce qui est sûr c'est que nous n'avons quasiment pas de marge de manœuvre et que nous avons déjà fait un effort au travers de la taxe sur les stocks. C'est déjà une contribution très importante", a déclaré à l'AFP Alexandre de Benoist délégué général de l'Union des importateurs indépendants pétroliers (UIP), qui représente les stations-service sous enseignes Auchan, Carrefour, Casino et Cora.

Michel-Edouard Leclerc, président des hypermarchés et supermarchés Leclerc, a annoncé que son enseigne vendrait les carburants à prix coûtant jusqu'à la fin du mois de septembre, lundi matin sur RTL. "Un distributeur (l'enseigne Leclerc, ndlr) a annoncé qu'il allait vendre à prix coûtant et l'Ufip a déclaré qu'elle se tenait prête à accompagner le gouvernement", mais "s'exprimer avant que la réunion ait lieu, c'est mettre la charrue avant les boeufs", a répondu Alexandre de Benoist. Leclerc a été rejoint à la mi-journée par les Magasins U, qui ont annoncé dans un communiqué leur intention de mettre en oeuvre la même mesure, et ont donné la même estimation d'un "impact de l'ordre de 2 à 3 centimes d'euro de moins sur le prix du litre de carburant". "L'enseigne estime l'effort à 10 millions d'euros pour le mois de septembre", ont ajouté les Magasins U, qui possèdent un réseau de 750 stations service. 

Un rapport de la DGCCRF, publié dimanche par la Tribune, est venu confirmer le chiffre avancé par les distributeurs d'une marge nette réduite "très comprimée par une forte concurrence" à 1 centime par litre.

Une "mesure coûteuse" pour les associations d'usagers

Renvoyant la balle dans le camp de l'Etat, les professionnels estiment que la clé des discussions reste le "montant de la diminution de la taxe". Pour faire face à la situation actuelle, le gouvernement aurait en effet décidé de baisser la TICPE (ex-TIPP, qui représente environ 61 centimes par litre d'essence et 43 centimes pour le gazole). Mais pour ne pas trop léser les finances publiques, en ces temps de disette budgétaire, la baisse risque d'être limitée à quelques centimes.

Pour les associations de consommateurs, il faut travailler à une réforme plus profonde. "Il faut autre chose que des mesures de surface", a expliqué à l'AFP Alain Bazot, président de l'association de consommateurs UFC-Que choisir. "Le problème vient principalement de l'augmentation des marges des producteurs et ce n'est pas à la collectivité de payer leurs surmarges".

"Les pouvoirs publics souhaitent que les prix à la pompe baissent concrètement. Maintenant, nous allons attendre les modalités car ce qui nous intéresse, c'est la baisse la plus significative possible et surtout un système pérenne", estime de son côté le délégué général de la CLCV Thierry Saniez interrogé par l'AFP. "On doit aller sur des mesures structurelles et jouer sur l'ensemble des composantes du prix", ajoute-t-il.

La Fédération nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut) a, quant à elle, estimé lundi dans un communiqué que cette baisse de la Tipce taxe était "une mesure coûteuse", qui n'aurait qu'un "effet marginal" sur les prix. La principale organisation d'usagers des transports a appelé les pouvoirs publics à porter plutôt leurs efforts sur l'information du public concernant les prix des carburants, les incitations à en réduire la consommation et des mesures de fond "permettant de réduire progressivement la dépendance automobile".

Le ministre de l'Economie Pierre Moscovici doit rencontrer lundi et mardi à Bercy les associations de consommateurs et usagers, les industriels et la grande distribution pour obtenir une baisse des prix des carburants. En dévoilant les grandes lignes de son plan contre la flambée des prix à la pompe, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, avait évoqué mercredi une diminution "modeste" et "provisoire" de taxe et appelé pétroliers et distributeurs à fournir "leur propre part d'effort".

Commenter cet article

  • avecsarko30 : Sans blague ?

    Le 28/08/2012 à 10h13
  • avecsarko30 : Sevenofyan : ne faites pas semblant de ne pas comprendre. On vous dit que le Diesel est plus nocif.

    Le 28/08/2012 à 10h12
  • avecsarko30 : Ce gouvernement prend les Français pour ce qu'ils sont en général : des moutons ignares en économie.

    Le 28/08/2012 à 10h10
  • piccobello6 : Taper sur Sarko, ça ne mange pas de pain. Le gars traverse deux crises sans précédent, assure le paiement des retraites, des protections sociales, des salaires des fonctionnaires et il se fait encore taper dessus. Il n'y a pas plus ingrat que celui qui a le ventre plein.

    Le 28/08/2012 à 08h56
  • 421123 : Ils "débloquent" surtout...

    Le 28/08/2012 à 01h55
      Nous suivre :
      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      Route du Rhum : ambiance festive à Saint-Malo

      logAudience