En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

En 2011 les fraudes à la CB ont coûté 413,2 millions d'euros


le 02 juillet 2012 à 18h47 , mis à jour le 02 juillet 2012 à 18h55.
Temps de lecture
3min
Une carte bancaire.

Une carte bancaire. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
ConsommationLe taux de fraude sur les paiements et les retraits par carte bancaire dans les systèmes français a légèrement augmenté en 2011, hausse liée aux paiements à distance, et le gouverneur de la Banque de France a appelé les commerçants à renforcer leurs dispositifs de sécurité.

La faute aux paiements à distance. En 2011, le taux de fraude à la carte bancaire - par paiement ou par retrait - a atteint 0,077% du montant des transactions effectuées, soit 413,2 millions d'euros, contre 0,074% en 2010. Ce pourcentage est en progression pour la quatrième année de suite, selon l'Observatoire de la sécurité des cartes de paiement, qui publiait son rapport lundi.

Cette évolution est principalement attribuable à la hausse des taux de fraude sur les paiements à distance, en particulier sur internet, qui sont plus de vingt fois supérieurs (0,341% du montant des transactions) à ceux constatés pour le paiement de proximité (chez les commerçants) et les retraits au distributeur (0,015%).

Identifier les porteurs de cartes

"Pour faire baisser cette fraude, il est important que les dispositifs permettant l'identification des porteurs de carte se généralisent", a exhorté le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer, également président de l'Observatoire, lors d'une conférence de presse. M. Noyer faisait référence aux dispositifs de sécurité renforcée qui permettent aujourd'hui d'introduire une étape supplémentaire entre l'entrée des coordonnées complètes de la carte bancaire et la validation de la transaction.

Le plus connu d'entre eux est appelé "3D Secure", baptisé "Verified by Visa" et "Mastercard Secure Code" chez les deux principaux opérateurs de cartes bancaires. Cette étape nécessite l'entrée par l'acheteur d'au moin une donnée supplémentaire, qui peut être récurrente (date de naissance par exemple) ou à usage unique (code envoyé par SMS par exemple). Pour illustrer l'intérêt de recourir à ce procédé, M. Noyer a cité l'exemple des sites de jeux en ligne qui, pour ceux qui s'y sont convertis depuis l'an dernier, ont vu leur taux de fraude chuter de moitié environ.

Commenter cet article

  • bibi32000 : Et combien ont gagné les opérateurs CB ?

    Le 03/07/2012 à 11h38
      Nous suivre :
      Les chiens ont eux aussi leur compétition de surf !

      Les chiens ont eux aussi leur compétition de surf !

      logAudience