En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Nouvelle formule du Loto : vers un boycott des buralistes ?


le 05 octobre 2012 à 16h20 , mis à jour le 05 octobre 2012 à 16h37.
Temps de lecture
2min
À lire aussi
ConsommationLa confédération des buralistes appelle ses adhérents qui distribuent les produits de la FdJ, à boycotter au moins partiellement la nouvelle formule du Loto, prévue à partir de dimanche.

La nouvelle formule du Loto aura-t-elle du mal à arriver chez nos buralistes ? Le patron des buralistes, Pascal Montredon, a écrit aux buralistes leur demandant de ne pas distribuer les nouveaux bulletins "Multi options" de la nouvelle formule, mais uniquement les bulletins classiques (avec 6 grilles) de l'ancienne version, jusqu'à nouvel ordre.

L'opération baptisée Loto à temps partiel, vise à "gripper" le lancement de cette nouvelle formule pour "faire avancer les négociations sur notre rémunération +jeux+", écrit Pascal Montredon dans ce courrier. Pascal Montredon avait évoqué en juillet l'éventualité d'un boycott. Les buralistes demandent depuis plusieurs mois que cette rémunération, fixée à 5% du chiffre d'affaires jeux passe à 6%, arguant que les jeux sont devenus plus complexes, parfois plus difficiles à expliquer.

De son côté, la Française des jeux explique que la grille de Loto la plus simple valait un franc en 1976 contre 2 euros aujourd'hui. "L'acte de jeux a donc été revalorisé", assurait en juillet un porte-parole de la FDJ. Il rappelait que l'entreprise n'avait "cessé d'investir pour simplifier l'acte de jeux, à la fois pour le joueur et le détaillant". Environ la moitié des 28.000 buralistes sont également distributeurs des produits de la Française des jeux.

Commenter cet article

  • concileo : La FDJ se moque du monde, 1 franc de 1976 vaut bien plus que 2 euros aujourd'hui.

    Le 07/10/2012 à 03h01
      Nous suivre :
      Priées de ne pas "rire fort en public", les femmes turques s'insurgent sur les réseaux sociaux

      Priées de ne pas "rire fort en public", les femmes turques s'insurgent sur les réseaux sociaux

      logAudience