ARCHIVES

Redevance étendue aux ordinateurs : qui serait concerné ?


le 02 juillet 2012 à 16h18 , mis à jour le 02 juillet 2012 à 16h33.
Temps de lecture
3min
Clavier d'ordinateur (archives)

Clavier d'ordinateur (archives) / Crédits : Photodisc / Thinkstock

À lire aussi
ConsommationLa taxation sur les ordinateurs pour financer l'audiovisuel public et accessoirement remplir les caisses de l'Etat évoquée par Aurélie Filippetti samedi est une piste parmi d'autres. Si elle était mise en place, elle concernerait 200.000 personnes.

Interrogée sur la redevance audiovisuelle, Aurélie Filippetti avait évoqué samedi sur RTL l'hypothèse d'une contribution imposée aux écrans d'ordinateurs pour les foyers qui n'ont pas de téléviseurs. "Avec la télé connectée, la télévision va passer de plus en plus par les ordinateurs, est-ce qu'il faut étendre la redevance à ces écrans quand on n'a pas de téléviseur ?" s'était-elle interrogée. "Ce serait évidemment une redevance par habitation, il n'y aura évidemment pas de redevance en plus, toute ces questions sont ouvertes et ce sera dans le cadre du débat pour 2013", avait, en outre, précisé Aurélie Filippetti.  

Selon Le Figaro cette taxation concernerait 200.000 personnes et pourrait rapporter à l'Etat entre 20 et 30 millions d'euros. "A  ce jour, il existe 50 millions de téléviseurs en France", souligne Bernard Heger, délégué général du Simavelec, le syndicat national de l'électronique grand public, interrogé par le quotidien. "Cela signifie qu'il y a quasiment en moyenne deux téléviseurs par foyer. Autrement dit, selon nos estimations, seulement 200.000 foyers ne disposeraient pas actuellement de télévision et seraient donc concernés par l'extension de la redevance. De quoi rapporter à l'État une somme comprise entre 20 et 30 millions d'euros".
 
Ce lundi, l'entourage de la ministre de la Culture et de la Communication a précisé que pour le moment l'idée d'instaurer une taxe sur les ordinateurs pour contribuer au financement de l'audiovisuel public est "une piste de réflexion parmi d'autres". Le gouvernement a prévu pour l'an prochain une réforme touchant l'audiovisuel public et notamment la modification du mode de nomination des membres du Conseil supérieur de l'Audiovisuel (CSA), lui redonnant le pouvoir de nomination des patrons du secteur public de l'audiovisuel.

Commenter cet article

  • deleiya : Et j'ajoute que je ne paie pas de redevance tv car je n'ai pas de tv et que je n'ai pas de triple play car je n'ai ni tv, ni envie de la regarder. Alors payer une taxe pour un service que je n'utilise pas, c'est un impot forcé, une sorte de deuxieme impot sur le revenu.

    Le 03/07/2012 à 17h28
  • deleiya : Sauf que la taxe triple play a été amortie par les FAI et coutaient la location de la box+tv prevue à cet effet( 2-3euros par mois), même si dans le fond cette taxe etait normale et insignifiante comparée aux 145? que coute la redevance "TV" qui va devoir s'appeler redevance "multimedia".

    Le 03/07/2012 à 17h26
  • deleiya : C'est ça le changement payer pour ce que l'on a pas.

    Le 03/07/2012 à 17h20
  • gerard21000 : Faut pas exagérer, une catastrophe, c'est bien pire, c'est la gauche au pouvoir. Toutes les augmentations et taxes diverses que la droite n'aurait jamais pu faire passer, la gauche va s'en charger avec le sourire. Ça c'est une catastrophe.

    Le 03/07/2012 à 15h22
  • petitesfleurs35 : Ah ça va venir sur l'air que vous consommez !! il faut bien que nos ministres marquent leur passage avec une loi qui portent leur nom !!

    Le 03/07/2012 à 15h04
      Nous suivre :

      Ségolène Royal : "Ce ne sont pas les autres qui vont décider à ma place"

      logAudience