En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Après l'A380, l'A400M

Edité par
le 21 octobre 2007 à 13h36
Temps de lecture
3min
TF1 / LCI L'A400M

L'A400M / Crédits : EADS

À lire aussi
EntreprisesLe retard de livraison de l'avion de transport militaire estimé de 6 à 12 mois est "douloureux" pour l'Allemagne, estime dimanche son ministre de l'Economie.

Deux jours après avoir fièrement lancé - avec 18 mois de retard - l'exploitation commerciale de son gros porteur, l'A380, Airbus s'est résolu mercredi a annoncer d'autres retards, de 6 à 12 mois, cette fois-ci pour avion de transport militaire, l'A400M, tant attendu par les armées européennes. L'Allemagne, le plus gros client d'EADS pour cet appareil (60 commandes) a qualifié dimanche par la voix de son ministre de l'Economie de "douloureux" pour son armée ce retard de livraison.
 
Avant les retards, les premières livraisons étaient initialement prévues en octobre 2009, mais l'Allemagne, qui dispose d'une flotte de Transall vétustes, en a un besoin plus urgent que ses alliés. "La direction d'EADS et les fabricants de moteur européens participants sont  priés maintenant de tout faire pour éviter d'autre préjudice pour ce grand  programme industriel et militaire, dans l'intérêt de la compétitivité et du maintien du savoir-faire et des emplois en Allemagne", a déclaré dimanche le ministre de l'Economie allemand, Michael Glos.

L'armée française sera elle livrée en temps et en heure, entre octobre 2009 et le printemps 2010. EADS détaillera "les conséquences financières" du nouveau retard en  présentant ses résultats du troisième trimestre, le 8 novembre. Vendredi, la Deutsche Bank affirmait dans une note à ses clients qu'un audit sur ce premier retard serait rendu à la direction d'EADS en novembre ou  décembre et qu'il pourrait révéler un coût supplémentaire de "500 millions d'euros ou plus".

D'après agence

L'A400m, autonome et polyvalent

L'Airbus militaire A400M est un avion de transport à hélices équipé de quatre turbopropulseurs, qui remplacera dans les flottes européennes de transport militaire les avions anciens tels que le Hercules C 130 et le Transall C-160. Il pourra transporter en moyenne une charge deux à trois fois supérieure que le C-160 Transall, pour une distance de parcours doublée. Appareil polyvalent, il est aussi bien destiné au transport de troupes (jusqu'à 116 hommes) et de matériel qu'à des missions de maintien de la paix, humanitaires, et peut assurer le ravitaillement en vol de nombreux autres avions. Il est conçu pour atterrir sur des pistes accidentées en moins de 700 m et est capable de décoller sur une distance de 1.150 m.

Commenter cet article

  • Bevaux : Embocher des ouvriers et non des bureaucrates, c'est les ouvriers en usine qui fabrique quand vous aurez compris cela, sa ira mieux en France

    Le 21/10/2007 à 14h52
  • Michel : Il fallait s'attendre à quoi ? Privatisation totale.

    Le 21/10/2007 à 14h45
  • Le Petit Rapporteur : Les voyoux, anciens dirigeants d'EADS, n'ont pas eu de retard pour encaisser les dizaines de millions d'Euros ; argent qu'ils ne rembourseront probablement jamais. Qui va leur demander des comptes, ils sortent tous du même moule. Le scandale continue.

    Le 21/10/2007 à 14h16
      Nous suivre :
      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      Italie : une exposition photo au fond de la mer

      logAudience