En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'Etat prend une minorité de blocage


le 06 novembre 2008 à 22h03
Temps de lecture
3min
TF1-LCI Les chantiers navals de Saint-Nazaire

Les chantiers navals de Saint-Nazaire / Crédits : TF1-LCI

À lire aussi
EntreprisesL'Etat va acquérir un tiers du capital, précisément 33,34%, des Ex-Chantiers de l'Atlantique via une augmentation de capital de 110 millions d'euros.

L'accord était attendu, la décision avait été prise au printemps. C'est officiel. L'Etat français va acquérir une participation de 33,34% dans les Ex-Chantiers de l'Atlantique qui lui donnera une minorité de blocage permettant de prendre part aux décisions stratégiques, a annoncé jeudi la présidence de la République. L'opération, qui fait suite à l'accord intervenu avec groupe coréen STX en juin, se fera à travers une augmentation de capital de 110 millions d'euros. Le prix sera le cas échéant augmenté en 2012, en fonction des performances des Chantiers, d'un complément d'un montant maximum de 83,3 millions, précise le communiqué.

Les Chantiers de l'Atlantique, jusqu'alors détenus à 75% par la société norvégienne STX Europe et à 25% par Alstom, seront désormais détenus à 50,01% par STX Europe, à 33,34% par l'Etat et à 16,65% par Alstom. Lors de la constitution du fonds stratégique d'investissement dont le président de la République a annoncé la création le 23 octobre , l'Etat apportera sa participation dans les Chantiers de l'Atlantique en dotation au fonds, ajoute l'Elysée. L'Etat avait d'abord envisagé une prise de participation de 9% au capital des Chantiers et de négocier le rachat de la participation d'Alstom. "Finalement, on a dit 'on prend la minorité de blocage tout de suite', ce qui donne un poids des intérêts français, si on additionne Alstom, assez intéressant", a-t-on déclaré au ministère de l'Economie. Accédant par cette opération à la minorité de blocage, l'Etat ne voit pas la nécessité d'accroître sa participation plus avant, même s'il ne se refuse pas totalement de le faire, a précisé une source à l'Elysée.

(Agence)

Commenter cet article

      Nous suivre :
      "Air umbrella", le parapluie invisible

      "Air umbrella", le parapluie invisible

      logAudience