En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Déjà attaqué, Bébéar publie son patrimoine

Olivier Levard par
le 06 mai 2009 à 11h29
Temps de lecture
3min
[Expiré] Claude Bébéar, l'ancien patron d'Axa à l'université d'été du Medef en 2008

Crédits : Reuters

À lire aussi
EntreprisesContesté, l'ancien patron d'Axa rend public son patrimoine de 106 millions d'euros avant de prendre la présidence du comité de supervision des rémunérations du Medef.

Sa nouvelle mission : surveiller les revenus de certains patrons. Alors, pour éviter de trop prêter le flanc aux attaques, Claude Bébéar, figure du capitalisme français, a publié mardi ses revenus et son patrimoine, qui se monte à 106 millions d'euros, avant de prendre la présidence du nouveau comité de supervision des rémunérations créé par le Medef.
 
Outre ce patrimoine, qui apparaît, selon un communiqué envoyé par Axa, dans sa déclaration d'impôt sur la fortune au titre de 2007, l'ancien patron et fondateur de l'assureur Axa détient 3,34 millions de stock-options de l'assureur.  "Au cours d'aujourd'hui (environ 13 euros)", la plus-value potentielle liée à l'exercice de ces options est de 660.000 euros, affirme Bébéar qui a également conservé ses quatre mandats d'administrateur et de censeur dans d'autres entreprises. Toujours président d'honneur d'Axa, fonction non rémunérée, il a ainsi perçu, en 2008, 360.000 euros sous forme de jetons de présence en sa qualité d'administrateur des Mutuelles Axa, de BNP Paribas, de Vivendi et de censeur de Schneider Electric ainsi qu'une pension de retraite de 438.000 euros. Selon l'édition du Canard Enchaîné de mercredi, qui titre son article "Le grand chef des goinfres", "en vingt ans, le PDG d'Axa a pu accumuler une fortune de 1 milliard d'euros grâce à ses bonus, stock-options, jetons de présence et autres gâteries".
 
L'indépendance selon Monod
 
Le Medef a annoncé, jeudi dernier, la création d'un Comité des sages, chargé de veiller à ce que les rémunérations des dirigeants d'entreprises ayant recours au chômage partiel ou à des plans sociaux respectent des "principes de mesures et d'équilibre". Ce Comité, dont Claude Bébéar sera le premier président, pourra être saisi par les conseils d'administration ou de surveillance, les comités de rémunération et les assemblées générales des entreprises qui ont adhéré au code Afep-Medef, précise le Medef.
 
Suite à cette saisie, le Comité émettra des avis qui seront ensuite transmis aux entreprises qui l'auront saisi. La mise en place de ce Comité des sages avait été demandée au Medef par le Premier ministre, François Fillon, pour veiller à ce que les dirigeants des entreprises en difficulté reconsidèrent leurs rémunérations. Interrogé mardi sur Europe 1 sur le choix de Claude Bébéar, l'ancien PDG de la Lyonnaise des Eaux Jérome Monod l'a jugé positif, si et seulement si il décide de quitter ses fonctions d'administrateur dans les grands groupes français. Un bémol de taille à l'initiative du Medef.

Commenter cet article

  • Yann : Je ne voudrais absolument pas remettre en question l'objectivité et l'intelligence de M. Bébéar, mais comment une personne si aisée pourrait moraliser un système qu'il a adopté et qui lui a permis de si bien gagner sa vie? Et si par hasard (miracle) M. bébéar manifeste une réelle, je ne pas feinte, mais une réelle envie de moraliser le système, comment pourrait-il si prendre lui qui de par sa situation est si loin de la réalité de la très grande majorité des français... bref encore de la poudre aux yeux, les grands patrons (je ne parle pas ici des pme) n'ont de toute façon absolument aucun intérêt a un peu moins remplir leurs poches même pour le bien de leur salariés...

    Le 06/05/2009 à 22h21
  • Magiera : Il ne faut ni jalouser ni envier ceux qui ont bossé toute leur vie pour réussir.Il faut avoir le courage de trimer .C'est trop facile de cracher sur la réussite des autres quand on est incapable de faire de meme, se contentant de rester tranquillement assis sur son cul en attendant que ça tombe . Ceci dit,je suis loin de faire partie des nantis .Monsieur Bruno de Saint Jean d'Angély a du etre un bien piètre patron et si son échec lui enlève toute objectivité il lui reste la hargne de ceux qui ont mieux réussi que lui.

    Le 06/05/2009 à 21h15
  • Thibault : En réponse à votre message Bruno, je suis tout sauf de la classe des riches, je gagne 1300 euros par mois ! Et mes parents à peine plus ! Et personne ne vous demande de ne pas vous exprimer, on vous demande juste un peu d'objectivité ! Enfin bon bref...

    Le 06/05/2009 à 18h47
  • Alain : C'est une honte ils doivent etre comme tous les autres citoyens c'est a dire au depart meme primes et pour le chomage je pense que tous le monde devrait toucher les memes indemnites soit 60% du smic

    Le 06/05/2009 à 18h40
  • Bruno : Quota pour les pauvres... Et les autres, les riches ils ont des quotas ? Ce que vous décrivez est uniquement destinés a vous déculpabiliser et a faire bonne figure devant le peuple, mais attention, c'est un cadeau qu'ont fait aux plus pauvres hein ! Cela démontre bien votre sale mentalité, vous en haut, les autres en bas et on choisit quelques uns, sous réserve qu'ils se taisent et soient de bons petits moutons, pour les faire monter ! D'ailleurs regardez comment sont intégrés ces jeunes la, pour eux c'est plus difficile car la jeunesse dorées n'aiment pas qu'ils viennent piétiner chez eux ! Il y avait un très bon reportage la dessus y a quelques mois, très éloquent ! Quand au reste Mon cher Monsieur, je puis vous affirmez que ce ne sont pas les pauvres, les petits ouvriers à 1000 euros par mois qui ont divisé le monde, mais bien les classes riches et dirigeantes, c'est un fait indéniable ! J'ai été suffisamment proche de différentes directions et moi même patron et j'ai côtoyés suffisamment d'autres patrons pour savoir de quoi je parle ! J'affirme haut et fort que vous parlez des pauvres (je parle des travailleurs) avec dédain et même dégout ! C'est vous qui faites ces deux mondes, c'est vous qui désirez et faites cette distinction ! Exemple : Le getho de Neuilly, seul lieu en France ou la loi n'est pas respectée pour le bien être de ces chers millionnaires ! Quand au reste de votre dissertation et les habituels jugement de valeurs et insultes, elles démontrent comme d'habitudes vos méthodes fascisantes consistant à attaquer la personne plutôt que des répondre aux vrais problèmes ! J'en ai l'habitude et cela ne m'empêchera jamais de m'exprimer !

    Le 06/05/2009 à 17h30
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience