En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La SNCF frappée aussi par la crise


le 10 mai 2009 à 09h12 , mis à jour le 10 mai 2009 à 09h12.
Temps de lecture
2min
TGV

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
EntreprisesSur fond de récession et de diminution du nombre des voyages, le PDG de la compagnie ferroviaire prévoit une baisse des profits en 2009.

Après le mauvais précédent de 2008, l'année en cours s'annonce pour le moins terne pour les résultats de la SNCF. "2009 est une année de récession, les gens voyagent moins et nos profits vont baisser" : ce pronostic pessimiste est tiré par Guillaume Pepy lui-même, le PDG de la SNCF, dans un entretien au Journal du Dimanche.

En 2008, la SNCF avait vu son bénéfice net divisé par deux, tout en restant élevé, à 575 millions d'euros, sur fond de crise. Guillaume Pepy promet cependant d'augmenter les investissements de 700 millions cette année et en 2010. "L'économie va changer, nous allons sortir plus forts de la crise parce que la SNCF est une alternative au transport individuel, nous sommes sur des marchés porteurs, la croissance verte", ajoute-t-il.

C'est dans ce contexte peu favorable que la SNCF va devoir faire face à l'ouverture à la concurrence du rail français en matière de trafic international de voyageurs. Ce sera chose faite le 13 décembre 2009. Mais Guillaume Pepy assure être plutôt "stimulé" par l'arrivée d'un concurrent "à peu près certain", la compagnie italienne Trenitalia, qui fera plusieurs allers-retours chaque jour entre Milan, Lyon, Paris.

D'après agence

Commenter cet article

  • Remy : Critiquer critique c'est la seule chose que sont capable de faire tout ces voyageurs qui ne voit que les mauvais cotés et surtout qui ne savent pas ce qu'il se passe dériere. La SNCF est en train de vivre depuis quelques années sa plus grande mutation et les changement les plus radicaux.

    Le 10/06/2009 à 23h25
  • Marie : Ponctualité : entre les incidents techniques, les incidents voyageurs, les incidents de ceci ou cela (train et metro y compris) je suis pour le zero pointé et dans d'autres pays, ils sont beaucoup plus à la page que nous. etat des gares : mouais pas mieux et vu notre pays pourrait faire beaucoup mieux. accueil : des fois glacial ou pas trés au courant eux mêmes de ce qui se passe. Face à la crise, va falloir ce remettre en question, alors une gréve, il faut d'abord se regarder le nombril et les autres pays avant de parler, il y a pire que nous !!!

    Le 15/05/2009 à 14h04
  • Muriel : Si je me rappelle bien mes cours de concurence à l'école de la répression des fraudes de Montpellier, le principe est pourtant simple, gâché par la SNCF dans sa mise en pratique. Pour la mise en concurrence, cela ne concerne pas les rails. Elles sont déjà en place et qui aurait envie de fournir un service pseudo concurrentiel déficitaire? Sont concernés les machines (et voyageurs) qui circulent au dessus. Or la politique a été de privilégier les lignes phares (Marseille-Paris, Paris-Lille...) au détriment du reste du réseau. Avez-vous déjà essayé de joindre province-à-province? Omnibus garanti et état déplorable des locomotives au rendez-vous. Donc, lors de la future mise en concurrence, seules les liaisons les plus susceptibles de rapporter seront privilégiées? Pendant longtemps, la société s'est "assoupie" sur ses lauriers du monopole négligeant les à-côtés (toilettes, accueil, accessibilité pour handicapés...) ce qu'elle risque de payer très cher dans un futur très prochain.

    Le 11/05/2009 à 21h48
  • Wassim : Pas etonnant avec toute les grèves qui as eu l' année passé

    Le 11/05/2009 à 18h54
  • Thierry : Jean de Lyon a tout dis, il suffit de voyager pour voir l'etat déplorable de nos gare, de nos trains c si juste. dans la meme serie, le rer qui laisse pantois tout usager etranger car on se croirait en 1970 no comment

    Le 11/05/2009 à 17h39
      Nous suivre :
      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      Australie : des surfeurs de l'extrême défient les rochers

      logAudience