En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Ce qu'ils ont vraiment gagné depuis janvier


le 15 septembre 2009 à 11h37 , mis à jour le 15 septembre 2009 à 11h37.
Temps de lecture
3min
Herve Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme et des Services

Herve Novelli, secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme et des Services / Crédits : Minefi

A lire aussi
EntreprisesLe statut est un succès. Mais le chiffre d'affaire des auto-entrepreneurs reste modeste. Moins d'un sur deux a déclaré une activité au premier semestre.

En période de crise, le chiffre était suffisamment spectaculaire pour que les autorités s'en félicitent : entre le 1er janvier et 31 juillet, 179.340 auto-entreprises ont été déclarées, un résultat "au-delà des prévisions", malgré une "légère baisse en juillet", selon le secrétariat d'Etat chargé des PME. Depuis le 1er janvier, ce statut permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour augmenter leurs revenus, avec des démarches simplifiées.

Mais si le statut a remporté un vif succès, aucune donnée n'avait encore été publiée sur l'activité réelle des auto-entrepreneurs. Les premiers chiffres viennent de tomber : ils révèlent que sur les 70.000 auto-entreprises créées au premier trimestre et qui devaient déclarer leur chiffre d'affaires semestriel fin juillet, si elles en avaient réalisé un, 30.000 ont effectué cette démarche. Soit seulement 43% d'entre elles. Et sur toutes celles qui ont effectivement déclaré des revenus, le montant global est de 54 millions d'euros pour le premier trimestre et de 126 millions au deuxième, ce qui représente, par auto-entreprise, 4200 euros de chiffre d'affaires au deuxième trimestre.

300.000 auto-entrepreneurs d'ici la fin de l'année ?

Hervé Novelli a tenu à fournir son analyse de ces chiffres dans un entretien au Parisien. "Ce résultat s'explique par le fait qu'il faut un certain temps pour générer du chiffre", a expliqué le secrétaire d'Etat. "Certaines sont peut-être aussi en sommeil ou saisonnières". Il a aussi souligné que les auto-entrepreneurs ont rapporté près de 31 millions d'euros à la Sécurité sociale sur les six premiers mois de l'année et que, selon lui, "ce chiffre va croître".

Le secrétaire d'Etat a par ailleurs revu à la hausse ses prévisions du nombre d'auto-entreprises créées en 2009 : "je pense qu'à la fin de l'année, on sera à 300.000 auto-entrepreneurs déclarés", contre 200.000 annoncés en janvier. "Et j'escompte que leur chiffre d'affaires global atteindra le milliard d'euros cette année". Interrogé sur l'élargissement du statut de l'auto-entrepreneur aux fonctionnaires et aux résidents de l'outre-mer, Hervé Novelli a précisé que les décrets d'application seraient respectivement publiés en fin d'année et à la mi-octobre.

D'après agence

Commenter cet article

  • Patrick : @Gilou, Paris. Quelle belle pensée de gauche ... Regardez mon exemple. Un jour, j'ai proposé à mon employeur un nouveau service à apporter a ses clients. L'idée retenue comme interessante, il m'a proposé de quitter la société, pour m'installer à mon compte et établir un contrat entre lui et moi. Cela fait 3 ans. Aujourd'hui je dégage un bénéfice net de 13000 euros / mois, et je travaille de chez moi, et j'augmente la balance exterieure du pays. Qui ne tente rien, n'a rien. Ce ne sont pas les idées archi-sociales et la méfiance vis a vis de ceux qui font vivre le pays aujourd'hui que vous avancerez. Votre avenir, c'est vous qui le detenez ... maintenant, si votre avenir passe d'abord par le droit aux ASSEDIC, vous semblez très peu sur de vous. Patrick, Lille.

    Le 16/09/2009 à 12h32
  • Gilou : "on ne peut pas actuellement vous embaucher. Néanmoins, si vous devenez auto-entrepreneur, nous vous adresserons des commandes, ce qui nous économisera les cotisations sociales (merci pour la sécu). Ainsi, nous pourrons vous virer sans indemnités et en tant que commerçant /artisan vous n'aurez pas droit aux assedic."

    Le 16/09/2009 à 11h09
  • El gringo 92 : Quel dommage que l'économie ne soit pas enseignée durant le cursus scolaire ; c'est bien plus difficile bien sur

    Le 16/09/2009 à 09h49
  • Nikie : Mon fils qui vient de terminer ses études s'est lancé dès début juillet en qualité d'auto-entrepreneur. Pour l'instant il n'a pas encore de revenus comme on peut s'endouter mais je souhaite que cela marche pour lui. C'est effectivement une bonne chose pour compléter un revenu mais aussi pour se lancer daans la vie active. Je précise qu'il vit toujours chez nous donc voilà un moyen de bénéficier de revenus sans faire appel aux ASSEDIC.

    Le 16/09/2009 à 09h13
  • Sl : D'accord avec Denis, certains se lancent sans réfléchir et ils déchanteront surement, mais ils auront eu une chance. Et puis pour répondre à Jumper, oui il faut étudier les charges avant de se lancer. Mais comme pour tout entrepreneur qui débute son activité le salaire dégagé n'est pas toujours très gros au départ (pour certains dirigeants de SARL qui se lancent, il est parfois nul la première année, donc cela ne concerne pas que les auto-entrepreneurs). Je suis moi-même auto-entrepreneur et je gagne environ 1500 euros par mois avec peu de charges, et cela me convient. Et puis soyons réaliste, pour bénéficier de ce statut, il ne faut pas dépasser un certain CA et la TVA n'est pas récupérable. C'est donc bien un statut qui ne rapportera pas énormément. Mais bon, on peut aussi choisir de devenir RMiste, certains semblent trouver cela confortable.

    Le 15/09/2009 à 19h01
      Nous suivre :
      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      Dark Vador en campagne pour les élections législatives ukrainienne

      logAudience