En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

L'UE prête à ouvrir les vannes des aides


le 17 septembre 2009 à 13h09
Temps de lecture
3min
[Expiré] [Expiré] Manifestation des producteurs de lait en Belgique

Crédits : AFP

À lire aussi
EntreprisesLa Commission européenne envisage notamment d'autoriser les gouvernements à verser jusqu'à 15.000 euros aux exploitants en difficulté.

Alors que la grogne des producteurs de lait se poursuit (Lire notre article), la Commission européenne a proposé jeudi une série de mesures pour faire face à la crise. Parmi ces propositions, un assouplissement des règles de recours à des sortes de "primes à la casse" pour la restructuration du secteur. Les Etats de l'UE qui souhaitent "réellement" venir en aide au secteur  doivent pouvoir permettre le maintien des producteurs laitiers "qui ont investi  et aider ceux qui veulent quitter le secteur: c'est ça la bonne politique", a  déclaré lors d'un débat au Parlement européen la commissaire européenne à  l'Agriculture Mariann Fischer Boel.

Bruxelles a entamé la procédure pour autoriser temporairement les  gouvernements à verser jusqu'à 15.000 euros aux exploitants en difficulté, a  indiqué Mme Fischer Boel. Elle a également repris une idée proposée par la France et l'Allemagne,  soutenue par quelque 16 autres pays européens, consistant à ce que le prix du  lait soit fixé lors de négociations entre producteurs et laiteries ou  industriels. Il faudrait avoir "recours à des relations contractuelles entre producteurs  laitiers et l'industrie afin de mieux équilibrer l'offre et la demande sur le  marché laitier", a-t-elle dit. Elle a proposé d'autoriser la Commission européenne, comme c'est déjà le cas  pour d'autres secteurs, à utiliser une "clause d'urgence" qui lui permet de "prendre des mesures temporaires de son propre chef dans les cas de  perturbations de marché". Sans plus de détails.

"Des dizaines de milliers d'emplois détruits"

Parallèlement, Bruxelles compte faciliter le système du "rachat de quotas aux agriculteurs souhaitant quitter le secteur laitier. Bruxelles propose d'assouplir les conditions dans lesquelles les Etats de l'UE peuvent prélever des pénalités en cas de dépassement des quotas laitiers, et d'affecter ces pénalités au financement d'aides à la reconversion. Actuellement, les gouvernements n'ont le droit de prélever ces pénalités chez des agriculteurs dépassant leurs quotas individuels que dans le cas où le  quota national est dépassé. La Commission propose de les autoriser à les prélever quel que soit le niveau de la production nationale de lait. Ces pénalités collectées "pourraient alors être utilisées pour la restructuration" du secteur, a estimé Mme Fischer Boel.  

Le secteur laitier européen traverse une crise sans précédent avec des prix  dont les producteurs laitiers se plaignent qu'ils ne couvrent pas leurs coûts. Plusieurs orateurs ont dénoncé le manque de réactivité de la commission face  à la crise du lait. "Les paysans ont besoin de prix équitables", a estimé la conservatrice  irlandaise Mairead McGuinness, pour qui "la Commission a trop longtemps  hésité". Actuellement, "ce sont des dizaines de milliers d'emplois qui sont détruits  dans les zones rurales", a dénoncé de son côté le leader altermondialiste José  Bové, membre du groupe des Verts.

Revenir sur la décision d'arrêter à terme le système des quotas "n'est pas  une option", a insisté de son côté Mme Fischer Boel, pas plus que de geler  l'augmentation progressive des quotas dans les années à venir ou de revenir "à  certains instruments de régulation du passé, chers mais inefficaces".

(D'après agence)

Commenter cet article

  • Robert : Quand le prix du lait était au plus haut, aucun paysan n'est venu en offrir aux malheureux, aux licenciés économiques et autres. Quand tout va bien ils gardent tout, quand tout va mal il faut les payer. C'est le principe des communistes "Ce qui est à moi est à moi, ce qui est à toi on le partage". La crise ne justifie pas de jeter des tonnes de lait à terre quand la famine frappe un grande partie de l'humanité. Il y a 'autres moyens de manifester.

    Le 19/09/2009 à 10h57
  • JeanValjean : Vous allez boire du lait des pays de l'est beaucoup moins cher, c'est pour ça que tout le monde coule ;; BRAVO l'europe !!!!

    Le 18/09/2009 à 21h09
  • Jordan : Nous sommes paysans en Suisse et ici aussi les choses bougent BRAVO continuez

    Le 18/09/2009 à 20h33
  • Vingue : Voila maintenant que la commission européenne demande aux gouvernements de venir en aide aux exploitants en difficulté. Malheureusement ce n'est pas 15000 euros qu'il faudrait mais le double voire le triple. Et encore ils atteindraient tout juste leur point mort de rentabilité sur l'ensemble de leur exercice comptable.

    Le 17/09/2009 à 22h15
  • Shadw : Cela m'enerve de voir ces réactions sur le gaspillage de lait, ou alors contre les aides. On vous nourrit, et c'est comme sa que vous nous remerciez ? Sans agriculture, seulement 1/6 de la population mondiale survivrait, il faut le savoir. Et donner le lait aux pays pauvres, ne fonctionnerait pas... puisqu'il faudrais qu'il passe par les chaines de transformation, transport, alors arrrivé la bas , il y aura toujours un cout. Le jeter fera peut etre comprendre l'UE de nos motivations pour aller jusq'au bout, et montrer qu'on n'en peux plus de vendre a perte

    Le 17/09/2009 à 19h02
      Nous suivre :
      Game of Thrones : des images du tournage de la saison 5 à Sibenik

      Game of Thrones : des images du tournage de la saison 5 à Sibenik

      logAudience