En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

787 cloués au sol : enquête en cours chez le fabricant des batteries

Alexandra Guillet par
le 21 janvier 2013 à 09h31 , mis à jour le 21 janvier 2013 à 09h40.
Temps de lecture
3min
La batterie noircie d'un Boeing 787 Dreamliner ayant subi une avarie.

La batterie noircie d'un Boeing 787 Dreamliner ayant subi une avarie. / Crédits : DR

A lire aussi
EntreprisesLe ministère japonais des Transports a commencé à inspecter lundi les chaînes de production de la société fabriquant les batteries au lithium-ion du 787 Dreamliner de Boeing, dont tous les exemplaires sont cloués au sol depuis mercredi dernier.

Les 50 exemplaires de l'appareil 787 Dreamliner de Boeing actuellement en service dans le monde, dont la moitié au Japon, sont cloués au sol depuis mercredi soir pour une durée indéterminée à la suite de dysfonctionnements liés à ces batteries fabriquées par le japonais GS Yuasa pour le compte de l'équipementier français Thales, qui les fournit ensuite à Boeing.

Le Bureau national de sécurité des transports (NTSB) américain a annoncé dimanche avoir écarté la thèse d'une surtension à l'origine de deux incendies de batteries à bord de 787 à Boston et Takamatsu, dans l'ouest du Japon. "Nous allons examiner si le travail qui a été fait, de la conception à la fabrication, était adapté", a déclaré Shigeru Takano, haut responsable au Bureau de l'aviation civile japonaise. Le responsable n'a pas donné le nom de la société et GS Yuasa, dont le titre a perdu 11% depuis l'incendie de Boston  le 7 janvier, n'a pas souhaité faire de commentaire.

A lire >Les Boeing 787 cloués au sol : pour combien de temps ?

"Les inspecteurs vérifient qu'il n'y a pas de problème dans la production", a confirmé à l'AFP Yasuo Ishii, un responsable du ministère japonais des Transports, rappelant que la cause de l'incident de batterie du 16 janvier demeure inconnue. "Nous examinons toutes les possibilités", a-t-il précisé. Et d'insister sur le fait que cette visite de l'usine ne signifie pas que les autorités considèrent GS Yuasa comme responsable des dysfonctionnements des batteries.

 

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience