ARCHIVES

Bruxelles donne son feu vert au rachat d'EMI par Universal


le 21 septembre 2012 à 14h10 , mis à jour le 21 septembre 2012 à 14h17.
Temps de lecture
3min
Universal

Universal /

À lire aussi
EntreprisesLa Commission européenne a autorisé l'acquisition d'EMI par la maison de disques Universal, mais à condition que cette dernière cède une grosse partie de ses labels.

La Commission européenne a donné son aval vendredi à Universal Music Group (UMG) pour racheter la musique enregistrée d'EMI (pour 1,9 milliard de dollars, soit 1,5 milliard d'euros), la filiale de Vivendi ayant accepté de céder des labels qui représentent près du tiers du chiffre d'affaires de la maison de disque britannique.
 
Des experts du secteur estiment que la valeur des actifs cédés pourrait approcher les 750 millions d'euros.
 
Coldplay et Queen cédés
 
La Commission a souligné que les acheteurs devaient être des maisons de disque reconnues ou des entités dont la réputation n'est plus à faire dans le milieu du disque, de façon à ce qu'il existe un concurrent solide face à Universal.
 
UMG a fait savoir que les actifs à céder représentaient 30% du chiffre d'affaires d'EMI, soit 10% à peu près des ventes du groupe qui sera issu de la fusion.
 
UMG vendra en particulier le label Parlophone, l'un des joyaux d'EMI où l'on retrouve aussi bien Coldplay que Queen. En revanche, les enregistrements des Beatles ne feront pas partie de la cession.

Partiront également les labels Mute, Ensign et Chrysalis, EMI Classics, Virgin Classics, la participation d'EMI dans les compilations "NOW! That's what I call music", ainsi que les filiales EMI en France, en Espagne, en Belgique, au Danemark, en République tchèque, en Pologne, au Portugal, en Suède et en Norvège.
 
Préserver la concurrence
 
Universal vendra aussi ses propres labels Sanctuary, Co-Op Music, King Island Roxystar, MPS Records, sa participation dans Jazzland et sa filiale grecque.
 
Parmi les acheteurs potentiels de ces actifs à céder figurent Warner Music Group, BMG, coentreprise d'édition musicale de Bertelsmann et du fonds d'investissement KKR, Sony Music et Richard Branson, fondateur de Virgin Records.
 
"Les engagements très importants proposés par Universal assureront la préservation de la concurrence dans l'industrie musicale et garantiront que les consommateurs européens continueront d'en jouir", a déclaré le commissaire à la Concurrence Joaquin Almunia dans un communiqué.
 
EMI a été mis en vente par Citigroup, qui avait repris le groupe britannique après un défaut de son actionnaire précédent, le fonds d'investissement Terra Firma, sur certains prêts accordés par le groupe bancaire américain. 
 

Commenter cet article

  • barrny : Préserver la concurrence en permettant une fusion et un petit jeu de redistribution de carte entre les mêmes joueurs... quel humour ce Joaquin.

    Le 23/09/2012 à 08h19
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience