En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Florange : une nationalisation est toujours possible, avertit Montebourg


le 01 décembre 2012 à 20h55 , mis à jour le 05 décembre 2012 à 18h07.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
EntreprisesLe ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a affirmé samedi sur TF1 que la nationalisation de Florange, écartée par le gouvernement dans son bras de fer avec ArcelorMittal, était toujours possible si Lakshmi Mittal ne tenait pas ses engagements.

Le président François Hollande, qui a reçu "longuement" Arnaud Montebourg  samedi matin, lui "a déclaré que la question de la nationalisation temporaire restait sur la table car c'est une arme dissuasive. Si M. Mittal ne tient pas ses engagements, l'Etat prendra ses responsabilités", a déclaré le ministre sur TF1.
Arnaud Montebourg, dont c'était la première intervention médiatique depuis  l'annonce du compromis passé entre le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le  géant mondial de l'acier, a déclaré ne pas se sentir désavoué par le fait que sa proposition de nationalisation n'a pas été retenue.

"Si j'avais dû me sentir désavoué je n'aurais pas été seul car plus de 63 % des Français soutenaient cette proposition qui est une forme d'arme pour la  puissance publique pour se faire respecter", a-t-il déclaré.
M. Montebourg s'était beaucoup engagé dans le bras de fer entre le  gouvernement et ArcelorMittal, plaidant pour une nationalisation temporaire du  site avant sa revente à un investisseur privé.

Cette option n'a pas été retenue et les services du Premier ministre ont eu des mots peu amènes pour le travail d'Arnaud Montebourg, affirmant que ce n'était  "pas solide" et "pas bordé". Le Premier ministre s'est fendu samedi d'un  communiqué d'hommage à M. Montebourg, mais il avait auparavant estimé que le  repreneur présenté par le bouillant ministre n'était pas "crédible".

"C'est un patriote qui s'est engagé avec ses fonds personnels, son expérience, le sérieux qui est attaché à tout cela et le gouvernement lui doit le respect et lui rend un hommage", a répliqué le ministre, ajoutant que "le président de la République le recevra pour le remercier de ce qu'il s'est préparé à faire".
Interrogé par l'AFP, le ministère du Redressement productif a déclaré que le repreneur potentiel avait demandé à ce que son anonymat soit préservé.

Commenter cet article

  • mactan1 : Kosotto1...le gaullisme cela n'existe plus depuis longtemps , c'était avant tout un homme et une époque , quant à nationaliser Florange c'est d'une hypocrisie de la gauche , on sait très bien que la sirérurgie en France est morte , comme sont mortes les mines de charbon et le textile , c'est regrettable mais la France n'a plus les moyens de s'offrir des entreprises qui perdent de l'argent pour faire plaisir aux syndicats.....

    Le 03/12/2012 à 01h50
  • francoiseselos1 : Oui mais chut... pendant ce temps là on brasse de l'air !

    Le 02/12/2012 à 18h08
  • vansterarful : Montebourg n'est pas crédible : qu'il cesse de se donner en spectacle !

    Le 02/12/2012 à 17h37
  • seiyar70 : Il va falloir que Mr Montebourg nous explique comment une nationalisation même temporaire peut être possible puisque Bruxelles interdit toute nationalisation , et que sur ordre de Bruxelles , toutes les entreprises d'État ont été privatisées au fur et à mesure des années ?

    Le 02/12/2012 à 16h18
  • bill_boquet : Chacun doit comprendre qu'il est très difficile pour Monsieur Montebourg de battre en retraite en gardant la tête haute.

    Le 02/12/2012 à 15h15
      Nous suivre :
      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      Candidates au jihad : le témoignage de parents et d’une repentie

      logAudience