ARCHIVES

Hécatombe dans le secteur automobile : Renault et PSA ne sont pas les seuls


le 15 janvier 2013 à 20h28 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 20h30.
Temps de lecture
3min
Photo d'archives.

Photo d'archives. / Crédits : AFP PHOTO / SEBASTIEN BOZON

À lire aussi
EntreprisesA l'image de Renault qui a annoncé mardi sa volonté de réduire ses effectifs en France de 7.500 personnes d'ici fin 2016, les constructeurs automobiles multiplient les mesures de rigueur en Europe pour adapter la taille de leurs usines en surcapacité à la baisse des ventes en Europe. Tour d'horizon.

RENAULT
La direction de Renault a annoncé mardi aux syndicats qu'elle prévoyait de supprimer 7.500 postes en France d'ici à fin 2016, avec notamment 5.700 départs naturels (retraite), soit plus de 15% des effectifs actuels, a indiqué à l'AFP une porte-parole du constructeur. Outre les 5.700 départs naturels non renouvelés prévus entre 2013 et 2016, la direction envisage 1.800 départs supplémentaires en prolongeant et élargissant le dispositif sur les carrières spécifiques, mais elle le conditionne à un accord avec les syndicats, selon la porte-parole de Renault.
 
PSA PEUGEOT CITROEN
Confronté à une crise sans précédent, le premier constructeur français et numéro deux du secteur en Europe a annoncé en juillet 2012 son intention de supprimer 8.000 de postes en France (près de 10% de l'effectif), de fermer d'ici 2014 l'usine d'Aulnay-sous-Bois en région parisienne et de réduire la voilure à Rennes (Ille-et-Vilaine).
  
FORD
Le constructeur américain a engagé une restructuration qui touchera 6.200 emplois, soit 13% de ses effectifs (66.000 personnes) en Europe. Il prévoit la disparition en 2013 de deux usines britanniques employant 1.400 salariés à Southampton (sud de l'Angleterre) et Dagenham (est de Londres) et la fermeture fin 2014 de l'usine de Genk en Belgique (4.300 salariés).
  
FIAT
La filiale polonaise du constructeur italien a annoncé le 7 décembre la suppression de 1.500 emplois en Pologne, soit un tiers des effectifs de son site de Tychy, en raison des difficultés sur le marché européen où l'usine exporte la plupart de sa production.
  
OPEL
Victime de surcapacités de production, le constructeur allemand, filiale de General Motors, a annoncé début décembre son intention de sacrifier, après 2016, son site de Bochum (ouest de l'Allemagne), dans l'espoir de rebondir. La direction, qui assure toutefois vouloir "sauvegarder un nombre significatif d'emplois" sur ce site où travaillent environ 3.200 personnes, a prévu d'y conserver un centre de logistique, voire de l'étendre. L'objectif du plan est de renouer avec les profits d'ici 2015, alors que les activités de GM Europe sont profondément dans le rouge.
  
HONDA
Le constructeur japonais a annoncé vendredi la suppression de 800 emplois au Royaume Uni d'ici le printemps, en raison d'une baisse de la demande européenne. Les postes seront supprimés dans l'usine de Swindon, dans le sud de l'Angleterre, qui emploie aujourd'hui 3.500 personnes. Le constructeur évoque des "conditions persistantes de faible demande sur les marchés européens". Honda, qui fabrique des voitures au Royaume-Uni depuis 1992, n'avait jamais supprimé d'emplois dans le pays jusqu'à présent mais explique que la demande automobile a chuté d'un million de véhicules l'an dernier.
  
VOLVO
Le constructeur suédois Volvo Cars a annoncé l'automne dernier son intention de réduire sa production en 2013 sur le site belge de Gand. Le volume de production passera de 59 voitures par heure actuellement à 54, ce qui conduira à la non-reconduction de 300 contrats temporaires. Volvo Cars emploie 5.200 travailleurs à Gand.

Commenter cet article

  • shooby02470 : Serait-ce cet éternelle rancoeur du 6 mai qui refait surface

    Le 21/01/2013 à 09h31
  • shooby02470 : Yannick parle d'un problème enropéen, que vient faire ton "analyse" sur le socialisme ici ?

    Le 18/01/2013 à 15h14
  • moijebosse : Avec ce que l'on me prend comme impos sur le revenus, aucune chance que je change de voiture. Et dire que la plupart a gauche on le privilège de ne rien devoir au Fisc.

    Le 17/01/2013 à 02h39
  • moijebosse : Peut etre parceque le socialisme et l'assistanat vole tellement d'argent a tous les étages que plus personne n'a les moyens d'entreprendre quoi que ce soit pour s'en sortir en France.

    Le 17/01/2013 à 02h38
  • 666fp : Renault ne fabrique en France que 20% de sa production. L'Etat actionnaire regarde passer les trains. De plus en plus de gens se détourneront de la voiture car : la crise, le prix des carburants et pour finir une répression aveugle et imbécile contre les automobilistes mais je pense c'est ce que veut le gouvernement ?

    Le 17/01/2013 à 01h22
      Nous suivre :

      Jugé dépressif, un panda autorisé à regarder son ami à la télé

      logAudience