En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

La "baleine de Londres" a fait perdre 4,4 milliards de dollars à JPMorgan


le 13 juillet 2012 à 15h00 , mis à jour le 13 juillet 2012 à 15h05.
Temps de lecture
3min
JP Morgan banque américaine

La JP Morgan / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EntreprisesLa banque américaine JPMorgan Chase a annoncé vendredi un bénéfice en baisse de 9% sur un an 5,0 milliards de dollars au deuxième trimestre malgré une perte de 4,4 milliards de dollars (3,6 milliards d'euros) dans les dérivés, qu'elle a accusé certains "individus" d'avoir cherché à cacher.

Ils envisageaient une perte de 2 milliards de dollars. Elle aura - pour le moment - atteint 4,4 milliards, soit 3,6 milliards d'euros. La banque américaine JPMorgan Chase a annoncé vendredi un bénéfice en baisse de 9% sur un an 5,0 milliards de dollars au deuxième trimestre malgré une perte de 4,4 milliards de dollars dans les dérivés, qu'elle a accusé certains "individus" d'avoir cherché à cacher.

"La firme a récemment découvert des informations qui créent des doutes sur l'intégrité des (informations rapportées sur les opérations) des traders", et "certains individus ont peut-être cherché à éviter de montrer la totalité des pertes", précise ce communiqué. En avril, un trader de l'unité de courtage en propre de la banque avait pris des positions importantes sur des produits dérivés. Les positions étaient tellement énormes que le trader en question, un Français nommé Bruno Michel Iksil, était surnommé "la baleine de Londres".

Lire notre article >Qui est cette "baleine de Londres" qui va coûter 1 à 3 milliards à JPMorgan ?

Responsables "séparés de l'entreprise" 

Cette unité, dans laquelle travaillait "la baleine", ne pourra plus faire d'opération sur dérivés et " se focalisera sur sa mission de base d'investir prudemment les excès de liquidités provenant des dépôts pour générer un rendement satisfaisant", a indiqué Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan Chase dans ce communiqué. Il souligne enfin que la banque a mené une enquête interne complète sur les pertes liées au dérivés de crédit dans cette unité et qu'elles semblent isolées à cette unité.

Mais ces pertes pourraient encore atteindre de 800 millions à 1,7 milliard de dollars de plus dans les mois à venir, en cas d'événement tel qu'une "crise de la zone euro ou de gel du crédit", a indiqué Jamie Dimon vendredi, ajoutant que le portefeuille de produits dérivés en cause avait été très fortement réduit. "A ce jour tous les dirigeants (de cette unité) travaillant depuis Londres et ayant eu des responsabilités dans le portefeuille de crédit "ont été séparés de l'entreprise", indique par ailleurs un point sur les pertes de courtage.

Ces pertes "ont secoué notre entreprise dans ses fondations", "nous nous sommes tiré nous-mêmes une balle dans le pied", a admis M. Dimon. "Nous ne sommes pas fiers de cette erreur mais nous sommes fiers de notre entreprise" et d'avoir réussi à dégager des bénéfices dans cette période difficile pour la banque, a fait valoir Jamie Dimon lors d'une conférence d'analystes. Il a réaffirmé qu'il s'agissait d'un événement "isolé".

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Faites l'expérience : découvrez une oeuvre d'art à l'aveugle

      Faites l'expérience : découvrez une oeuvre d'art à l'aveugle

      logAudience