En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le groupe Doux placé en redressement judiciaire


le 01 juin 2012 à 17h24 , mis à jour le 01 juin 2012 à 17h38.
Temps de lecture
3min
Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012.

Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
EntreprisesL'ensemble du groupe volailler Doux a été placé vendredi en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Quimper. Avec un délai de six moi spour trouver une solution.

Le tribunal de commerce de Quimper a donc placé le volailler Doux en redressement judiciaire, vendredi après-midi. Le groupe dispose de six mois pour trouver une solution à sa situation. Le volailler s'était déclaré en cessation de paiement auprès de ce tribunal jeudi soir, faute de compromis avec ses créanciers.

Le groupe volailler Doux, en grave difficulté financière, a donc demandé à être placé en redressement judiciaire. "Une audience exceptionnelle" sur l'avenir du groupe Doux "s'est tenue dans la matinée". Le délibéré a été rendu trois heures après celle initialement envisagée. Selon une source proche du dossier, ce report pourrait être lié à la poursuite de discussions entre le groupe, ses partenaires et l'Etat.

Le Foll est sur le dossier

Des discussions avaient été engagées jeudi au ministère du Redressement productif entre le leader volailler européen et ses créanciers. La direction du  groupe familial devait se réunir d'ici vendredi matin pour arrêter sa décision,  a précisé cette source. Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll a déclaré vouloir "absolument  éviter que la filière volaille française soit déstabilisée". Le ministre  a indiqué suivre "avec une attention  particulière la situation des 800 éleveurs qui sont les fournisseurs du groupe".

Un éventuel redressement judicaire serait demandé "le plus rapidement possible" et serait "bénéfique à deux titres: il apporterait une bouffée d'oxygène car la dette ne serait plus exigible, et il créerait un cordon  sanitaire entre la France et le Brésil", pays siège d'une filiale très  déficitaire, a détaillé le porte-parole. Dans l'hypothèse d'un dépôt de bilan, "on est en train de travailler à une  solution visant à protéger les fournisseurs stratégiques et les éleveurs dans le cadre d'une potentielle utilisation de cette procédure. C'est une priorité",  a assuré le porte-parole.

Les producteurs de volaille ont appelé jeudi à une "nouvelle discussion" avec Doux, s'inquiétant notamment "du niveau des encours" supportés par les éleveurs. La Confédération française de l'aviculture (CFA) a dénoncé des délais de  paiement allant "jusqu'à 120 jours". Doux, qui emploie 3.400 salariés en France, et a annoncé jeudi la  nomination d'un nouveau directeur général délégué, Jean-Charles Doux, fils du  PDG Charles Doux, a une dette globale de quelque 437 millions d'euros, selon la  CGT, dont plus de 200 millions d'euros provenant de sa filiale brésilienne  Frangosul. Le groupe a récemment cédé la gestion de cette filiale au géant brésilien  de la viande JBS Friboi, tout en continuant à en assumer la dette. Numéro cinq mondial à l'exportation, Doux devait voir son chiffre d'affaires stagner à 1,4 milliard d'euros en 2011, selon des prévisions datant  du mois de novembre. En 2010, il s'était élevé à 1,406 milliard d'euros.

Commenter cet article

  • agricol59 : Quand on accuse la "mal bouffe", il faut savoir de quoi on parle!!!! Nous sommes éleveurs de volailles label rouge et nous sommes fournisseurs du groupe Doux. Ces poulets sont des poulets élevés en plein air, avec parcours extérieur et superficie intérieure obligatoires, nourris pendant 3 mois (et non 1mois 1/2 comme les poulets de batterie).. Nous sommes régulièrement contrôlé... Cela fait 6 mois que nous sommes en attente de règlement de nos poulets.... Mais tout le monde se fout du monde agricole!!!!!

    Le 02/06/2012 à 14h55
  • poussin5754 : La gauche vient d'arriver il y a 3 semaines au pouvoir, tous ces problèmes datent de l'ère Sarkozy ! mais c'est tellement plus gratifiant de faire 70 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches pour un résultat nul !

    Le 01/06/2012 à 23h09
  • j.bon : C'est pour ça surement que le er ministre a détaillé ce matin son plan sur le chômage avec la mise en place de structure spécifique pour aider les entreprise

    Le 01/06/2012 à 22h06
  • tatatoise : @alcyon01 et francisk1.Le groupe va pouvoir respirer pendant quelques mois afin de restructurer.C'est a dire probablement vendre la filière Frais au groupe LDC.Quand au pôle Elaboré à voir.Quoiqu'il en soit cela apportera de l' O2 ou O si vous voulez.

    Le 01/06/2012 à 21h26
  • louvie61 : Il y a longtemps que je n'achète plus de volailles tellement cette viande n'a plus de gout , l'industrie de viandes plus ou moins saines non merci Je préfère une tranche de jambon ou une viande certifiée de ma région avec preuves Les producteurs ont vu trop grand et patatras la "mal bouffe" les a rattrapé, au fond lorsque l'on y pense bien c'est normal , les français ont une réputation de fins gastronomes

    Le 01/06/2012 à 21h03
      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience