ARCHIVES

Moscovici : l'ex-directeur d'Air France doit rembourser "de lui-même" sa prime


le 31 mai 2012 à 09h16 , mis à jour le 31 mai 2012 à 09h42.
Temps de lecture
3min
Pierre Moscovici sur France Inter le 31 mai 2012

Pierre Moscovici sur France Inter le 31 mai 2012 / Crédits : France Inter

À lire aussi
EntreprisesAlors que l'assemblée générale d'Air France se tient ce jeudi, le ministre de l'Economie et des Finances estime que Pierre-Henri Gourgeon doit rembourser la prime de 400.000 euros de "lui-même".

Pierre Moscovici, ministre de l'Economie et des Finances, a appelé jeudi sur France Inter l'ancien directeur général d'Air France, Pierre-Henri Gourgeon, à rembourser "de lui-même" au nom de la "morale" la prime très controversée de 400.000 euros touchée après son départ de la compagnie à l'automne dernier. "La morale voudrait que, de lui-même, Pierre-Henri Gourgeon rembourse cela", a-t-il déclaré. Le ministre a réaffirmé qu'aux yeux du gouvernement, cette prime n'allait "pas dans le sens de la décence", au moment où Air France traverse une phase de restructuration difficile, et que l'Etat, actionnaire à 15%, s'opposera à sa validation par l'assemblée générale de la compagnie dans l'après-midi. "Cet après-midi, le représentant de l'Etat votera contre et j'espère que les autres actionnaires suivront", a ajouté le ministre.
 
La prime dont Pierre-Henri Gourgeon a bénéficié en octobre 2011, en contrepartie d'un engagement de non-concurrence pendant trois ans, fait partie d'une rémunération exceptionnelle d'un montant de 1,4 million d'euros, décidée par le conseil d'administration à la suite de son éviction en octobre 2011. Elle a été accordée dans le cadre d'une convention, liant Pierre-Henri Gourgeon au groupe franco-néerlandais. Le code du commerce prévoit qu'elle soit soumise aux actionnaires. Une non-ratification jeudi de cette prime ne signifierait cependant pas une obligation de remboursement par son bénéficiaire. De son côté, le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a fait savoir  mercredi que l'Etat mettrait son veto à cette résolution. Cette polémique devrait toutefois être sans conséquence immédiate, la non ratification de cette prime ne signifiant pas obligation de remboursement.
 
KLM en meilleure santé qu'Air France
 
En outre, les actionnaires, déprimés pas l'évolution du titre Air  France-KLM (-12,26% depuis le 1er janvier et chute de plus de 70% les douze  derniers mois), seront focalisés sur les informations relatives au plan  d'économies de deux milliards initié en janvier. Ce plan triennal, qui s'est déjà traduit par le gel des salaires, des  embauches, des investissements, est entré dans une phase particulièrement  délicate puisque la direction est en négociations avec les syndicats pour  refonder les conditions salariales.

Air France, encore plus en difficultés que sa consoeur KLM en raison de la concurrence des compagnies low cost sur son réseau domestique, a reconnu la semaine dernière un sureffectif qui devrait se solder par un plan de  départs volontaires. 5.000 emplois pourraient être concernés, selon certains  médias, un nombre démenti par la direction. La compagnie tricolore espère un retour à l'équilibre en 2014 pour son activité court et moyen-courrier, en perte d'environ 500 millions d'euros en  2011.

Commenter cet article

  • ocykath : Le gagnant sera votre prof d'économie qui vous expliquera comment fonctionnent les tranches d'impositions ! Allez, je vous épargne des sous : Admettons 2 tranches, la 1ere jusqu'à 10 000euro non-imposée et la deuxième - au delà de 10 000 euro - imposé à 50%. Une personne qui gagnerait 10 001 euro paierait donc 50centimes et non pas 5 000 euro comme vous semblez le croire (il n'y a que 1 euro dans la 2eme tranche).

    Le 31/05/2012 à 17h37
  • centaur-55 : Un coup d'épée dans l'eau pour le PS ,il doit bien se marrer PH Gourgeon avec les arguments de Moscovici ,il y a les législatives nous avons compris, alors arrêtez votre cinéma a gauche ,la ça devient n'importe quoi ,il n'ont plus que des mots comme symbolique et moral a nous sortir a toute les sauces pour justifier leur bon vouloir .

    Le 31/05/2012 à 14h39
  • lclement : Alors la on voit clairement que ce sont des reveurs qui ont ete elus! Le retour des bizounours, c'est maintenent!

    Le 31/05/2012 à 13h53
  • claudcouledouce : Que du bla-bla-bla. S'il parlait moins pour ne rien dire il aurait le temps de lire un manuel d'économie. Je lui recommande ceux de Raymond Barre.

    Le 31/05/2012 à 13h41
  • claudcouledouce : Hou-la-la ! Quelle pression ! Il doit être drôlement impressionné...

    Le 31/05/2012 à 13h40
      Nous suivre :

      Ségolène Royal : "Ce ne sont pas les autres qui vont décider à ma place"

      logAudience