En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Orange s'explique sur les raisons de la "panne"


le 08 juillet 2012 à 08h57 , mis à jour le 08 juillet 2012 à 08h58.
Temps de lecture
3min
Image d'archives

Image d'archives / Crédits : Reuters

À lire aussi
EntreprisesMalveillance ? Défaut d'investissement ? Dans ses explications avancées après la panne qui a affecté durant douze heures son réseau, Orange s'est efforcé d'effacer ces soupçons, évoquant un "dysfonctionnement logiciel" avec un "effet boule de neige" qui a entraîné une saturation.

Dès les premières heures de l'incident, les techniciens d'Orange avaient tenu à écarter toute explication liée à un acte malveillant. Si le réseau de l'opérateur a été victime, douze heures durant, entre vendredi après-midi et les premières heures de samedi, d'une gigantesque "panne" qui a privé de téléphone mobile une bonne partie de ses 27 millions d'utilisateurs, c'était bien la conséquence d'un incident technique. Restaient d'autres questions sur les raisons de ce "bug" géant. Lors de ses explications, samedi, le PDG Stéphane Richard a tenu à écarter tout soupçon de défaut d'investissement.

France Télécom est "le plus gros investisseur en France dans les réseaux de télécommunications", avec "plus de 600 millions d'euros investis chaque année", a notamment souligné Stéphane Richard. La panne "n'est donc absolument pas liée à un défaut d'investissement", selon lui. "On est dans un domaine d'une très grande complexité" et "sur un sujet très circonscrit. Cela n'a rien à voir avec les investissements que l'on peut faire dans la couverture radio du réseau ou les liens de collecte qui ne sont absolument pas en cause", selon le patron de l'opérateur historique.

Un obstacle au milieu du fleuve de données

Cet incident inédit par son ampleur est "lié à un dysfonctionnement logiciel ayant affecté un type d'équipement très particulier qui a eu cet effet très important parce que c'est un équipement du coeur de réseau", selon Stéphane Richard. Il a écarté toute idée de saturation du réseau mobile d'Orange due à un trafic trop important : "Ce n'est pas le réseau mobile dans son ensemble qui est en cause", mais "un équipement critique qui a subi un dysfonctionnement dont on ne connaît pas encore aujourd'hui la cause".

Selon Philippe Chicaud, directeur technique d'Orange France, le problème s'est manifesté par "de l'incohérence, des messages erronés", avec "à un moment donné, un effet boule de neige qui a provoqué assez rapidement la saturation de certains équipements". L'incident n'est "absolument pas dû à un défaut de sécurisation", selon ce responsable. Le patron de France Télécom, pour expliquer ce qui s'est passé, a préféré recourir à une image : selon lui, on pourrait comparer le flux de trafic à un "énorme fleuve avec beaucoup de courant. Lorsque surgit un obstacle à un moment donné dans le cours du fleuve il y a une retenue qui se forme et qui peut très rapidement bloquer tout le système".

Le groupe a engagé avec ses partenaires Alcatel Lucent et Ericsson des investigations techniques, un processus qui prendra "quelques jours", selon Orange. "Ce type d'expérience (...) est aussi riche d'enseignements", a estimé Stéphane Richard. Et s'il devait y avoir une répétition du problème "on mettrait très certainement beaucoup moins de temps à rétablir le service", a-t-il ajouté.

Commenter cet article

  • pete_get27 : Il faut surtout voir contractuellement ce qui est garanti :)

    Le 09/07/2012 à 01h57
  • karakal75 : Le zero defaut n'existe pas, et ce genre de panne n'arrive pas tous les jours non plus, pas la peine de dramatiser.

    Le 09/07/2012 à 00h27
  • inspatatrac : Et ben alors?! Il est ou votre 0 DOWNTIME! Vous me faites rigoler....Votre "RIGHT THE FIRST TIME" et tous les patati et patata qui vont avec! Et la redondance on en fait quoi? Tous les equipements doivent etre multiples, il doit y avoir ce que l on appelle un Disaster Recovery pret a etre mis en route a tout moment.....Bref, ca me donne quelques arguments la prochaine fois que j aurais 30 minutes d arret sur un de mes systemes et que l on me demandera pourquoi je n ai pas pu redemarrer plus tot....la on parle de 12 heures...si cela m arrive je n ai plus de boulot....

    Le 08/07/2012 à 23h59
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience