En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

7.500 postes supprimés chez Renault : "C'est la fin des sites en France !"


le 15 janvier 2013 à 22h38 , mis à jour le 15 janvier 2013 à 22h50.
Temps de lecture
3min
À lire aussi
EntreprisesDes salariés de l'usine de Flins, dans les Yvelines, ne cachaient pas leur inquiétude après l'annonce faite mardi par Renault de supprimer 7.500 postes dans l'Hexagone, où certains redoutent la disparition des usines de la marque au losange.

Confronté à un marché européen en berne, Renault entend supprimer 7.500 postes en France d'ici à 2016, soit plus de 15% de ses effectifs, mais sans fermeture de site ni plan de départs volontaires (lire notre article >Renault veut supprimer 7.500 emplois en France d'ici 2016). Mais les salariés y voient au contraire les prémices d'un désengagement du groupe en France.
 
"On crée des emplois à l'étranger et on en détruit en France", déplore une salariée chez Renault depuis douze ans. Embauché depuis 1982, un autre employé dénonce également les emplois qui "s'en vont ailleurs", notamment au Maghreb. "C'est bien pour l'Algérie et le Maroc mais ici, c'est 10.000 emplois en moins !", lance-t-il. Selon lui, "en Turquie, ils travaillent en trois-huit, y compris le samedi et le dimanche".  "C'est la fin des sites de Renault en France", prédit-il, ayant connu le site de Flins avec "24.000" salariés, contre "3.500" actuellement.

"C'est l'équivalent de deux Aulnay..."
 
Confronté à un marché européen en berne, Renault a dit vouloir supprimer 7500 postes en France d'ici à 2016, soit plus de 15% de ses effectifs, mais sans fermeture de site ni plan de départs volontaires. Cette annonce a "zappé le moral" d'une salarié actuellement en contrat d'apprentissage. "J'envisage un CDI chez Renault et avec les départs en retraite non remplacés, je me sens un peu désespérée", déclare la jeune femme.
 
"C'est révoltant car Renault est un groupe qui a fait des profits pendant 15 ans -hormis en 2009-", s'indigne un délégué CGT du site de Flins. "Ils ont les coffres pleins et ils annoncent l'équivalent de la fermeture de deux Aulnay", en référence à l'usine de PSA d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) vouée à la fermeture. "La crise, ils veulent la traverser avec le même taux de profit", s'offusque encore le syndicaliste, ajoutant que "ce qui est annoncé, c'est ni plus ni moins que des fermetures d'usine".

Lire aussi notre article >Hécatombe dans le secteur automobile : Renault et PSA ne sont pas les seuls 
et "Aulnay : des salariés de PSA envahissent la mairie"

Commenter cet article

  • moijebosse : Interdire? arretz surtout de les faire fuir. Pour toucher le meme salaire net en france que dans un pays ou j'habitais avant, il me fallait un brut de 2.8 fois supérieur! alors arretez de racketter l'économie privée pour financer un assistanat dévastateur. Une boite qui se fait écraser par les taxes, impos et cotisations ne se portera pas mieux parceque on lui interdira d'essayer de survivre.

    Le 17/01/2013 à 02h34
  • shooby02470 : Je ne vois pas pourquoi on se pose la question de la fin des sites en France ici. Car dire ça, c'est un peu vite oublier que les sites français assemblent des voitures qui marchent fort (clio, megane, scenic ...) tandis que d'autres sites français sont spécialisés dans la fabrication des éléments (moteurs, boites ...) qui sont ensuite dispatchés sur les sites d'assemblages en France et à travers le monde. Cela serait donc contre productif de fermer des sites qui fournissent les pièces !

    Le 16/01/2013 à 13h54
  • shooby02470 : Normal que la réalité soit si difficile à entendre pour ceux de gauche quand on sait que ceux de droite aiment tant la travestir !

    Le 16/01/2013 à 13h51
  • unvoisin13 : Et ca changerait quoi? Alors pour info (je sais chez des gens de gauche c'est dur à entendre, mais c'est la réalité du monde). A la base, une société est fondée pour engendré des bénéfices (des revenus) et NON pour créer de l'emploi.Ensuite elle cré de l'emploi en fonction de son dévellopement....

    Le 16/01/2013 à 12h49
  • jaidesdoutes : Les chinois doivent se marrer.... eux ils ont 50 marques et d'ici peu, grace a notre europe soit disant protectrice et bienfaitrice, ils vont venir vendre leur voitures plus fiables, plus belles et moins cheres que les notres.

    Le 16/01/2013 à 10h25
      Nous suivre :
      Extrait Sept à Huit : en pleine séance de sport avec Miss France

      Extrait Sept à Huit : en pleine séance de sport avec Miss France

      logAudience