En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Virgin placé en redressement judiciaire


le 14 janvier 2013 à 15h30 , mis à jour le 14 janvier 2013 à 15h41.
Temps de lecture
3min
Les magasins Virgin près de la cessation de paiement
À lire aussi
EntreprisesLe distributeur de biens culturels a été placé lundi en redressement judiciaire, avec une période d'observation de 4 mois.

Le tribunal de commerce de Paris a rendu sa décision dans le dossier de cessation de paiement déposé mercredi dernier par Virgin : le distributeur de biens culturels a été placé lundi en redressement judiciaire, avec une période d'observation de 4 mois. Si Virgin évite donc la liquidation judiciaire pure et simple, il reste donc 4 mois pour sauver le groupe. Et certains pourraient être intéressés par un rachat. C'est l'hypothèse évoquée ce week-end par le Journal du Dimanche. "Si les fonds d'investissements semblent bouder le dossier, certains pros de la distribution étudieraient des possibilités de reprise totale ou partielle", a écrit le journal qui, sans identifier ses sources, a ajouté que "ce serait le cas du spécialiste des loisirs créatifs Cultura". Ce dernier, a précisé le JDD, n'a pas souhaité faire de commentaires.

Virgin, détenu à 74% par Butler Capital Partners (BCP) et à 20% par Lagardère, "dispose de précieux atouts" malgré son endettement, fait valoir le JDD. Il cite en particulier le bail du magasin parisien emblématique de l'enseigne, sur les Champs-Elysées (20 millions d'euros), les baux des autres magasins (20 millions d'euros) et une trésorerie de 35 millions. Et la marque Virgin Megastore, pour laquelle BCP serait propriétaire d'une licence perpétuelle, vaudrait elle-même 20 millions d'euros, avance le journal.

"Une concurrence déloyale"

Comme d'autres distributeurs spécialisés, dont la Fnac, Virgin est victime de l'effondrement des marchés "physiques" du disque et du DVD, ainsi que de la concurrence des grands acteurs du web, comme Amazon ou Apple. La ministre de la Culture, Aurélie Filippetti, a d'ailleurs dénoncé "la concurrence déloyale" d'entreprises comme le distributeur en ligne Amazon, à laquelle s'est heurté Virgin Megastore, ces entreprises n'étant pas imposées comme celles qui sont localisées en France.

Un proche de Butler relève en outre que Virgin était déjà déficitaire lorsque ce dernier est arrivé en 2008 et que le fonds a investi 15 millions d'euros depuis cette date.
 

A lire:

-Virgin tangue : le gouvernement se positionne

-Magasins Virgin : la direction va demander la cessation de paiement

Commenter cet article

  • venus25 : Je pense qu'à la demande du gouvernement, les tribunaux sont incités à faire perdurer l'agonie. Où comment reculer pour mieux sauter....

    Le 14/01/2013 à 19h09
      Nous suivre :
      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      Une journaliste démissionne en direct pour se battre pour la légalisation du cannabis

      logAudience