ARCHIVES

Le diagnostic radon

Edité par
le 05 février 2013 à 10h00
Temps de lecture
3min
image d'archive

Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Dossier ImmobilierLe radon fait partie de la famille des gaz radioactifs. Il a la particularité d’être inodore et incolore. D’origine naturelle, ce gaz naît de la décomposition de l’uranium et du radium contenus dans la croûte terrestre. Présent dans l’air et dans l’eau, il affiche de fait une concentration plus importante à l’intérieur des bâtiments qui ont pour effet de l’emprisonner. C’est à partir de 1987 que le radon a été classé dans la catégorie des gaz cancérogènes. Il est d’ailleurs considéré comme étant la seconde cause de cancer du poumon après le tabac. Pour détecter la présence de radon dans les habitations, il existe pourtant un diagnostic radon qui permet d’en évaluer le taux.

Qui est concerné par le diagnostic radon ?

Le diagnostic radon ne fait pas partie des documents obligatoires à fournir en cas de vente ou de location d'un bien immobilier. Cependant, les pouvoirs publics, qui se sont penchés sur le caractère dangereux du radon sur la santé, conseillent aux propriétaires de le faire réaliser si leur bien est implanté dans une zone dite "à risque". En effet, près de 31 départements ont été classés dans cette catégorie par le ministère de la Santé. S'il est facultatif pour les logements privatifs, le diagnostic a, par ailleurs, été rendu obligatoire dans ces départements pour les établissements publics. Si le diagnostic concluait à la présence trop importante de radon, affichant une concentration supérieure à 400 Bq/m3 dans un bâtiment existant ou à 200 Bq/m3 dans un bâtiment en construction, des mesures de sécurité devraient être prises immédiatement.

La réalisation du diagnostic radon

Si le diagnostic radon n'est pas obligatoire, sa réalisation doit cependant respecter des règles bien précises. Tout comme les rapports d'évaluation constituant le dossier de diagnostic technique immobilier, le diagnostic radon doit être réalisé par un professionnel certifié par un organisme accrédité et possédant une assurance responsabilité civile professionnelle. C'est ce qu'on appelle communément un diagnostiqueur. Mais celui-ci doit également pouvoir justifier d'un agrément obtenu auprès de la Direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection (DGSNR).

Les préconisations du diagnostic radon

Après avoir pris soin de comparer plusieurs offres, le propriétaire charge donc un diagnostiqueur d'effectuer un relevé. C'est lors d'une visite du logement que le professionnel peut détecter ou non la présence de radon grâce à des appareils de mesure spécifiques. Si le diagnostiqueur relève des voies de pénétration, il est habilité à émettre des recommandations pour permettre au propriétaire d'agir en conséquence. En fonction du taux de concentration du radon, deux alternatives s'offrent au propriétaire. Il peut installer un système de ventilation mécanique pour pallier une concentration relativement faible de radon, ou prévoir des rénovations au niveau de l'étanchéité des sous-sols pour enrayer une concentration plus importante.

Commenter cet article

      Nous suivre :

      A 7 ans, ils effraient un voleur de voiture à l'aide d'un jouet en plastique

      logAudience