En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Budget 2013: une "saignée" susceptible "d'aggraver l'état du malade"


le 29 septembre 2012 à 07h28 , mis à jour le 29 septembre 2012 à 07h32.
Temps de lecture
3min
Des euros

Des euros / Crédits : Adam Gault / Digital Vision / Thinkstock

À lire aussi
MédiasLe budget 2013 présenté par le gouvernement est "courageux" voire "téméraire", jugent samedi certains éditorialistes, d'autres soulignant que cette "saignée" pourrait "aggraver l'état du malade".

Erik Izraelewicz salue dans le Monde "l'habileté" de François Hollande qui, à travers ce budget 2013 "assume une rigueur de gauche", l'effort étant, selon lui, "réparti équitablement". Si "le coup de massue fiscal annoncé pour 2013 frappe effectivement en priorité les familles les plus aisées et les plus  grandes entreprises", ajoute le directeur du journal du soir, il "sera  cependant difficile de convaincre les Français que les classes moyennes sont épargnées". Sans surprise, Gaëtan de Capèle (Le Figaro) fustige au contraire "un implacable machine à taxer" et une "chasse aux nantis."

"La droite peut pousser des cris d'orfraie", ironise François Martin (Le Midi Libre). "Ce budget reste très marqué... à gauche. Avec des cibles bien  identifiées : hauts revenus et grandes entreprises. "Le Premier ministre envoie  un double message", estime-t-il: "volontarisme économique" et "justice  sociale". Mais les Français peuvent s'attendre dans les prochaines années à de  la "sueur", du "sang" et "des larmes".

"Décalage vertigineux" entre riches et pauvres

Pour Jacques Camus (La République du Centre), le gouvernement Ayrault a  présenté "un budget courageux pour ne pas dire téméraire" car il "rompt avec  trente années de laxisme". C'est "un bon budget pour les marchés", assure Didier Louis (Le Courrier Picard). "Un budget malin en ce qu'il frappe les plus aisés et tend à préserver  les classes moyennes". Mais c'est aussi selon l'éditorialiste "un budget hasardeux si la croissance n'est pas au rendez-vous, et risqué dans un contexte  social fragile." "Nous avons basculé dans l'austérité. Le mot n'est plus tabou", constate Jean-Paul Brunel (Le Courrier de l'Ouest). "Le budget de 2013 entérine la  récession et appelle à la mobilisation générale." "Après le règne de la potion magique, voici le retour de la saignée" qui  pourrait "aggraver l'état du malade", assène Jérôme Glaize (Le Maine Libre).

Surtout, si le "décalage vertigineux" entre riches et pauvres continue à  se creuser, souligne Didier Rose dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. "A quoi  sert de renflouer un pays", s'interroge-t-il, "si perdure le mouvement en  spirale qui concentre les richesses en son centre et rejette des miettes aux  foules en orbite ?" 

Commenter cet article

  • bille_boquette : C'est ce qu'on appelait autrefois "euthanasie" et aujourd'hui "mort dans la dignité".

    Le 01/10/2012 à 05h51
  • bidasse4 : A mon avis pour reduire la dette il faut absoluement s'attaquer aux fonctionaires le reste c'est du blabla;;;;;;;

    Le 30/09/2012 à 17h49
  • bidasse4 : C'est pourtant simple,,,pour diminuer la dette il faut absoluement s'attaquer aux fonctionaires le reste c'est du blabla,,,,,,

    Le 30/09/2012 à 17h48
  • venus25 : Sortie expresse de l'europe svp... Recentrons nous un peu chez nous.

    Le 30/09/2012 à 00h37
  • calltree7 : Etait-il vraiment utile de nous faire cet article ? A part féliciter FH sur son "habileté" et rappeler qu'il est de gauche ... Les impôts sont-ils donc le remède à notre situation économique car où sont les mesures que devraient prendre ses messieurs qui sont bien meilleurs que leur prédécesseurs ? Mais là encore cela fait parler (pour rien d'ailleurs) et doit occuper la populace que nous sommes en attendant la hausse de la CSG qui de toute façon aura lieu !!

    Le 29/09/2012 à 19h01
      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience