En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Affaire Merah

Enregistrements Merah : le CSA met en garde TF1


le 10 juillet 2012 à 15h35 , mis à jour le 11 juillet 2012 à 06h06.
Temps de lecture
3min
A lire aussi
MédiasAprès la diffusion des enregistrements entre le tueur de Toulouse et les policiers du RAID dans "Sept à Huit", le Conseil supérieur de l'Audiovisuel a reçu mardi les dirigeants de TF1 pour adresser une "mise en garde" à la chaîne.

Deux jours après la diffusion dans "Sept à Huit" de l'enregistrement des négociations entre Mohamed Merah et les policiers du RAID, les dirigeants du groupe TF1 -Nonce Paolini, le PDG, et Catherine Nayl, la directrice de l'information-ont été reçus mardi matin lors de la séance plénière du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA). Les responsables  de BFMTV (groupe NextRadioTV) et iTélé (groupe Canal+), qui ont repris les documents diffusés par TF1, ont également été entendus par le CSA.

A l'issue de cette audition, le  président du CSA, Michel Boyon, qui a vivement critiqué la diffusion des enregistrements (lire notre article : "Enregistrements Merah : TF1 entendu par le CSA"), a tenu une conférence de presse. Il a notamment annoncé que l'organisme avait adressé une "mise en garde" à TF1.  "Cette décision est un signal. C'est un appel à la responsabilité pour tous les opérateurs", a-t-il expliqué. Le CSA s'est appuyé sur l'article 15 de la convention qui le lie avec TF1 sur les précautions nécessaires en matière d'information, a précisé Rachid Arhab, président du groupe de travail du CSA sur la déontologie. Il a également évoqué la "prudence nécessaire" dans le traitement des affaires en cours d'instruction.

"Devoir d'informer"

La "mise en garde", qui est en-deçà de la "mise en demeure", a valeur de simple avertissement. En cas de récidive, le gendarme de l'audiovisuel peut décider, dans des cas extrêmement rares, de sanctions, comme la suppression d'une tranche de publicité, la lecture d'un communiqué d'excuses lors d'un journal télévisé ou une amende pouvant aller jusqu'à 3% du chiffre d'affaires.

De son côté, TF1 a mis en avant son devoir d'informer et s'est défendu de tout sensationnalisme (lire notre article : "Enregistrements Merah : TF1 met en avant le devoir d'informer").

Sur ce point, Françoise-Marie Morel, la médiatrice de l'information du groupe TF1, a également répondu aux critiques de certains télespectateurs dans la rubrique "La rédaction vous répond".

Réécoutez les explications de Catherine Nayl

 

Commenter cet article

  • armen59 : Il n'aurait pas du cautionner ces actes je propose une sanction une semaine d'arrêt pour YF1

    Le 11/07/2012 à 13h31
  • foxfoxbvff : Mais quand es-ce qu'on arrêtera de parler de lui?

    Le 10/07/2012 à 18h47
  • did004785 : Merci TF1 de nous informer. Le journalisme n'est pas mort.

    Le 10/07/2012 à 16h52
      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience