En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

CDI : le "divorce à l'amiable" est bien installé


le 08 mai 2009 à 14h36
Temps de lecture
3min
[Expiré] bureau réunion travail conférence boulot entreprise salarié salariés employés directeur

Crédits : SXC.HU

A lire aussi
SocialEn 9 mois, la procédure de ruptures par consentement mutuel de CDI a été utilisée près de 67.000 fois et de moins en moins de demandes sont refusées.

La procédure est désormais connue dans le monde de l'entreprise et se répand. Près de 67.000 (66.951) ruptures conventionnelles (par consentement mutuel) de contrats de travail à durée indéterminée (CDI) ont été homologuées entre l'entrée en vigueur du dispositif en juillet 2008 et le mois de mars 2009, indique une étude du ministère du Travail. Après avoir fléchi entre décembre et janvier (-21,6%), le nombre de ruptures de ce type a de nouveau augmenté (+40,1%) entre janvier (9.226 homologations) et février (12.928). En mars, 13.326 ruptures conventionnelles ont été enregistrées.
 
En outre, entre août 2008 et mars 2009, 13.700 demandes de ruptures "à l'amiable" ont été refusées, essentiellement pour des délais non respectés. Toutefois, de moins en moins de demandes sont refusées. En août 2008, 27% d'entre elles étaient rejetées. Depuis février 2009, ce taux s'est stabilisé à 15%.
 
Voulue par le Medef, la rupture conventionnelle a été créée par la loi portant "modernisation du marché du travail", parue le 26 juin 2008, transcrivant un accord signé entre le patronat et les syndicats. Ce nouveau mode de rupture du CDI, différent du licenciement ou de la démission, suppose un accord du salarié et de l'employeur et ouvre droit à des indemnités de départ et, éventuellement, à l'assurance chômage. Il a permis de donner un cadre légal à des séparations de gré à gré auparavant déguisées en licenciements pour faute. Dans le contexte de crise, des syndicats ont toutefois fait part à plusieurs reprises de leur craintes de voir ce système utilisé par certaines directions d'entreprises pour réduire leurs effectifs sans faire de plan social, comme dans le groupe français Loxam, loueur de matériels pour le BTP et l'industrie.

(Agence)

Commenter cet article

  • Vincent : Faute grave ou rupture amiable droit au assedic bien sur, et oui il y a 40jrs de carence pour 1mois de salaire voir tout dépend des indemnités perçu

    Le 14/05/2009 à 12h36
  • Vincent : De toute façon que se soit pour faute grave ou rupture amiable vous avez droit au assedic ! !

    Le 14/05/2009 à 12h29
  • Newjobgirl : Suite au mail de Brice du 09/05/09, j'aimerai savoir s'il existe une période de carence en ce qui concerne les indemnités Assedic ?

    Le 13/05/2009 à 00h01
  • Newjobgirl : Réaction après lecture du mail de brice de Paris, du 09/05/09 17h13, y-a-til une période de carence en ce qui concerne les indemnités journalières ???

    Le 12/05/2009 à 23h59
  • STELLALIRE : On se sent pas bien au travail, à cause de qui ? Souvent l'employeur est mis en avant, mais ceux qui gravitent autour devraient un peu mieux se sentir conserner. Je pense à vos collègues de travail qui pour se défendre n'hésitent pas à vous enfoncer. Se battre contre son employeur c'est ok mais se battre contre ses collègues de travail c'est très difficile quand on a pas l'habitude d'avoir de tels procédés. Alors oui, je suis d'accord pour un départ avec consentement mutuel, c'est mieux que de souffrir !

    Le 12/05/2009 à 19h31
      Nous suivre :
      Mort du PDG de Total : les premières images du crash

      Mort du PDG de Total : les premières images du crash

      logAudience