En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Mouvement social unitaire : stop ou encore ?


le 04 mai 2009 à 09h19
Temps de lecture
3min
syndicats 1er Mai

Tous unis pour la même cause / Crédits : TF1

À lire aussi
SocialLes syndicats doivent se réunir dans la journée pour décider des suites à donner au mouvement, après la manifestation unitaire du 1er mai.

Voilà un sondage qui devrait conforter les leaders syndicaux dans leur action. Une très forte majorité (80,1%) de Français estiment que les syndicats ont un rôle important à jouer en cette période de crise, même s'ils sont en "perte de vitesse" et "pas assez représentatifs" pour négocier, indique un sondage Obea pour France Info/20 minutes publié dimanche. Au total 60% des sondés ont une bonne image des syndicats de salariés,  contre 24% qui disent en avoir une image négative (6% sans opinion). (1)
 
Le sondage a été réalisé quelques jours avant la manifestation unitaire du 1er mai, lors de laquelle les syndicats ont prévu de se réunir ce lundi, pour évoquer la suite à donner au mouvement. François Chérèque, le patron de la CFDT, a promis vendredi que l'unité des huit principaux syndicats, décidée en janvier face à la crise, durerait encore de "nombreuses semaines". Bernard Thibault (CGT), s'est dit convaincu que "tous les syndicats une nouvelle fois se mettront d'accord pour contribuer à ancrer cette protestation". Lundi matin sur LCI, Jean-Claude Mailly (FO) a pourtant laissé entendre que les syndicats n'étaient pas "tous d'accord". "Il y a des divergences d'approches sur les modalités d'action", a-t-il ajouté.
 
"Le sarkozysme, c'est la réactivité"
 
Le pouvoir exécutif promet lui le dialogue : tour à tour, le ministre du Travail Brice Hortefeux et Raymond Soubie, conseiller social de  Nicolas Sarkozy, ont évoqué une rencontre avec les partenaires sociaux pour procéder à "l'évaluation" des mesures déjà prises.  Le premier "à l'été", le second "d'ici la fin du mois de juin".
 
"Ce que souhaite le président, c'est d'avoir un contact permanent avec les organisations syndicales et les organisations patronales de manière à avoir  toujours une réponse adaptée et concrète", a affirmé Raymond Soubie. "Il faut du temps pour que les nombreuses mesures déjà prises se déploient  et que leurs bénéficiaires en perçoivent les effets. Mais le sarkozysme, c'est la réactivité. Si la crise perdure ou s'intensifie, nous nous adapterons", a de son côté assuré Brice Hortefeux, reprenant un argument souvent avancé par le chef de l'Etat.
 
D'après agence
 
(1) Enquête réalisée par téléphone du 20 au 27 avril 2009 auprès d'un  échantillon représentatif redressé de la population des salariés de 1001 personnes habitant la France Métropolitaine, âgées de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas (sexe, âge, région).

Commenter cet article

  • Pietro : Bruno, St Jean DAngély, le SMIG n'existe plus depuis plusieurs décennies. Aujourd'hui c'est le SMIC... Croissance, donc C a remplacé Garanti, donc G !

    Le 04/05/2009 à 15h52
  • Loulou de Russie : Il faut continuer, jusqu'à mettre l'économie fançaise à genoux pour, ensuite, mieux se plaindre! J'ai de l'admiration pour 1936 et ses 15 jours de congès payés, bienfait pour les travailleurs, les travailleurs suant eau et sang pour nourrir péniblement leur famille. Ils ont eu enfin un droit. Je n'oublie pas, pour autant, que pendant que nos usines étaient bloquées, les travailleurs allemands travaillaient, eux, et avaient aussi des avantages sociaux. 4 ans après, la France a payé cher le Front Populaire. Actuellement, travailler en usine, n'est pas un bagne. De plus, nous avons une situation économique plus que délicate. Unité syndicale pour faire quoi? Pour apporter quoi? La démagogie - x euros de plus par mois, pas de licenciements, etc. - n'apporte rien pour les travailleurs, ils ont déjà beaucoup plus que ce qu'ils pourraient avoir à satisfaire les revendications à 100%. A moins de vouloir le Socialisme. Chiche! Qu'une seule personne dise ce qu'a vraiment apporté le Front Populaire à l'économie de la France : en retard sur les grands pays d'europe de l'Ouest, en 1935, la France est restée en retard et celui-ci s'est même aggravé pour la faire plonger en 1937. Pas de la propagande de Droite, mais analyse tirée... des oeuvres complètes de Staline (langue russe,édition 1946)!

    Le 04/05/2009 à 15h41
  • Jacques : Hé Ho, Bruno, Saint Jean d'angely, vous avez une vision très binaire du monde ! 100% capitaiste dur ou 100% communiste dur ! Aucun intermédaire ! Grandissez un peu !

    Le 04/05/2009 à 15h04
  • Mireye : Les syndicats ne servent pas à grand-chose si ce n'est à empocher les cotisations (qui servent à quoi???° ineressez-vous un peu au train de vie de nombreux responsables de syndicats ,ouvrez vos yeux ....et vous verrez qu'ils sont loin d'être dans la misère ou le besoin : ils défendent surtout leurs intérêts et, ils poussent les "moutons" à les suivre pour foutre la M...dans le pays en empêchant par tous les moyens les gens qui ne veulent pas faire grêve de se rendre à leur boulot prenez exemple sur les pays voisins , et, vous verrez qu'il n'y a qu'en france où l'on voit tout ce "carnaval syndicaliste" !!!!!!!!!

    Le 04/05/2009 à 14h40
  • Le Fourbe : Hé bien Bruno le Rouge vous n'aimez pas notre systéme allez donc dans ces pays Communistes qui oppriment les peuples ou la répression est omniprésente et ou aucun autre son de cloche n'est toléré et ou vous serez payez 5 fois moins qu'en france et ou vous devrez travaillez 6/ 7 jours et ce 10/12 heures par jours!!! Marre de ces raleurs qui ralent pour raler qu'ils aillent donc voir ailleurs !!! merci de publier

    Le 04/05/2009 à 14h07
      Nous suivre :
      La blague de François Hollande sur sa visite pluvieuse à l'île de Sein

      La blague de François Hollande sur sa visite pluvieuse à l'île de Sein

      logAudience