En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Le PDG critiqué par le gouvernement

Edité par
le 16 octobre 2009 à 13h44
Temps de lecture
4min
Didier Lombard, PDG de France Télécom, reçu par Xavier Darcos (15 septembre 2009)

Image d'archives / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SocialLaurent Wauquiez reproche à Didier Lombard, déjà indirectement mis en cause par le président, son manque "d'empathie" après sa courte visite à Lannion jeudi. Lui exclut de démissionner.

Le PDG de France Télécom est plus que jamais en délicatesse. Après un 25e suicide dans l'entreprise jeudi et les critiques de Nicolas Sarkozy sans nommer directement Didier Lombard, dans son interview au Figaro (lire notre article), Didier Lombard a été mis en cause vendredi par un membre du gouvernement et des syndicats dans la gestion des conséquences de la vague de suicides qui touche l'entreprise. Didier Lombard s'est rendu sur place en Bretagne jeudi pour leur exprimer son soutien, mais des délégués syndicaux ont déclaré à des médias qu'il n'avait rencontré qu'une poignée de personnes dans la soirée, au cours de laquelle il a affirmé vouloir "sortir de la spirale infernale", et avait décliné leur invitation de rester pour s'adresser à l'ensemble du personnel ce vendredi.

Au sein du gouvernement, la critique de la réaction affichée par Didier Lombard est donc venue vendredi du secrétaire d'Etat chargé de l'Emploi, Laurent Wauquiez. "La première chose, c'est le boulot interne de France Télécom: il est urgent qu'ils se retroussent les manches, et surtout que le P-DG donne le sentiment d'une empathie et qu'il aille à la rencontre de ses salariés, car je trouve qu'il ne l'a pas suffisamment fait jusqu'à présent", a-t-il dit sur Canal+. Le mois dernier, Didier Lombard avait dû présenter ses excuses après avoir parlé publiquement de la "mode des suicides". Le 5 octobre, son bras droit, Louis-Pierre Wenes, a été remplacé par Stéphane Richard, jusque là directeur de cabinet de Christine Lagarde au ministère de l'Economie. L'Etat reste le premier actionnaire de France Télécom, ancienne administration d'Etat devenue société anonyme en 1996, et dont l'actionnariat est majoritairement privé depuis 2004.

Lombard auditionné début novembre à l'Assemblée

Le secrétaire général du syndicat Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, a de même, mais directement, critiqué la direction de France Télécom. "L'aveuglement de la direction, doublé d'un mépris profond pour les conditions de travail d'agents qui n'ont jamais démérité, est seul responsable de la crise traversée par cette entreprise", dit-il dans un communiqué. Suite de l'affaire, Didier Lombard sera auditionné durant "la première semaine de novembre" à l'Assemblée nationale, a annoncé vendredi le président de la commission des Affaires sociales de l'Assemblée, Pierre Méhaignerie (UMP).

Dans une interview au Figaro (de samedi), Didier Lombard exclut de démissionner. "Ce n'est pas quand le bateau est dans la tempête que le capitaine quitte le navire. Je dois l'amener à bon port, à un état d'entreprise humaine et prospère", déclare-t-il. "Tout ne peut pas changer en une semaine, mais d'ici deux mois la situation devrait être plus sereine", assure Didier Lombard. Le PDG ajoute que les salariés "ont tort de penser qu'on ne les aime plus" car "tout ce que l'on fait vise justement à permettre de les garder tous". "Nos salariés sont impliqués, motivés, dévoués. En dépit de la crise que nous traversons, ils travaillent, l'entreprise tourne", souligne le dirigeant. "Mais cet attachement viscéral à France Télécom fait aussi que certains attendent tout de l'entreprise, qui devient comme une grande famille où tout prend un tour affectif", poursuit-il. "Or, ils ont tort de penser qu'on ne les aime plus: tout ce qu'on fait vise justement à permettre de les garder tous."

Défilé en silence

En participant au défilé, "nous voulions témoigner qu'en tant que cadres dirigeants nous avons conscience de l'ampleur du malaise qui existe", résume le directeur exécutif en charge du marketing et de l'innovation de France Télécom. Les salariés du site France Télécom de Lannion, dans les Côtes d'Armor, ont de leur côté organisé vendredi une marche silencieuse en hommage à leur collègue qui s'est suicidé jeudi à son domicile. L'ensemble du personnel présent sur le site, qui compte environ 1.500 salariés, a débrayé pour se rassembler devant l'entreprise et respecter une minute de silence, avant un défilé auquel ont participé des dirigeants locaux et nationaux. "On est en colère, on attend des décisions et des changements radicaux", résume Sud PTT.
 
L'ingénieur de 48 ans qui travaillait sur ce site, considéré comme un des fleurons de France Télécom, s'est pendu jeudi chez lui en laissant une lettre d'explication. C'est le second suicide sur le site de Lannion et le 25e depuis qu'en février 2008 les syndicats ont commencé à tenir un décompte. Les salariés de Lannion ont demandé à la direction de "neutraliser" la journée de mardi, pour participer à des ateliers de réflexion consacrés aux chantiers de réforme lancés par la direction.
 
"Nous allons travailler d'arrache-pied pour mettre en place le climat de confiance et faire en sorte que ce drame absolu ne se reproduise plus", a assuré le directeur exécutif en charge du marketing et de l'innovation de France Télécom. La direction a prévu de mettre en place une cellule de soutien sur le site de Lannion à partir de lundi. Une ligne téléphonique nationale va aussi être ouverte "pour que ceux qui se sentent dans une situation d'urgence puissent s'exprimer" et être aidés par des professionnels de l'écoute psychologique.

Commenter cet article

  • Francis : C'est vrai ,Pascal ,seulement ,il n'y a pas que dans les grosses boites publiques que ce système est en marche .Dans la moindre petite boite,c'est pareil.Le monde du travail a changé ,mais surtout pas en bien .Maintenant ,je me suis juré ,après avoir subi cela ,que le premier qui ne me respectera pas ,prendra le premier objet à portée de main dans la gueule ! Il ne faut plus laisser faire çà ! J'en suis malade à en crever ,je cauchemarde toutes les nuits ,mes muscles sont tellement tendus que je fais tendinites sur tendinites ,je ne dors plus ,je rumine en permanence ,j'ai envie de faire couler du sang (peut'étre le mien) ,de répandre des insultes à ces salauds afin que leurs batards aient honte d'eux jusqu'après leur départ ! Y'en a marre ! Je suis dans une boite privée ,surtout privée de tout ce qui est humain.Excusez-moi ,mais çà fait du bien de pouvoir s'exprimer vraiment ,parce que çà aussi ,on nous l'interdit . Alors ,quand on lit les commentaires insensés de certains,çà monte encore plus.

    Le 17/10/2009 à 21h29
  • Nico : Privatisation= régression !

    Le 17/10/2009 à 13h43
  • Michel : Les médias montent la mayonnaise sur ce sujet qui est bien sûr très grave, mais qui n'ait en aucun cas isolé à cette corporation. Nous n'entendons pas parler de tous les suicides des autres secteurs d'activités , police , agents hospitaliers et dans tous les entreprises privées ou les salariés se retrouvent sans emplois du jour au lendemain . Je ne pense pas que france télécom soit le seul a subir délocalisation, cadence infernal, condition de travail inhumaine, beaucoup d'ouvriers oeuvrent dans des conditions d'hygiène et de sécurité déplorable. Si des aménagements sont à faire pour les agents de Francetélécom , li faut agir pour tous les salariés quelque soit leur fonction ou leur secteur d'activité.. Michel Rouen

    Le 17/10/2009 à 09h42
  • Pascal : A Violetta, Tlse, va bosser a France Télécom, EDF/GDF, SNCF, bref dans les grandes entreprises et vous comprendrez mieux que passer le tiers de sa vie a être dénigré, rabaissé, méprisé, culpabilisé, tous les jours et encore tous les jours, un véritable lavage de cerveau par son chéfaillon contribue à un mal être, une souffrance terrible qui malheureusement se termine parfois par un suicide

    Le 17/10/2009 à 09h27
  • KOREAMATH : Oui, dans la fonction publique, ce n'est pas toujours facile non plus. Il y a des chefs qui savent tout......et qui ne se trompent jamais, et puis le stress arrive! La mauvaise ambiance au travail, c'est général. C'est partout.

    Le 17/10/2009 à 08h50
      Nous suivre :
      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      Mort de Margerie : les images de jour de la carcasse du jet privé

      logAudience