En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Info TF1 News : General Motors renonce à ses nouvelles exigences

Edité par
le 21 juillet 2010 à 12h06
Temps de lecture
3min
General Motors

General Motors / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SocialAprès d'ultimes négociations mercredi matin, la direction de l'entreprise a finalement renoncé à ajouter de nouvelles exigences au plan voté mardi par les salariés de Strasbourg.

Les salariés de General Motors ont bien voté à une large majorité le plan de reprise de l'usine de Strasbourg mais les syndicats refusaient encore, mercredi matin, de signer l'accord avec la direction. C'est lors d'une ultime réunion que la situation se serait finalement débloquée, la direction cédant devant la colère des syndicats, en tout cas selon leurs dires. " Ce matin à 10 heures,  lors de la réunion avec les délégués syndicaux, la direction a accepté a 100% nos revendications. Elle a enlevé toutes les non-conformités qui ont pu être relevés", rapporte Jean-Marc Ruhland,  délégué CFDT à Strasbourg.

Le constructeur avait en effet présenté mardi un plan exigeant de nouvelles concessions notamment un projet d'annualisation du temps de travail des employés, ce qui aurait pu conduire à des baisses d'heures supplémentaires et à de nouvelles conditions pour le travail du dimanche. Des  concessions dont il n'était pas question dans le vote des salariés, selon les syndicats. " Nous leur avons dit de revoir leur copie. Il n'etait pas question de signer un tel accord", poursuit le délégué CFDT.

Le syndicat va-t-il finalement signer l'accord ? Jean-Marc Ruhland reste prudent : "Avant la signature, nous avons eu une réunion avec nos juristes pour essayer de lire entre les lignes de l'accord, afin de s'assurer qu'il n'y a pas d'autres points de non-conformités".

GM dément

Dans un communiqué, la direction de GM Strasbourg "dément formellement" avoir modifié le projet de nouveaux accords collectifs accompagnant la proposition d'achat par General Motors. "L'annualisation était parfaitement connue des représentants du personnel et des salariés puisqu'elle était en discussion depuis plusieurs semaines. C'est l'une des mesures négociées qui ont permis de renoncer à d'autres qui pouvaient engendrer une baisse de revenus (...)", affirme la direction.  Jean-Marc Ruhland rétorque que" le referendum évoquait  bien les annualisations mais elles ne concernaient que les RTT.  Il n'a jamais été question du temps de travail ni du repos dominical dans les discussions".

 

 

 

 

 

La CGT qui avait appelé à voter "non", continuait mercredi à affirmer qu'elle ne signera pas le document alors que le repreneur a souhaité l'aval des quatre syndicats. Jeudi, le comité d'entreprise donnera son avis et la signature pourrait avoir lieu comme prévue vendredi, d'autant qu'après le recul de la direction de GM sur ses nouvelles exigences, " nos juristes ne  relèvent plus  aucune contradiction majeure", affirme la CFDT.  Après quoi la maison-mère de Detroit devrait rapidement décider de la suite à donner.

 

Commenter cet article

  • capucin2010 : Je travaille dans cette usine. Je fais partie des 70 % à avoir voté pour intégrer GM Company, car pour nous c'était la seule solution pour garder le site de production ouvert et conserver nos job. Et aujourd'hui comme beaucoup de mes collègues je regrette amèrement mon vote. Faut dire que les 3 syndicats organisateurs du référenducm nous demandait de voter POUR ou CONTRE être acheté par GM Company ; ils ne nous ont présenté aucun document avec de quelconques engagements de GM en échange de nos sacrifices (gel de nos salaires, renonciation aux accords d'intéressement pendant 3 ans, etc, etc..) Quand j'y pense, c'était absurde d'être aller voter (il n'y a eu que 16 votes nuls !) ! La CGT est hostile depuis le début à toute perte d'avantages acquis, mais ça elle le fait dans toutes les entreprises en difficultés. Les 3 autres syndicats n'étaient pas du tout conscients des enjeux et de la partie de bras de fer à laquelle ils doivent faire face maintenant. En particulier, la CFDT s'est laissé amadouer par la direction (en échange de quoi pour ses élus ? ?). L'attitude (arrogance?) de la direction est inadmissible depuis le résultat du référendum : elle agit comme si elle n'avait jamais eu de réunions de concertation avec le CE + syndicats et ignore tous des points sur lesquels les partenaires sociaux étaient déjà d'accord, veut en modifier certains et vient d'essayer de glisser suprepticement dans l'accord cadre l'annualisation du temps de travail. A l'origine, il nous était demandé une économie de 10 % sur les coûts salariaux, ce qui était atteint avec notre accord de travailler 15mn de + par jour et de renoncer à des RTT. De toute évidence, la direction veut arriver à obtenir de nous + que 10 % de gains sur la masse salariale. Où s'arrêtera-t-elle maintenant ? Nous sommes écoeurés de découvrir le vrai visage de la direction qui ne cherche qu'à se faire mousser auprès de GM aux USA en montrant à quels sacrifices elle a réussi à pousser les salariés pour continuer à travailler pour la grande GM, ex-GRAND MAITRE DU MONDE AUTOMOBILE... Je suis d'accord avec les blogueurs qui écrivent que nos jours sont comptés. Pour nous ici la fermeture de l'usine ce sera courant 2012 (car on a des contrats de fourniture de boites de vitesses avec BMW, entre autres jusqu'à cette date), au plus tard fin 2013 (mais là on est optimiste). Bien entendu pendant cette période, il y aura des plans sociaux successifs pour réduire progressivement le nombre des salariés, vu que les volumes de production vont baisser. Et on peut même imaginer que notre client annule son contrat pour se fournir ailleurs moins cher. Bonjour les Conti, Goodyear, Hewlett-Packard et autres qui vous êtes battus avant nous, on vous a quasi rejoint dans le club des victimes de la mondialisation !

    Le 22/07/2010 à 00h11
  • william95260 : C'est fou ce que les salariés français ont la mémoire courte, d'autres entreprises ont aussi négocié des suppressions de RTT ainsi que le gel d'augmentations sur plusieurs années et cela bien avant la crise de 2008... quelques années plus tard il ne restait plus rien de ces entreprises qui en on profité pour délocaliser, certains salariés de ces entreprises sont encore des chômeurs de très longue durée, pourquoi GM agirait autrement ? rendez vous dans deux ou trois ans....

    Le 21/07/2010 à 22h32
  • softcalin : Bien vu

    Le 21/07/2010 à 21h27
  • yannickatl : Augmenter sa rentabilite... ou reduire les pertes. Avec la crise, tout coute plus cher. Le transport de leur matieres premieres, electricite, baisse du taux de l'euro...

    Le 21/07/2010 à 18h39
  • aphrael250 : Et si la direction en contrepartie signait une attestation de non déloc

    Le 21/07/2010 à 17h01
      Nous suivre :
      Obama distribue les bonbons pour Halloween

      Obama distribue les bonbons pour Halloween

      logAudience