En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Conférence sociale : qu'en ont pensé les partenaires sociaux ?


le 10 juillet 2012 à 18h15 , mis à jour le 10 juillet 2012 à 19h24.
Temps de lecture
4min
François Hollande à l'ouverture des débats de la conférence sociale, 9/7/12

François Hollande à l'ouverture des débats de la conférence sociale, 9/7/12 / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
Social"Plutôt satisfaits", les syndicats saluent la méthode de travail du gouvernement. Mais ils sont conscients de ne pas être d'accord sur tout, et s'attendent à des tensions.

La présidente du Medef, Laurence Parisot : "La méthode initiée par le président de la République, de concertation, d'échange, de respect à l'égard des partenaires sociaux est une bonne méthode et nous saluons le processus qui s'est déroulé pendant ces deux journées", a-t-elle déclaré à la presse. Toutefois, "nous avons un certain nombre de perplexités, quelques éléments de satisfaction, et un point de divergence", a-t-elle relevé. "Nous sommes étonnés de constater que la feuille de route présentée par le Premier ministre (Jean-Marc Ayrault) ne tient pas compte du tout de ces réalités économiques que vivent les entreprises et singulièrement les petites et les moyennes entreprises", a poursuivi Laurence Parisot. "Ce premier point est pour nous un problème et une déception", a-t-elle souligné. Par ailleurs, "quand le Premier ministre présente une orientation de négociation sur le marché du travail en affichant uniquement des approches qui sont pour l'essentiel des rigidités nouvelles (...) nous sommes gênés et nous sommes surtout étonnés", a noté la représentante du patronat. "C'est cette déception qui explique le fait que nous avons tardé à sortir de l'hémicycle, nous avons discuté entre nous, et d'emblée aussi nous avons discuté avec le ministre (du Travail) Michel Sapin", a expliqué Mme Parisot qui s'est longuement entretenue avec M. Sapin avant de venir au devant des journalistes. "Ne parlez pas de clash", a-t-elle toutefois prévenu, ajoutant vouloir "continuer à discuter".

Jean-Claude Mailly, secrétaire général de FO : "Il y a un gros travail qui nous attend mais le dialogue social est apaisé donc on est plutôt satisfait ce soir. On a le sentiment que le discours du Premier ministre n'était pas prêt il y a deux jours mais a été préparé compte tenu des débats dans les conférences et ça c'est un élément intéressant. On ne sera pas d'accord sur tout mais il y a des éléments positifs. J'obtiens la création d'un commissariat au dialogue social et à la prospective, c'est un élément important. Il y aura des tensions sur les sujets à venir (...) je pense à la fonction publique, aux retraites, au financement de la protection sociale".

François Chérèque, secrétaire général de la CFDT : "Je crois que la démarche telle qu'initiée correspond à ce qu'on attendait. Le résultat n'est pas obligatoirement satisfaisant sur tous les sujets. Cependant l'essentiel y est, c'est-à-dire des éléments soumis à la concertation sur l'emploi. Je pense en particulier aux emplois d'avenir, au chômage partiel mais aussi au problème de la compétitivité des entreprises et à une réflexion sur l'évolution de notre système de retraite". Inévitablement il y a des déceptions, autour de la fonction publique et des services publics. On sait très bien que les moyens sont limités dans ce domaine là. C'est un agenda chargé, on se demande même s'il faut prendre des vacances".

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT : "On est sur un cap nouveau, une démarche tout à fait différente. Le fait que la place du dialogue social, des interlocuteurs sociaux soit confirmée, montre un volontarisme politique à l'égard des organisations de salariés sans comparaison avec ce que nous avons vécu ces cinq dernières années. Il y a de nouveaux points d'appui pour se faire entendre sur toute une série de sujets. Plusieurs des rendez-vous cités dans l'agenda du Premier ministre reprennent des demandes précises que nous avons formulées. Je pense au bilan sur les aides publiques des entreprises, à la convocation de la commission pour agir contre le travail illégal". "Le loupé à ce stade, c'est qu'il n'y a aucune disposition pour faire face à l'urgence, aux plans de restructuration et aux fermetures de sites. Je regrette qu'il n'y ait pas de mesures rapides à ce propos".

Jean Lardin, président de l'Union professionnelle artisanale (UPA) : "Le Premier ministre renforce l'idée d'une concertation préalable aux réformes. Un bilan sera fait sur la représentativité syndicale et tout le monde attend que dans le camp patronal, on se mette d'accord sur la méthode pour mesurer la représentativité. Inutile de dire que pour l'UPA, la règle sera une entreprise, une voix".

Jean-François Roubaud, président de la CGPME : "La feuille de route adressée par le Premier ministre est un point de départ pour l'ensemble des chantiers. Ont été mises en exergue les difficultés économiques de notre pays. Des commissions vont travailler en urgence pour les dossiers les plus pressés".

Commenter cet article

  • gruikui : Allez au boulot ! Non sérieusement lorsque je vois ça je me rends compte qu'il y a des gens à 20000lieus des réalités. Les gens qui bossent 35h je n'en connais pas beaucoup c'est plutot du 9h/19h/jours. Mais bon c'est vrai qu'il faut se mettre sérieusement à bosser comme els Chinois avec du 6h30/20h30 là on sera plus compétitifs...

    Le 11/07/2012 à 13h23
  • dejavieux : Partenaires sociaux ? Des partenaires ont des objectifs communs, ils tirent le char dans la même direction. Ce sont au contraire des adversaires et ''sociaux'' n'est pas mieux approprié. Adversaires anti-sociaux?

    Le 11/07/2012 à 12h53
  • mcg35 : On se concerte ... On consulte ... On va discuter ... On va dialoguer ... On va réfléchir ... On va créer des commissions ... On fera le bilan fin 2013 ... Euh ... Il y a une situation qui demande d'agir vite??? ... Non non ... Tout va bien!!! Nous sommes dans la Béatitude PS!!!

    Le 11/07/2012 à 10h49
  • thony741 : Une belle réunion de famille, A bob 240 : Les syndicats n'ont aucune utilité de nos jours, c'est un frein à toutes les réformes et surtout un frein au travail. Prenez la Suisse, les syndicats sont inexistants et l'industrie se porte très bien (sauf le secteur bancaire vu la conjoncture économique mondiale). Les syndicats devraient plutot être là pour expliquer aux ouvriers qu'il faut que la France se remette au travail!

    Le 11/07/2012 à 10h35
  • buzzy2507 : Comme dans n'importe quel type d'élection, les délégués du personnels élus par les travailleurs ayant voté conditionnent la représentativité des syndicats des travailleurs et tant pis s'il y a eu une forte abstention.Les travailleurs doivent être représentés. Estimez-vous heureux que les travailleurs soient représentés (si vous n'êtes pas patron). Dans d'autres pays, ils sont harcelés, réprimés, torturés, voire tués.

    Le 11/07/2012 à 10h03
      Nous suivre :
      Johnny Hallyday complètement gelé par l'Ice Bucket Challenge !

      Johnny Hallyday complètement gelé par l'Ice Bucket Challenge !

      logAudience