ARCHIVES

Doit-on craindre une hausse du chômage après le 6 mai ?

par
le 26 avril 2012 à 05h45 , mis à jour le 26 avril 2012 à 11h59.
Temps de lecture
4min
Une agence Pôle Emploi

Une agence Pôle Emploi / Crédits : AFP

À lire aussi
SocialPlusieurs restructurations sont attendues en France après les élections présidentielle et législatives. Mais les licenciements économiques ne représentent que 3% des entrées au chômage.

"La crise financière est derrière nous, déclarait Nicolas Sarkozy au Grand Journal de Canal +, le 10 avril, il reste à gérer les conséquences d'une crise économique". Et les conséquences pourraient concerner l'emploi, plombé par la faible croissance qui s'installe en Europe et en France. Un premier aperçu pourrait en être donné jeudi à 18h, avec les chiffres du chômage pour le mois de mars.

Car de nombreux secteurs doivent faire face à des difficultés aujourd'hui. Néo Sécurité et ses 5.000 emplois en danger, est le dernier en date. Il s'ajoute aux 6.000 postes que PSA veut supprimer en Europe et essentiellement en France, à 880 autres emplois à la Société Générale, et à peut-être 5.000 à 10.000 emplois dans les télécoms selon différents analystes, secteur où les opérateurs historiques ont été mis sous pression par Free Mobile.

"Eviter les plans sociaux"

Cela empirera-t-il après l'élection ? En février, Challenges affirmait que les patrons de la Fnac et d'Areva, également en difficultés financières, avaient reçu des instructions pour ne pas durcir leurs plans de licenciements. "Le cabinet du ministre du Travail, Xavier Bertrand fait le forcing auprès des patrons pour éviter les plans sociaux" écrit l'hebdomadaire sur son site Internet. Ce qui expliquerait pourquoi PSA et Renault attendent mai pour faire des annonces.

Le même jour, le leader de la CFDT, François Chérèque, confirmait ces craintes sur Public Sénat : "je rencontre régulièrement des chefs d'entreprise et des DRH. Ils me disent, certains, que toutes les semaines, le ministère du travail leur téléphone pour leur demander leur intention vis-à-vis de l'emploi, et leur dire que s'ils avaient des intentions de licencier, qu'ils les reportent à plus tard". Le ministre du Travail, Xavier Bertrand, avait démenti le lendemain sur Europe 1.

En janvier, le journal les Echos indiquait également que le ministère du travail cherchait à doper les contrats aidés au premier semestre. "L'outil a l'avantage d'avoir un impact immédiat sur les statistiques du chômage", écrivait le quotidien économique.

Sans croissance, pas d'améliorations

"Il ne faut pas sur-dimensionner les licenciements économiques. Ils représentent 3% des entrées au chômage", tempère Eric Heyer, économiste à l'OFCE. Ils ont même tendance à diminuer au profit des ruptures conventionnelles. "Et je ne vois pas quel est l'intérêt des entreprises de faire un cadeau au gouvernement et de licencier plus tard. Si elles ont de vraies raisons économiques, elles ne vont pas attendre trois mois". Mercredi matin, le candidat socialiste à la présidentielle, François Hollande, a tout de même déclaré qu'il ne laisserait "pas faire ce cortège de plans sociaux qui aurait été différé et il y aura des responsabilités à prendre au sommet des entreprises", s'il était élu.

"Il ne faut pas attendre une grosse vaguede nouveaux chômeurs au lendemain des élections, estime Eric Heyer, le chômage va augmenter, c'est une quasi-certitude, mais parce qu'il n'y a pas de croissance économique". D'autant plus que les prévisions de croissance des deux candidats qualifiés pour le second tour sont beaucoup plus optimistes que celles du FMI. Selon les prévisions de l'OFCE, la barre des 10% de chômeurs ne devrait pas être atteinte avant le quatrième trimestre - il est de 9,4% aujourd'hui. Fin février, 2,868 millions de chômeurs étaient inscrits à Pôle emploi.

Commenter cet article

  • lucidite : Lex05 ; L'Allemagne ça vous dit quelque chose ? Vous savez, ce pays qui est mieux sortie que tous les autres de la crise, qui a réélu leur chancelière en 2009, qui soutient Sarkozy et qui refuse de parler avec Hollande ?

    Le 26/04/2012 à 20h37
  • alcyon01 : Vous êtes allé voir Mélanchon ou Mélenchon J'ai des doutes de vous voir supporter.

    Le 26/04/2012 à 20h04
  • alcyon01 : J'ai du mal à vous comprendre. C'est donc Hollande le Président. Je n'ai pas encore voté et le résultat est le 6 mai à 20h Y-a-t-il déjà des "fuites".

    Le 26/04/2012 à 20h01
  • dom145 : Bien-sûr, comme sarko a demandé de bloquer des plans de licenciements à gogo !!! Sarko a toujours triché, et il trichera jusqu'au 6 mai !!!

    Le 26/04/2012 à 17h46
  • sabyne001 : Touit à fait d'accord!!

    Le 26/04/2012 à 17h33
      Nous suivre :

      Entre Morano et Philippot, ça clashe, ça clashe...

      logAudience