En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Doux : le pôle frais liquidé, 1.800 emplois menacés


le 01 août 2012 à 16h35 , mis à jour le 01 août 2012 à 17h28.
Temps de lecture
3min
Les salariés de Doux manifestent leur inquiétude, le 27 juillet 2012.

Les salariés de Doux manifestent leur inquiétude, le 27 juillet 2012. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SocialLe tribunal de commerce de Quimper a décidé mercredi la liquidation du pôle frais du groupe volailler. Pour les autres sociétés du groupe, le tribunal rendra sa décision en octobre.

Le verdict est donc tombé pour les employés rattachés au pôle frais de Doux. Les 1.800 emplois du pôle se retrouvent menacés après la mise en liquidation décidée par le tribunal de commerce de Quimper. Des offres de reprises peuvent être déposées jusqu'au 10 août. Le tribunal a également décidé de maintenir la période d'observation jusqu'au 9 octobre pour les autres sociétés du groupe. 

Cette décision semble favorable au plan de continuation présenté par le PDG Charles Doux, qui avait émis ces demandes. Son offre de reprise propose un plan de continuation avant la présentation d'un plan global de relance du groupe. Dans le cadre de ce plan de continuation, la banque britannique Barclays deviendrait majoritaire dans le capital du groupe, jusqu'à présent détenu à 80% par la famille Doux, l'autre actionnaire, BNP Paribas, détenant 20%. Pour Barclays, il s'agit par ce biais de récupérer une créance de 140 millions d'euros.

Une dette de 430 millions d'euros

L'avocat du groupe s'est d'ailleurs réjouit de la décision du tribunal. "Nous avons sollicité et obtenu le maintien de la période d'observation (...) C'est l'étape nécessaire pour nous permettre d'élaborer" le plan de continuation, a déclaré Me Gourvès à l'AFP. "Malheureusement, nous n'avons pas de solution pour Doux frais (...) Le tribunal de commerce a converti le redressement judiciaire de Doux frais en liquidation judiciaire avec poursuite de l'activité pendant un mois", a-t-il dit. "Nous espérons des candidats repreneurs pour ce pôle frais" d'ici le 10 août, le délai accordé par le tribunal de commerce pour de nouvelles offres sur ce segment du groupe Doux, a ajouté Me Gourvès.

Sur la quinzaine d'offres de reprise déposées, la seconde option principale émanait du consortium Sofiprotéol, l'établissement financier de la filière huiles et protéines végétales, qui regroupe des acteurs français du secteur volailler.

Premier bénéficiaire français des subventions européennes aux exportations (restitutions), le groupe Doux, propriétaire du célèbre Père Dodu, ploie sous une dette estimée à 430 millions d'euros et a été placé en redressement judiciaire début juin. Avec les CDD, plus de 4.000 personnes sont employées chez Doux qui fait travailler quelque 800 éleveurs. Deux mille personnes sont employées par des sociétés de transport travaillant pour le groupe, sans compter les nombreux emplois chez les fournisseurs et la sous-traitance.

Commenter cet article

  • disondonc : Les socialistes sont la le chomage aussi mais que fait le Ministre de QUOI question ???

    Le 02/08/2012 à 09h07
  • cyntiaww : Et oui! tout le monde à voulu Hollande par ce qu'il était mieux que Sarkozy et ils ont voulu du changement! il l'ont le changement mai du mauvais coter!!!!!!!! mai moi j'en vois pas!!!!!!!!!!!!

    Le 02/08/2012 à 08h49
  • bill_boquet : En vacances ...

    Le 02/08/2012 à 07h30
  • disondonc : Montebourg le magicien que fait il les salariés doivent se bagarrer seuls

    Le 01/08/2012 à 18h24
  • louanna75 : Le redresseur est en vacances? le chomage ne se contente pas d'augmenter il accélère : cet une vrai avalanche: pour du changement , c'est du changement du style catastrophe

    Le 01/08/2012 à 18h08
      Nous suivre :
      Un singe sauve un autre singe

      Un singe sauve un autre singe

      logAudience