En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Doux : les éleveurs désormais payés comptant, l'activité se poursuit


le 04 juin 2012 à 18h19 , mis à jour le 04 juin 2012 à 18h20.
Temps de lecture
3min
Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012.

Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012. / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
SocialCes décisions ont été prises lundi lors d'une réunion à Rennes. Elles ont été accueillies avec un certain soulagement par les représentants agricoles.

Les éleveurs fournissant le groupe volailler Doux, en redressement judiciaire, seront payés comptant pour leurs prochaines livraisons, afin que l'activité du groupe puisse se poursuivre au moins à court terme, a-t-il été décidé lors d'une réunion à Rennes. "Les paiements de tous les fournisseurs seront assurés à partir d'aujourd'hui par l'administrateur judiciaire", a déclaré à la presse Michel Morin, vice-président de la région Bretagne en charge de l'agriculture. "C'est une garantie qui n'est pas négligeable, parce qu'elle permet de poursuivre l'activité. Les outils de production doivent pouvoir continuer à fonctionner", a ajouté ce porte-parole à l'issue d'une réunion qui a rassemblé une cinquantaine de professionnels impliqués dans le dossier à la préfecture de région Bretagne.
 
Ces paiements ne concerneront cependant pas, à ce stade, les arriérés dus aux quelque 800 éleveurs français sous contrat avec le leader européen de la volaille. Ceux-ci subissent des retards de 60 à 80 jours en moyenne, et jusqu'à 115 jours dans certains cas. A plus long terme, et alors que la période d'observation accordée au groupe est de six mois, "il faut permettre un nouveau départ pour l'aviculture française", en trouvant pour Doux, "en France ou à l'étranger, une participation ou une reprise de l'outil de travail", a ajouté M. Morin. "Les ministres de l'Agriculture et du Redressement productif suivent de très près la situation et souhaitent pouvoir garantir la pérennité de l'entreprise", a déclaré de son côté Georges-Pierre Malpel, leur représentant. "Cette filière, même si elle a quelques difficultés, a de l'avenir", a-t-il ajouté.
 
Ces annonces ont été accueillies avec un certain soulagement par les représentants agricoles. "Il est rassurant pour les éleveurs de pouvoir se dire qu'il vont pouvoir continuer à fournir. Maintenant, la question est de savoir ce qu'on fait pour pérenniser cette filière", a dit Pierre Lec'hvien, président de la coordination rurale des Côtes d'Armor. "Nous sommes rassurés pour les jours à venir, maintenant il va falloir gérer les arriérés", a affirmé pour sa part Pierre-Yves Lozahic, un éleveur du même département. "Pour l'instant, j'ai confiance et j'ai rempli mon poulailler", a-t-il ajouté. Jean Cabaret, porte-parole de la Confédération paysanne de Bretagne, a estimé que Doux avait un "devoir de transparence" pour avoir perçu "des centaines de millions d'euros de l'Europe". "Le contribuable, les salariés, les producteurs que nous sommes avons droit à la transparence", a-t-il déclaré. Le groupe familial Doux, handicapé par une dette estimée à plus de 430 millions d'euros, a été placé vendredi en redressement judiciaire, à sa demande. Il emploie 3.400 personnes en France, en plus de ses fournisseurs.
a

Commenter cet article

  • francisk1 : Informez-vous,lisez et attendez plutôt que de tout contester. Les fossoyeurs seront les payeurs de toutes façons.

    Le 09/06/2012 à 16h26
  • giorgio.fismodi : Sophie70000 où voyez vous que c'est règlé? Les prochains achats seront payés comptant mais jusqu'à quand? Il faudra aussi s'occuper entre autres des salaires et des prélèvements fiscaux ,à moins que l'état n'en fasse cadeau ....

    Le 05/06/2012 à 10h14
  • sophie70000 : Très bien. Dossier suivant : sauver PSA.

    Le 05/06/2012 à 08h50
      Nous suivre :
      Une marée de morses échoués en Alaska

      Une marée de morses échoués en Alaska

      logAudience