En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES
DOSSIER : Dossier Education

Emplois d'avenir: 6.000 seraient affectés au pré-recrutement des futurs enseignants


le 27 juillet 2012 à 19h57 , mis à jour le 27 juillet 2012 à 20h02.
Temps de lecture
3min
Une salle de classe.

Une salle de classe. / Crédits : Comstock Images / Getty images

A lire aussi
SocialEnviron 6.000 emplois d'avenir devraient être affectés au pré-recrutement des étudiants souhaitant devenir enseignants, sur les 150.000 prévus par le gouvernement d'ici à 2014, a-t-on appris vendredi de source gouvernementale.

Le gouvernement souhaite, avec les "emplois d'avenir", offrir un "tremplin" vers l'emploi à 150.000 jeunes peu qualifiés des quartiers, avec l'objectif de favoriser leur insertion durable. Une consultation des partenaires sociaux sur ces emplois subventionnés à 75% par l'Etat doit démarrer en août, en vue d'une présentation d'un projet de loi à l'Assemblée nationale début octobre.

Mais le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon souhaite qu'une partie - environ 30.000 - soit affectée au pré-recrutement des futurs enseignants. Finalement, "il devrait y avoir un sous-dispositif éducation au sein des emplois d'avenir, qui conserveront néanmoins leur mission de s'adresser en particulier aux non-diplômés et aux quartiers défavorisés", a-t-on indiqué de source gouvernementale.

Promesse de Hollande

"Dans l'éducation, il devrait s'agir de pré-recrutements et ce devrait être autour de 6.000 postes", a-t-on précisé. Les arbitrages seront rendus en fin de semaine prochaine. Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Education nationale n'a pas souhaité réagir.

François Hollande s'était déclaré favorable, pendant la campagne présidentielle, à un "pré-recrutement" des étudiants souhaitant s'engager dans l'Education nationale au niveau de la licence (bac+3), pour restaurer l'attractivité du métier.

Ils seraient aidés financièrement en échange d'un temps de travail en établissement. Depuis la réforme de la formation des enseignants, instaurée en 2010, le recrutement se fait au niveau master (bac+5) et les jeunes issus de milieux défavorisés n'ont pas toujours les moyens de mener des études universitaires longues.

Commenter cet article

  • zen1494 : 6000 ou 30000 jeunes recrutés dans l'enseignement ? Cela reste flou : F. Hollande parle de jeunes de niveau bac +3 et V. Peillon parle de jeunes sans diplôme, il faudrait se mettre d'accord. L'enseignement a besoin de jeunes enseignants motivés et pédagogues et non de devenir un refuge pour ceux qui ne trouvent rien d'autre.

    Le 31/07/2012 à 09h41
  • tobian : 30000 jeunes non qualifiés futurs enseignants? Ils vont devoir apprendre à lire?

    Le 29/07/2012 à 15h05
  • vinebaut : Eh oui l'avenir est devant nous, mais si on se retourne ...

    Le 29/07/2012 à 14h39
  • claudcouledouce : Le but n'est pas de les faire se lever pour travailler puisque ce n'est pas en les embauchant que l'on va créer de l'activité (bien au contraire puisque l'on puise dans les capitaux de l'économie réelle pour les financer). Mais au moins, ils se lèveront pour aller chercher leur salaire et le jour de la paye ça mettra un peu d'animation.

    Le 28/07/2012 à 22h57
  • cousinhub67 : 150000 emplois réservés aux jeunes sans qualification. ça va être dur de les faire se lever le matin ! Vas y , comme ils sont naïfs à gauche !

    Le 28/07/2012 à 20h27
      Nous suivre :
      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      Quand un ourson brun erre dans les rayons d'un magasin

      logAudience