En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Fin de conflit social chez Brittany Ferries


le 01 octobre 2012 à 07h16 , mis à jour le 01 octobre 2012 à 07h35.
Temps de lecture
3min
Navire de la Brittany Ferries à quai (archives)

Navire de la Brittany Ferries à quai (archives) / Crédits : TF1/LCI

À lire aussi
SocialLes syndicats de la compagnie, après consultation des salariés, ont accepté de signer dans la nuit de dimanche à lundi l'accord proposé par la direction, mettant fin au conflit. La direction, qui avait bloqué les navires, devrait donner dans la journée l'ordre de la reprise des traversées.

C'est aux premières heures de lundi, vers les 3 heures du matin, que les syndicats ont signé le protocole d'accord proposé par la direction de la Brittany Ferries. Consulté dimanche par téléphone sur ce compromis censé mettre fin à un conflit social qui immobilisait les navires depuis une dizaine de jours,  le personnel embarqué (soit près de 1300 salariés, exception faite des officiers) l'avait déjà approuvé à 58,68%. Le dépouillement s'est terminé tard dans la nuit ; vers 2h30, les syndicats ont apporté les résultats à la direction et ont signé dans la foulée le protocole d'accord. Désormais,  la direction devrait donner dans la journée l'ordre aux navires de reprendre la mer.

Mercredi dernier pourtant, les syndicats CGT et CFDT avaient refusé de signer ce texte, dénonçant un "ultimatum" ne permettant pas de consulter le personnel, et un "lock-out" : la direction de la Brittany Ferries a immobilisé ses huit navires le 21 septembre, alors que les salariés grévistes, qui ont perturbé le trafic pendant 24 heures jusqu'à immobiliser plusieurs ferries, avaient voté la reprise du travail. Les navigants en grève protestaient contre un plan de retour à la compétitivité annoncé en juin par la compagnie maritime confrontée à des difficultés financières et à une perte de 70 millions d'euros. Selon les deux syndicats, "le seul point de blocage de ce conflit concerne les conditions et les rythmes de travail du personnel embarqué". Vendredi la direction avait refusé de participer à une table ronde organisée au ministère des Transports à Paris.

La Brittany Ferries veut tailler dans les coûts salariaux

La Brittany Ferries, dont le siège se trouve à Roscoff, dans le Finistère, dessert la Grande-Bretagne, l'Irlande et l'Espagne. Elle bat pavillon français et emploie 2500 salariés. Détenue majoritairement par la coopérative agricole Sica de Saint-Pol-de-Léon, elle a annoncé en juin la suppression de plusieurs traversées et un plan de retour à la compétitivité, avec réduction des coûts salariaux et suppressions de plusieurs avantages.

La compagnie a été fondée en 1972 sous le nom de "BAI" (Bretagne Angleterre Irlande) avant de s'imposer 40 ans plus tard parmi les plus importantes compagnies maritimes de transport de passagers. Quelque 2,55 millions de personnes - dont 85% de Britanniques - ont ainsi emprunté en 2010-2011 l'un des huit navires de la compagnie qui dessert le sud de l'Angleterre (Plymouth, Poole, Portsmouth), l'Irlande (Cork), l'Espagne (Bilbao, Santander) et la France (Roscoff, Saint-Malo, Caen, Cherbourg). La compagnie revendique également le transport de quelque 200.000 véhicules industriels et de 800.000 véhicules de tourisme par an.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      Sarkozy, le retour ? Mais il n'est jamais vraiment parti... 2 minutes 30 pour vous le prouver

      logAudience