En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Déficits, impôts...le gouvernement s'est réuni pour le budget 2013


le 25 juin 2012 à 08h41 , mis à jour le 25 juin 2012 à 18h31.
Temps de lecture
4min
François Hollande et Jean-Marc Ayrault, le 15 mai 2012.

François Hollande et Jean-Marc Ayrault, le 15 mai 2012. / Crédits : AFP

À lire aussi
SocialLe gouvernement s'est réuni lundi au grand complet pour préparer le projet de budget de l'an prochain et tracer les orientations pour 2013-2015. Un séminaire, sous fond de crise économique et à l'heure des choix douloureux à faire pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault.

Economies à trouver, dépenses publiques à réduire, hausse du Smic... L'heure des choix a sonné pour le gouvernement. Un mois après l'élection présidentielle, le gouvernement au grand complet s'est réuni lundi pour préparer le budget de l'année prochaine et définir les orientations  pour 2013-2015. Un débat d'orientation budgétaire est prévu début juillet au Parlement suivi d'un projet de loi de finances pluriannuel en septembre qui aboutira à une loi de programmation des finances publiques dans le courant de l'automne.
 
"Aujourd'hui les hypothèses de travail sont sur la table sans qu'aucun arbitrage n'ait été rendu", a affirmé vendredi la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem. "Dans ce cadre, nous veillerons à respecter les règles de responsabilité budgétaire avec l'objectif que nous nous sommes toujours fixé (...) de retour à l'équilibre des comptes à l'horizon 2017", a rappelé Mme Vallaud-Belkacem. Jean-Marc Ayrault avait envoyé début juin aux membres du gouvernement des lettres détaillant la méthode de préparation du prochain budget pluriannuel et du projet de loi de finances pour 2013, ainsi que les objectifs de déficit de 3% en 2013 et d'équilibre en 2017.

Dans un premier temps le déficit doit être ramené à 4,5% du produit intérieur brut (PIB) à la fin de cette année, contre 5,2% fin 2011. Le nouveau gouvernement a confirmé être en quête de dix milliards d'euros pour y parvenir. Un collectif budgétaire attendu début juillet doit permettre de générer cette somme dès cette année. Il annulera d'abord plusieurs réformes phares de Nicolas Sarkozy et présentera des mesures nouvelles, telles qu'une taxe de 3% sur les dividendes distribués aux actionnaires.

Réduction des effectifs dans la fonction publique
 
Concernant 2013-2015, l'Hôtel Matignon avait indiqué début juin que le Premier ministre souhaitait entendre les propositions des ministres avant de fixer le cadrage pour l'élaboration du budget pluriannuel et du budget 2013. La marge de manoeuvre sera étroite, d'autant que Bercy pourrait réviser à la baisse sa prévision de croissance de 1,7% pour l'an prochain, jugée intenable, et donc compter sur des recettes fiscales réduites.
 
Si le candidat Hollande a émis un principe général de "maîtrise" de la dépense publique, censée progresser en volume de 1,1% par an en moyenne, il n'a pas étayé la manière d'y parvenir. Or, l'effort est considérable par rapport à son augmentation tendancielle de 2%.  Le débat se focalise pour l'heure sur la fonction publique.  Matignon a démenti des chiffres publiés jeudi par Le Figaro, selon lequel le gouvernement entend baisser de 2,5% par an les effectifs de la fonction publique sauf dans l'Education, la Justice et l' Intérieur. Une baisse pour compenser les recrutements promis dans ces trois secteurs prioritaires. Cela reviendrait à ne pas remplacer deux fonctionnaires partant à la retraite sur trois dans les ministères touchés, tout en stabilisant les effectifs globaux.  La fonction publique d'Etat compte 2,4 millions d'agents sur un total de 5,3 millions de fonctionnaires (fonctions publiques hospitalière et territoriale comprises).

7 à 10 milliards d'euros d'économies nécessaires pour Moscovici

La France aura besoin de sept à dix milliards d'euros d'économies supplémentaires pour atteindre son objectif de déficit budgétaire en 2012, a déclaré lundi le ministre de l'Economie et des Finances Pierre Moscovici.  Interrogé lundi matin sur Itélé, sur une fourchette d'économies supplémentaires desept à dix milliards d'euros nécessaires pour tenir l'objectifd'un déficit représentant 4,5% du produit intérieur brut (PIB) en 2012, Pierre Moscovici a déclaré : "Nous sommes entre les deux j'imagine, mais j'attends de voir les chiffres officiels."


  

Commenter cet article

  • norm8739 : Même chose pour moi... au Canada !!! et pas prêt de revenir !!

    Le 28/06/2012 à 00h43
  • james01133 : J'observe mon pays de l'etranger, je suis desole pour mon beau pays, mais ne regrette absolument pas de l'avoir quitter. En 2001 j'etais liberal et deja surimpose, ne benefiant d'aucunes aides de quelleque sorte que ce soit. J'ai aujourd'hui un confort de vie qu'il me serai impossible d'avoir en France, et, j'en suis desole, mais il y a vraiment trop de choses qui ne fonctionnent plus en France, le pire c'est quand le soir des resultats de la presidentielle, j'ai observe plus de drapeaux etrangers que Francais a la concorde, c'est vraiment triste. La Gauche au pouvoir, prenez vos responsabilites, et l'electorat de Gauche soyez pret a etre decu.

    Le 26/06/2012 à 15h36
  • james01133 : Je suis de l'avis de "bartsimpson74" moi je suis aux USA, c'est pareil, on est payes par rapport a ce que l'on travaille, mais les salaires sont bien, bien, meilleurs, et en rapport des competences que vous apportez a l'entreprise, qui en contre partie me paye au 3/4 mon assurance maladie, equivalent de ce que l'on trouve en France. Pauvre France, mon pays, comme je suis triste pour toi!

    Le 26/06/2012 à 15h24
  • vincentt1 : @SYBEYRA : En effet, je pense que nous ne devons pas avoir le même dico. Vous parlez d'une gauche UNIE ? vous avez oublié les propos des différentes protagonistes les uns sur les autres (ce que bon nombre de PSistes ont déclaré sur Hollande notamment) pendant les primaires socialistes, le piètre spéctacle Falorni/Royal, les déclarations d'Aubry sur Ayrault, les nouveaux ministres désavoués en permanence par le PM.. et j'en passe ! Elle est où l'unité ? Je parlerais davantage d'hypcrisie et de manipulation.... Et je ne vous parle pas de la politique de votre gouvernement à diviser les riches et les pauvres. Ouvrez un peu les yeux

    Le 26/06/2012 à 15h08
  • milooser31 : Syberia: etre chef d'entreprise ne signifie pas forcement payer des impots et travailler dur!! prenez l'expemple d'un garage dans le bearn (au hasard...) si y'a pas de voitures qui rentre on vit des aides territoriales. Apres désole pour le manque de courtoisie; vous êtes je le reconnais une battante (chomage, serveuse puis création de boîte) enfin si ce que vous dites est vrai, car ca part un peu dans tout les sens parfois...ahhh oui j'oubliais de préciser: j'ai une bonne mémoire et suis assez futé...

    Le 26/06/2012 à 01h43
      Nous suivre :
      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      Griezmann, Evra, Debuchy : mercato chez les Bleus

      logAudience