En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Jeux vidéo : à l'agonie, la chaîne GAME dévalisée pendant les soldes

Olivier Levard par
le 10 janvier 2013 à 17h59 , mis à jour le 11 janvier 2013 à 09h35.
Temps de lecture
4min
Le mail envoyé par Game à ses clients

Le mail envoyé par Game à ses clients / Crédits : DR

A lire aussi
SocialLe numéro deux des spécialistes du jeu vidéo a lancé des prix cassés : ses boutiques sont prises d'assaut. Placée en redressement judiciaire, la chaîne GAME est à l'agonie depuis cet été.

Depuis mardi,  les "gamers", ces amoureux du jeu vidéo, ne parlent que de ça : "Tu as vu les soldes chez GAME?!". Le deuxième réseau français spécialisé dans la vente de jeu vidéo - derrière Micromania - a sorti la hache pour réviser ses prix. Moins 30% sur les consoles, y compris la toute dernière Wii U de Nintendo, moins 60% sur les jeux, à commencer par les nouveautés les plus demandées comme Call of Duty ou Far Cry. Ajoutez à ça un mail envoyé à tous les clients de l'enseigne et vous comprendrez la ruée depuis l'ouverture des soldes mercredi matin.

"Les clients avaient appris qu'on faisait des soldes monstres, le plus souvent par Internet. Quand on a ouvert mercredi, il y avait déjà des gens qui faisaient la queue", confie à TF1 News Damien*, un vendeur de la chaîne, "au fil de la journée, l'information a circulé et le magasin a été pris d'assaut. Certains clients faisaient le tour des magasins GAME pour acheter un maximum de jeux et même des professionnels sont venus s'approvisionner". La scène s'est répétée dans de très nombreux magasins de l'enseigne au point que certains se sont trouvés très rapidement dévalisés de l'essentiel de leur stock.

"On a compris que quelque chose clochait"

Il ne pourrait s'agir que d'un coup de pub mais derrière ces offres canons se cache une réalité économique désespérée. Le 5 septembre, GAME France a fait une demande de placement en redressement judiciaire devant le tribunal de commerce de Bobigny. Pour ses employés, depuis c'est la descente aux enfers et ces soldes aux airs de liquidation ressemblent à un coup de grâce.
 
"Durant la période de Noël, la direction nous a demandé de lancer des promotions étranges. Dès qu'on a vu qu'il y avait 30% sur les consoles alors qu'on ne fait quasiment pas de marges dessus, le tout sans explication et via une décision de dernière minute, on a compris que quelque chose clochait", explique Damien." Même les clients nous disent que c'est fini pour nous et nous souhaitent bon courage. Alors que notre direction n'a encore rien annoncé!"
 
"Faire rentrer un maximum de trésorerie"

Le groupe qui compterait encore plus de cent magasins et près de 700 employés ne s'est pas remis de sa rupture avec GAME UK. Au mois de mars dernier, sa maison mère qui venait de se faire racheter, a décidé de se séparer de sa filiale française. "Pendant l'été 2012, après avoir entamé des discussions avec le CE sur la fermeture des magasins non rentables, voire ceux qui ne l'ont jamais été, notre situation financière n'a cessé de se dégrader", explique à nos confrères de Gameblog, Julien Trosdorf, porte-parole de GAME France (retrouvez ici son interview sur le site de Gameblog.)"
 
Pourquoi ces soldes particulièrement agressives? "Nous avons pesé le pour et le contre, mais il était essentiel de taper fort dès les premiers jours de promotion, pour faire rentrer un maximum de trésorerie. Si jamais il y avait une liquidation d'un certain nombre de magasins, et qu'il fallait indemniser les salariés, il faudrait du cash pour cela", justifie encore le porte-parole de GAME. Maigre espoir pour l'entreprise, son grand concurrent Micromania aurait fait une offre de reprise d'une quarantaine de magasins, offre confirmée par la direction de GAME qui refuse de donner le nombre de magasins concernés ou davantage de détails. Contactée par TF1 News, la direction de Micromania n'a pas démenti cette offre ni souhaité faire de commentaire pour le moment.

"Ça a commencé à nous inquiéter l'été dernier"

Leur combat est moins médiatique que celui des salariés de Virgin Megastore, leur enseigne moins connue du grand public, mais les salariés de GAME n'en sont pas moins déboussolés.  "On ne nous dit rien. La communication entre la direction et les boutiques est quasiment nulle depuis le début", se désole Damien, "ça a commencé à nous inquiéter l'été dernier quand on a vu qu'on était mal approvisionnés. Le service achat semblait déconnecté de la réalité de ce que voulaient les joueurs. On recevait des titres dont personne ne voulait tout en ratant de grosses sorties comme Ghost Recon ou Diablo3. Seulement certains magasins étaient livrés. Pour fournir les joueurs, les salariés faisaient eux-mêmes les transferts de marchandises d'un magasin à l'autre pour atteindre leurs objectifs !"

Selon lui, la concurrence d'internet explique en partie cette crise, mais pas seulement. "L'arrivée de la Fnac et des grandes surfaces sur le marché de l'occasion nous a fait beaucoup de tort. Ils ont aussi fait du jeu vidéo un produit d'appel en cassant les prix", analyse Damien. Quoi qu'il en soit, il n'y plus la place pour deux chaînes spécialistes du jeu vidéo en France. Les salariés de GAME seront informés des offres de reprise partielle lundi prochain, le 14 janvier. Le tribunal de commerce de Bobigny les fixera sur leur sort le 25.

*le prénom a été changé dans un souci d'anonymat 

Commenter cet article

  • darkryus : Oui les jeux sont trop cher, mais la 360 et PS3 sont sorti il y a 7 ans, la génération d'avant encore 7 ans plus tôt, cela ne pousse pas à changer de console tous les ans quand même. Deux générations de consoles en 14 ans ça va le rythme n'est pas trop élevé ;)

    Le 11/01/2013 à 08h28
  • darius92 : Game ne rebondira pas malheureusement. Il faut lire entre les pointillés.

    Le 11/01/2013 à 03h10
  • fgi : Les fabricant de jeux vidéo et de consoles ont une part de responsabilité. Des jeux neuf a 70/75 ? ? Toujours poussé au rachat de console excessivement fragile, et le plus souvent incompatible avec les précédents formats. Les gens n'ont plus les moyens d'acheter du neuf au rythme proposé.

    Le 11/01/2013 à 02h26
  • deleiya : Game en est là depuis que score games n'est plus, rien qu'à voir leur site web a peine tenu à jour... c'est triste. La Fnac a récupéré quasiment toutes les parts de marché grand public du jeu vidéo et les connaisseurs s'en vont ailleurs. Score Games c'est fini. et de toutes façons vu comment l'avenir obscurci avec la fin future du marché de l'occasion, ils ont interrêt à trouver vite de quoi rebondir sinon après surcouf et virgin le prochain c'est game.

    Le 11/01/2013 à 01h47
      Nous suivre :
      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      Il y a 30 ans, une émission de jeux vidéo, ça donnait ça

      logAudience