En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Jean-Marc Ayrault dévoile la "feuille de route sociale"


le 10 juillet 2012 à 17h38 , mis à jour le 10 juillet 2012 à 22h02.
Temps de lecture
5min
Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, cloture la conférence sociale, mardi 10 juillet 2012.

Le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, cloture la conférence sociale, mardi 10 juillet 2012. / Crédits : LCI

À lire aussi
SocialLe premier ministre a fait l'éloge de la lenteur et du dialogue social pour la mise en place de réformes structurelles. De nombreuses concertations doivent encore avoir lieu jusqu'à la fin de l'année 2013.

"Je vous ai entendus". A la fin de la conférence sociale, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a fait l'éloge de la lenteur, par contraste avec le gouvernement précédent. Il s'est félicité de cet "authentique moment de démocratie sociale". Et a appelé au redressement du pays par des réformes structurelles, qui préservent "notre modèle social et républicain".

"Nous prendrons le temps nécessaire du dialogue social", a-t-il déclaré, qui est "la seule marque de fabrique de mon gouvernement". Il a par ailleurs appelé à l'établissement d'un lieu "de dialogue et d'expertise permanent", "un commissariat du dialogue social et de la perspective".

Il a ensuite détaillé la "feuille de route sociale" qui a été élaborée au cours de ces deux jours de travail.

L'emploi, la priorité numéro 1
"Notre mobilisation doit s'articuler avec la reconnaissance du travail", qui vise donc à répondre aux problèmes de "l'accès à l'emploi et à un travail de qualité" mais aussi de "répondre aux attentes des salariés déçus par leur travail".
Le contrat de génération, qui vise à embaucher un jeune tout en gardant un senior au travail, doit faire l'objet de discussions entre les partenaires sociaux d'ici la fin de l'année. François Hollande a indiqué lundi qu'il souhaitait sa mise en œuvre dès le début 2013.
Le gouvernement entend "répondre à la situation globale de l'emploi". "Face à la forte dégradation de la situation de l'emploi, nous devons à la fois agir dans l'urgence et apporter des réponses de long terme", a déclaré Jean-Marc Ayrault devant les partenaires sociaux. Dès la rentrée, le dispositif du chômage partiel doit être amélioré.
Il souhaite également sécuriser le parcours de l'emploi. Des négociations doivent avoir lieu avant la fin du 1er semestre 2013. Le gouvernement envisage de faire varier les cotisations chômage des entreprises en fonction des contrats qu'elles font signer, pour les faire cotiser plus si elles favorisent les contrats précaires. Il pourrait également encadrer les licenciements abusifs et obliger une entreprise fermant une usine à chercher un repreneur. Les aides publiques aux entreprises seront évaluées.

La formation professionnelle, pour sécuriser le parcours professionnel
"Nous n'avons pas besoin d'une nouvelle grande réforme mais des actions concrètes" a estimé Jean-Marc Ayrault. Le Premier ministre a indiqué trois grands axes : "diminuer le nombre de jeunes entrant sur marchés du travail sans qualification", "accompagner les salariés des entreprises menacées par des mutations économique" pour commencer leur reconversion en amont, et "renforcer la formation des demandeurs d'emplois". Le tout en lien avec les territoires.

Les salaires à revaloriser et à limiter
"Nous voulons donner au travail toute la valeur qui est la sienne, a déclaré Jean-Marc Ayrault, et prendre en compte la compétitivité des entreprises". Concernant le Smic, des discussions doivent avoir lieu pour revoir ses modalités de fixation. Un projet de loi sera proposé avant fin 2012. Des négociations interprofessionnelles doivent également travailler sur la question des bas salaires, afin qu'un salarié ne reste pas au Smic tout au long de son parcours professionnel.
Avant la fin de l'année, un texte pour lutter contre les rémunérations excessives sera proposé par le gouvernement. Il passera notamment par un plus grand poids des salariés dans les conseils d'administration des entreprises.
Concernant l'égalité salariale, "nous devons rendre la loi effective", a estimé le Premier ministre.
La prime "dividende" aux salariés, qui devait être versée par les entreprises de plus de 50 salariés ayant versé un dividende en progression par rapport aux deux années précédentes, sera "supprimée".

Le redressement productif, via l'industrie
"Notre industrie est essentielle à notre économie", a déclaré Jean-Marc Ayrault, qui a cependant regretté que "sa part n'(ait) cessée de reculer". Le crédit impôt recherche sera "affiné pour le rendre plus accessible au PME et entreprises de tailles intermédiaires". Concernant le financement des entreprises, la banque publique d'investissement (BPI) doit être mise en place avant la fin de l'année. Le Premier ministre a également annoncé confier à Louis Gallois "une mission sur la compétitivité des entreprises" et "préparer la mise en œuvre d'actions concrètes, d'ici la fin de l'année".

Le financement de la protection sociale à pérenniser
"Le système doit être pérennisé", a commencé Jean-Marc Ayrault, qui a constaté des "différences d'appréciations" entre les partenaires sociaux. Un accord a été trouvé sur le calendrier de travail. Une réforme législative sera proposée en 2013. Le Haut Conseil du financement de la protection sociale devra réfléchir, dès la rentrée, sur "les évolutions possibles du système actuel, notamment en termes de diversification des recettes".
Sur les retraites, "le conseil d'orientation des retraites présentera un état des lieux de notre système d'ici la fin de l'année". Une concertation sera menée à partir du printemps 2013.

Le service public à repenser
Le Premier ministre veut mettre fin à la méthode de la Révision générale des politiques publiques (RGPP), mise en place par Nicolas Sarkozy. Il a également annoncé une concertation "à l'automne", pour établir un diagnostic des politiques passées en matière notamment de rémunération, afin de dégager une méthode de travail dans un "contexte financier durablement contraint".

Commenter cet article

  • vinebaut : L'éloge de la lenteur !!! La base du dynamisme socialiste ...

    Le 11/07/2012 à 18h09
  • gruikui : Tous aligner sur le modèle Chinois et on aura plus de souci on retrouvera des emplois... mais personne ne consommera... Plus d'aides, plus rien et comme ça plus de souci. L'Etat dépensera que pour armé / police / justice et zouh... Voilà ce que va nous amener à fair ele système actuel car concurrence déloyal sur la main d'oeuvre.

    Le 11/07/2012 à 15h40
  • philatelle : Vous savez mon mari disait cela aussi dans le passé - "je préfère payer des impôts que pas et si possible beaucoup , cela voudra dire que je gagne bien"" j'ai approuvé à l'époque (j't socialiste convaincue) . aujourd'hui qu'il gagne bien je peux vous dire que les impôts nous bouffent tout et que bien dès fois je me demande pourquoi il se tape toutes ces heures (quand on a un poste de responsabilité on n'est pas payé pour bosser 35h/sem mais pour un boulot et on ne compte pas les heures - on se doit d'être présent - ça réduit le taux horaire réel) alors je vous souhaites vraiment mais vraiment de gagner plus (sisisi) comme ça vous pourrez être patriote ....mais attention plus aucune aide ne vous sera allouée, aucune car vous dépasserez tous les plafonds très bientôt

    Le 11/07/2012 à 13h26
  • kosotto1 : Mcg35 : c'est bien là votre problème, vous n'avez que "des pressentiments", des "on verra" , "nous verrons", "wait and see", "nous jugerons plus tard". Extrapolations et supputations sont, si je puis me permettre, "les deux mamelles" de mcg 35!

    Le 11/07/2012 à 12h59
  • kosotto1 : Qualia : je peux déjà dire concernant mon amour pour la France que je ne me plains jamais de payer mes impôts et que j'ai souvent eu l'occasion de dire ici que je voudrais en payer encore plus. Apporter sa contribution financière à son pays sans chercher à se défausser c'est aussi aimer son pays Alors que chez les umpistes tout est bon pour s'en affranchir. (16 milliards de fraude fiscale avérée ce n'est pas rien tout de même). Alors vos leçons de patriotisme.....JECLFL : et vous ne savez pas tout !!! les sièges ont été sertis de diamants, la robinetterie est en or massif ..... quand je pense que l'on me traite de naïf !!!!

    Le 11/07/2012 à 11h02
      Nous suivre :
      A Barceloneta, le "tourisme de cuite" devenu ennemi n°1

      A Barceloneta, le "tourisme de cuite" devenu ennemi n°1

      logAudience