En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. En savoir plus
×
ARCHIVES

Les poulets Doux ont les crocs


le 14 juin 2012 à 16h09 , mis à jour le 14 juin 2012 à 16h11.
Temps de lecture
3min
Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012.

Le volailler Doux, placé en redressement judiciaire le 1er juin 2012. / Crédits : TF1/LCI

A lire aussi
SocialL'alimentation de quelque deux millions de poulets d'une centaine d'élevages dépendant du groupe Doux est menacée selon la FNSEA par des difficultés d'approvisionnement rencontrées comme le groupe est en redressement judiciaire.

"Les volailles Doux crient famine !", accuse le communiqué. Une centaine d'élevages de volailles dépendant du groupe Doux, en redressement judiciaire, sont confrontés à des difficultés d'approvisionnement, menaçant l'alimentation de quelque deux millions de poulets, a alerté jeudi la FNSEA. Cette "situation d'urgence" concerne les aviculteurs de la région Centre, soit une centaine d'élevages normalement approvisionnés par l'usine de Clémont (Cher), qui appartient au leader européen de la volaille, explique dans un communiqué la FRSEA Centre, branche régionale du syndicat agricole FNSEA. "Cette usine manque d'approvisionnement en matières premières", ajoute la FRSEA qui souligne que "certaines éleveurs sont ravitaillés au compte-goutte" tandis que "d'autres ont subi des ruptures de livraison ces dernières heures".
 
Le syndicat demande aux "pouvoirs publics de se tenir prêts à réaliser une réquisition des matières premières nécessaires à la fabrication de l'aliment". Sans reprise de la fabrication "dans les prochaines heures à l'usine de Clémont, les conséquences sur les animaux seront dramatiques, voire fatales ! Les éleveurs ne pourront pas laisser les animaux mourir de faim !", s'inquiète la FRSEA. Lors d'un point sur la situation du groupe en début de semaine, le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, avait réitéré sa demande aux préfets "de maintenir et renforcer le dispositif de vigilance économique et sanitaire" et assuré qu'un "état détaillé de la situation des élevages, sur le plan tant économique que sanitaire sera tenu à jour". Le groupe familial Doux compte 3.400 salariés et travaille avec 700 à 800 éleveurs.

Commenter cet article

      Nous suivre :
      Un incendie dans le métro de Londres

      Un incendie dans le métro de Londres

      logAudience